Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le ROC ML et la JCML qu'es a quo?

autoc.png

LE ROCML A TENU SON PREMIER CONGRES         

Le ROCML a tenu son premier Congrès avec succès les 17 et 18 Avril 2010.

Ses travaux, préparés par un travail préalable prolongé, ont permis de réaliser un nouveau pas en avant important dans la construction de l’organisation communiste dont le but est de contribuer à la création du Parti Communiste de France Marxiste Léniniste.

La plus large unité s’est faite sur les documents politiques qui constituent la ligne générale du ROCML.

L’organisation s’est donnée des statuts qui constituent un passage du stade de rassemblement d’organisations à celui d’une organisation fondée sur l’application du centralisme démocratique.

La direction centrale a été élue à l’unanimité des congressistes.

Après ses deux jours de travaux menés avec rigueur, le Congrès s’est conclu dans l’enthousiasme de tous les délégués.

La création du ROCML et le succès de son premier Congrès sont les preuves concrètes qu’il est possible d’unifier les communistes sur la base du marxisme-léninisme même s’ils ont pu avoir et même s’ils ont encore quelques divergences secondaires.

Ce résultat montre que, dès lors que les intérêts du prolétariat sont placés au dessus des réflexes de groupe, une juste ligne dans le traitement des contradictions qui peuvent exister entre communistes permet de les résoudre ou d’avancer dans leur résolution.

La fondation et le renforcement du ROCML ne signifient pas pour autant que nous renoncions à poursuivre la perspective de l’unification des organisations et des communistes qui se réclament du marxisme léninisme dans une seule organisation, le Parti. Nous regrettons que le processus d’unification initié et mis en pratique par le CNU soit actuellement bloqué. Mais nous ne doutons pas que l’immense majorité des communistes marxistes-léninistes aspirent à l’unité et qu’ils trouveront le chemin pour la construire.

VIVE LE MARXISME LENINISME !

VIVE LA REVOLUTION SOCIALISTE !

COMBATTONS L’ESPRIT DE GROUPE !

EN AVANT DANS LA CONSTRUCTION DU PARTI COMMUNISTE DE FRANCE MARXISTE LENINISTE !

 

Le 18 Avril 2010

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 17:36

L’actualité politique française est depuis peu dominée par les prochaines élections présidentielles de mai 2017. Aussi commence dès à présent la mascarade des primaires, à gauche comme à droite visant à choisir le meilleur candidat des deux camps qui devraient s’affronter au second tour pour briguer le prochain mandat présidentiel. Cette comédie n’est d’ailleurs pas sans en rappeler une autre qui s’est déroulée et continue de se jouer de l’autre côté de l’Atlantique avec un temps d’avance entre républicains et démocrates.

La rêverie des primaires organisées à la loyale et assurant l’égalité des chances et des moyens de chaque candidat puis de l’élection présidentielle fonctionnant sur un principe d’égalité de temps de paroles et une limitation des budgets pour combler les inégalités de moyens entre les candidats et les partis a pris encore un coup dans l’aile avec les révélations de l’affaire Bygmalion. Cette société a servi au financement illicite de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Même chose pour les déclarations récentes de l’ancien ministre du budget socialiste Jérôme Cahuzac qui s’est justifié de ses comptes cachés en Suisse en déclarant qu’au départ ils auraient servi à financer le mouvement politique de Michel Rocard.

Les déclarations de Jérôme Cahuzac bien que n’étant pas vérifiables ont pour principal mérite de mettre en exergue la véritable nature des partis de la bourgeoisie, de montrer jusqu’où s’étend le pouvoir de l’argent dans le jeu politique bourgeois et par voie de conséquence celui du grand capital.

Car en effet derrière le financement des campagnes électorales des différents partis de la bourgeoisie se cachent bel et bien les principaux acteurs du capitalisme français, les grands groupes industriels et financiers tel Sanofi, Dassault, Bouygues, PSA, Renault, Bolloré, Total, etc.

Le plafonnement artificiel voulu en France dans un prétendu souci d’« équité démocratique et républicaine » est loin d’être un obstacle à la mainmise des principaux partis de la bourgeoisie sur les campagnes et scrutins électoraux.

