Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 18:10

DSC 0103

 

 

Le second tour des élections présidentielles le 6 mai 2012 a donc départagé les deux candidats restés en lice, N. Sarkozy, le candidat sortant de la droite, et F. Hollande, le candidat de la gauche.

Hollande l’a emporté d’une courte tête avec 51,6% des voix contre 48,4 à Sarkozy.

Dès avant le premier tour, le ROCML avait caractérisé ces deux politiciens comme les deux faces de la même médaille bourgeoise, comme deux politiciens au service de la bourgeoisie.

C’était clair pour Sarkozy, mais Hollande n’était pas en reste : il avait reçu le soutien de grands patrons du CAC40 et même la bienveillance de Laurence Parisot, la patronne du MEDEF.

Pour le ROCML, la victoire de F. Hollande ne constitue donc en rien une avancée pour la classe ouvrière et l’ensemble des couches du prolétariat et du peuple.

Ces élections illustrent la théorie marxiste-léniniste selon laquelle :décider périodiquement, pour un certain nombre d’années, quel membre de la classe dirigeante foulera aux pieds, écrasera le peuple au parlement, telle est l’essence véritable du parlementarisme bourgeois, non seulement dans les monarchies constitutionnelles, mais encore dans les républiques les plus démocratiques. Lénine, l’Etat et la révolution.

 

 

Toutes les organisations et les groupes « à la gauche de la gauche »  qui ont appelé à voter pour François Hollande, directement ou de façon détournée en appelant à voter contre Sarkozy, auront de fait appelé  à faire élire le candidat bourgeois F.Hollande contre l’autre candidat bourgeois N. Sarkozy. Il est navrant de trouver parmi eux des organisations qui se réclament du marxisme-léninisme. Leur argument selon lequel la réélection de Sarkozy aurait créé des conditions plus défavorables à la lutte des travailleurs n’est qu’une pure spéculation.

Elles auront en outre contribué, chacune avec sa partition, au bon déroulement « démocratique » du cirque électoral présidentiel. Sans base de classe prolétarienne et sans stratégie ni pratique révolutionnaire, ces groupes retombent inévitablement dans le soutien au « moins pire » des représentants de la bourgeoisie. Telle est leur pratique et leur destinée.

 

 

Et maintenant, que va-t-il se passer ?

Entre les présidentielles et les législatives, il l’a dit tout au long de sa campagne, F. Hollande va s’évertuer à RASSEMBLER « TOUS LES FRANÇAIS ». Cela veut dire en clair : ETOUFFER LA LUTTE DES CLASSES, EMPECHER TOUT MOUVEMENT OUVRIER ET  POPULAIRE D’AMPLEUR pour la satisfaction des revendications des travailleurs. Il peut compter pour cela sur la collaboration active des directions syndicales pour promouvoir les négociations et le « dialogue social » En même  temps il s’activera à DONNER AUX GRANDS PATRONS DU CAC 40 ET AUX INSTITUTIONS POLITIQUES, ECONOMIQUES ET FINANCIERES INTERNATIONALES les garanties et les gages de sa loyauté et de ses compétences en matière d’économie de marché. Sur le plan international, en tant que gérant des intérêts de l’impérialisme français, il poursuivra la même politique de pression ou d’agression contre les peuples et les pays qui résistent à la domination impérialiste.

Les intérêts de la classe ouvrière et du prolétariat en tant que classe ont été absents des discours de François hollande durant la campagne présidentielle. Il a affirmé qu’il y aurait plus de justice. Il a dit qu’il prélèverait d’avantage aux plus riches. Mais les riches resteront riches ! Il a dit qu’il donnerait un peu aux plus pauvres. Mais les pauvres resteront pauvres !

 

 

Il n’a jamais remis en cause le système d’exploitation et d’oppression capitaliste…

 

 

Les ouvriers, les hommes, les femmes et les jeunes du peuple ne doivent avoir aucune illusion sur ce qui les attend. Les mesures que prendra François Hollande pour colmater les brèches ouvertes par la crise du système capitaliste international, c’est le prolétariat qui en subira les sacrifices. Aux travailleurs, on demandera de « retrousser leurs manches » en échange de quelques sucettes, pendant que les actionnaires du CAC40 encaisseront, eux, les dividendes de l’exploitation et de la croissance tant espérée.

 

QUE FAIRE POUR TRANSFORMER LES DESILLUSIONS PREVISIBLES EN FORCE DE CLASSE ?

