Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 10:15

ELEVONS LES LUTTES VERS UNE CONSCIENCE DE CLASSE ANTICAPITALISTE

Source: http://rocml.org/wp-content/uploads/2016/09/vdc-_huma_16.pdf

 

   L’été est passé et la rentrée s’annonce chaude. La manifestation de la CGT contre le meeting de rentrée du gouvernement l’a montré. De son côté, le gouvernement n’est pas en reste : en arrêtant deux cégétistes à leur domicile, Hollande montre que la rentrée se fera sous le signe de la répression syndicale. Le pouvoir capitaliste a peur d’une reprise du mouvement du printemps 2016 contre la loi El Khomri. Non la lutte des classes n’est pas périmée ou dépassée. L’heure est donc de nouveau à la mobilisation et à l’action contre cette loi et son application. Cela passe par l’unité de tous les travailleurs avec à ses côtés les jeunes des milieux populaires, les lycéens et étudiants. Notre cible est claire : la loi El Khomri et toutes les lois anti-ouvrières mises en place par les différents gouvernements qui se succèdent. En gros, il faut s’opposer à l’actuelle offensive du capital contre les travailleurs.

 

 

Lutter, renforcer nos organisations de lutte

et notre conscience de classe

 

   Nous devons continuer à nous mobiliser, et ce dès le 15 septembre. En même temps, la force de ce mouvement repose sur l’existence de bases syndicales fortes (dockers, raffineries, …). Le devoir de chaque militant est donc de renforcer, d’élargir les bastions syndicaux et d’en développer ailleurs, là où il n’y en a pas.

   La lutte contre le gouvernement Hollande est d’une grande ampleur. La CGT a joué un rôle d’impulsion important pour permettre la lutte en développant un cadre dans lequel les travailleurs pouvaient se mobiliser. De ce point de vue, la pression des bases syndicales et du 51ème Congrès ont joué un rôle essentiel. Pour la première fois depuis 1981, le mouvement ouvrier ose combattre un gouvernement de gauche. C’est une bonne chose. Les éléments combattifs chez les travailleurs ont donc bel et bien pris conscience de leurs intérêts de classe immédiats. Même si la conscience de classe n’est pas encore une conscience anticapitaliste, cherchant la rupture avec le capitalisme, le mouvement ouvrier a repris le chemin de la lutte. Nous savons tous que c’est par le rapport de force, et pas par quelconque manœuvre électorale que nous obtiendrons le succès. Et tous ceux qui participent aux manifestations sont déterminés à poursuivre la lutte, malgré les pressions et répressions.

   Pour gagner la conscience de classe doit faire un bond. L’expérience de ce mouvement a mis en relief la véritable nature de l’Etat, c’est-à-dire un instrument au service du capital. La police a réprimé les manifestations en gazant, fouillant chaque manifestant. La justice a condamné des militants à des peines parfois graves, a permis des licenciements de grévistes. L’appareil d’Etat sous le capitalisme n’est pas notre allié ! On n’est pas allié avec ce qui nous réprime. Il sert au maintien d’un ordre capitaliste, à appliquer la régression sociale pour la majorité du peuple.

   De leur côté, les forces réformistes ne sont pas une alternative face au gouvernement PS. Lors de la manifestation interdite, un véritable parti des travailleurs aurait pris la responsabilité de braver l’interdit plutôt que de laisser la CGT gérer seule le problème en première ligne. Oui il faut renforcer les organisations syndicales mais cela ne suffit pas. Les communistes doivent mettre en avant l’idée que sans une organisation politique indépendante et au service des travailleurs, organisant la lutte classe contre classe, il n’y aura pas d’issue positive possible aux luttes, dans la durée.

 

 

 

Renforcer la lutte idéologique de la classe ouvrière

Résister à l’offensive idéologique bourgeoise

 

 

Pendant tout l’été, l’appareil médiatique et politique de la bourgeoisie nous a assommé de son refrain sur le « burkini ». Le gouvernement a repris l’offensive idéologique et répressive qui se développe depuis 2015. Il crée un engrenage de racisme et de division des travailleurs en stigmatisant une partie des travailleurs. Cette offensive est orchestrée par les forces de la bourgeoisie, du PS au FN. Et maintenant que surgissent des déchainements de haines anti-musulmans voire des violences racistes, le PS appelle au « calme » et à éviter les « amalgames ». Mais qui a diffusé pendant deux mois la haine des musulmans si ce n’est Valls et ses acolytes ?

   Pourquoi faire des musulmans un ennemi intérieur ? Parce que l’Etat a besoin du racisme et de la xénophobie pour diviser les travailleurs, créer un climat de peur pour éviter leur unité dans la lutte contre ce gouvernement. Ce climat de peur sert aussi à justifier les guerres de pillage au Moyen-Orient. Derrière le burkini se cacherait DAESH. Bien sûr c’est un argument de division. La France est l’alliée des pétromonarchies islamistes du Golfe et a soutenu, armé en Syrie des groupes islamistes tels que Al Nosra, la filiale d’AlQaeda. Hollande pense que le processus de paix passera « par les pays du Golfe avec qui nous avons tissé des liens des relations de confiance » (L’Huma, 1/09/16).

 

   En même temps, le gouvernement mène campagne tambour battant pour encaserner la jeunesse dans sa réserve citoyenne ou militaire. Cet esprit de caserne doit être combattu. Il vise avant tout à militariser la société et à soutenir les guerres impérialistes injustes à l’extérieur et à instaurer sur le territoire national un climat répressif, utilisable contre le mouvement ouvrier. N’oublions pas que lors des dernières manifs contre la loi El Komri, les CRS étaient armés de fusils. Au contraire de ce que fait la bourgeoisie, les communistes doivent insuffler à la jeunesse l’esprit de solidarité de classe et d’amitié entre les peuples. Cela passe par la participation aux luttes du mouvement ouvrier. C’est le seul remède à l’esprit de caserne.

 

Le ROCML appelle les travailleurs à se mobiliser dès la rentrée, à coordonner leur lutte contre la loi El Khomri et toutes les lois anti-ouvrières, à défendre leur liberté syndicale.

Il appelle à la nécessité de bâtir un parti politique indépendant de la bourgeoisie qui ait pour but de renverser le capitalisme responsable de la casse des droits des travailleurs et des guerres dans le monde. Il faut une force indépendante des réformistes qui ne cède pas à la pression de la bourgeoisie comme les députés Front de Gauche l’ont fait en votant l’état d’urgence en novembre 2015.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans politique communisme fdg mélenchon pcf
commenter cet article

commentaires