 Citons à l’appui quelques chiffres : en France, conformément au décret du 30 décembre 2009, les plafonds des dépenses électorales sont fixés à :

  • 16,851 millions d’euros pour le premier tour,

22,509 millions d’euros pour le second tour

Ces financements peuvent provenir de dons privés incluant cotisations des militants et dons de personnes physiques ou morales (c’est-à-dire d’entreprises privées) ou du financement public.

A noter que dans l’affaire Bygmalion, les comptes de campagne du candidat UMP Sarkozy avaient été truqués et atteignaient un montant de 40 millions d’euros grâce à un simple procédé de double facturation.

Si le financement public, loin de constituer la majorité  du financement de campagne des partis existe, c’est que pour entretenir la crédibilité de sa « démocratie », la bourgeoisie au pouvoir est obligée de donner l’illusion que tous les courants d’idées de toutes les classes de la société sont représentés. Mais en vérité, et ce dès à présent dans les médias, c’est bel et bien le second tour  « droite / gauche » ou FN, républicains ou socialistes qui est commenté.

Les récentes lois de plafond des dépenses, comme le démontre l’affaire Bygmalion, ne sont pas des freins à l’influence des capitalistes sur les partis politiques. Le financement direct n’est pas le seul moyen d’influence de la bourgeoisie. Ainsi, encore plus aujourd’hui qu’hier, les mass médias constituent le relais tout puissant de l’influence politique et idéologique de la bourgeoisie.

Les principaux journaux et chaînes de télévision d’information sont la propriété de grands groupes français (Le Figaro pour Dassault, Canal+, I-télé pour Bolloré, LCI, TF1 pour Bouygues etc. …) et œuvrent dans leur intérêt en faisant la promotion systématique de leurs favoris qui ne sont autres que les candidats des grands partis de la bourgeoisie. Ils maintiennent l’illusion d’une opposition entre les deux principaux partis de la bourgeoisie (PS/LR) pour mieux préparer l’alternance salutaire à leur parodie de démocratie. Alternance de partis et d’hommes au pouvoir mais continuité de la politique impérialiste et anti-ouvrière. L’incursion du FN dans leur jeu ne change rien à l’affaire, il participe au maintien du système d’alternance en jouant le rôle d’épouvantail de la bourgeoisie censé pousser les travailleurs à voter en masse pour un des deux partis de la grande bourgeoise pour faire barrage au danger « fasciste » et ainsi donner toute légitimité au régime d’alternance établi d’avance.

Mis à part ces trois mouvements qui, ont la part belle dans les médias où chaque jour leurs représentants sont invités à livrer une interview à la télévision, à la radio ou dans les journaux; les autres partis politiques français (PCF, PG, NPA, LO) sont systématiquement relayés au second plan voire même pour certains occultés dans les médias bourgeois car ils ne représentent pas les choix actuels des monopoles français et qu’ils sont faibles Ils ne sont pas des forces assez représentatives du peuple ou alternative aux yeux de lui.

Les faits et l’expérience historique démontrent bien que c’est la bourgeoisie qui est maître du jeu électoral. Il ne faut donc pas en tant que communistes nous focaliser sur le  parti ou le candidat qui sera amené à gérer le pouvoir mais au contraire démasquer le fait que ces élections, la bourgeoisie dicte ses règles et dispose de ses candidats. Face à cela le prolétariat, quant à lui, est dépourvu de toute représentation politique à ces élections et en règle générale dans le paysage politique français. Il lui manque son parti de classe à lui, son avant-garde de combat : le Parti Communiste Marxiste-Léniniste de France.

Sans ce parti, les travailleurs de France resteront désarmés face à la bourgeoisie et sous son influence idéologique néfaste, contraints de voter pour « le moins pire ». En cela, la tâche principale des communistes de France est  de construire le parti qui manque tant à notre classe ouvrière.

Marenglest

Partager cet article

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans élections 2017 ROC ML pcf fdg
commenter cet article

commentaires