 

L’absence de changement dans les conditions d’existence et de travail aura vite fait de balayer les quelques illusions liées à l’élection de François Hollande. Beaucoup de ses électeurs n’en ont d’ailleurs aucune. Nombre d’entre eux disent presque déjà à regret : « Hollande ça peut pas être pire que Sarkozy ». Sous entendu : « ça ne sera sûrement pas mieux ». Les plus conscients et les plus combatifs refuseront de jouer au jeu des négociations et du « dialogue social ». Des luttes continueront à se développer. D’autres vont éclater. La lutte des classes ne s’arrêtera pas et pourra prendre une ampleur et des formes imprévisibles.

Il reste que, comme c’est le cas depuis des décennies, elles risquent que de ne rester qu’au stade de la protestation, et qu’il leur manquera une direction de classe offensive capable de créer un rapport de force pour faire reculer le pouvoir du capital et son appareil politique d’Etat.

 

 

Il n’y a donc rien de plus urgent que de construire l’organisation politique dont le programme est de chasser du pouvoir tous les agents politiques et économiques du capital, dont le but est la conquête du pouvoir par la classe ouvrière et l’ensemble des prolétaires, pour détruire le capitalisme, pour construire le socialisme.

Cette organisation politique, c’est le Parti Communiste Marxiste-Léniniste.

 

 

Le Parti Communiste Français, le PCF a abandonné cette perspective révolutionnaire. Il est devenu une force d’appoint du social libéralisme. Il parle de transformation sociale, même plus de rupture.

Sans un Parti Communiste qui unit sa classe sur ses intérêts et sur un but unique, chaque ouvrier, chaque travailleur, chaque prolétaire est laissé démuni face à ses ennemis de classe et en est réduit à choisir entre le moins pire d’entre eux. IL FAUT RENVERSER CETTE SITUATION ! Il faut redonner au prolétariat la conscience de ses intérêts de classe et la conscience de son rôle historique ! Le prolétariat c’est la classe qui doit diriger la société.

 

 

C’est dans les luttes de classe que cela se fera. Dans la clarté de la pratique et des explications politiques apportées par les communistes dans le mouvement ouvrier. C’est la voie du ROCML

Cela ne se fera pas dans la confusion des spéculations électoralistes et les volte-face opportunistes de dernière minute.

Le ROCML appelle les communistes et les éléments combatifs et conscients du prolétariat  à unir leur volonté et leurs efforts pour redonner à la classe ouvrière son avant-garde politique organisée, son  Parti Communiste Révolutionnaire.

 

 

Le Rassemblement Organisé des Communistes Marxistes-Léninistes

 

Le 8 mai 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Communiqué de presse
commenter cet article

commentaires

Vic 20/05/2012 19:54

Salut camarades :) tout d'abord merci d'avoir pris la peine de me répondre. Bon, on ne sera certainement pas d'accord sur le PCF, mais ce que je veux vous dire c'est que si les instances du PCF
sont réformistes, sachez que bons nombres de ses adhérents, sont eux de véritables révolutionnaires et vous ne pouvez pas le nier. Alors certes, il y a peut être un fossé entre ce que l'on voit et
ce que ressentent vraiment les militants, mais je vous assure que ces gens la souhaitent une vraie révolution socialiste, tout comme moi. Concernant Hollande, je suis tout à fait d'accord avec
vous, aucun problème, et j'étais dépité de voir des drapeaux PCF flotter à la Bastille. Mais franchement, je ne suis pas d'accord, car même si le FDG propose des réformes, vu leur importances, cela
s'appelle une révolution...
Pour revenir au fait que le PCF souhaite aller à l'Assemblée, je citerai Lénine, non pas par dogmatisme,( ce que je vous repproche c'est de TROP prendre appuis sur lui, pas de le citer, bien au
contraire, mais de savoir l'adapter si nécessaire à notre époque): Tant que vous n’avez pas la force de dissoudre le parlement bourgeois et toutes les autres institutions réactionnaires, vous êtes
tenus de travailler dans ces institutions » à propos du parlement Allemand. Je trouve que cette phrase résume bien la situation: n'ayants actuellement pas de mouvement de masse assez fort pour
renverser l'Etat Bourgeois, nous pouvons déja y entrer, y siéger et faire imposer notre voix... Mais ce n'est que m'on humble avis :)

Salutations communistes

La Jeunesse Marxiste de Pau 26/05/2012 13:11



Bonjour,


Oui vous avez raison, il y a des éléments révolutionnaires dans le PC mais cela ne suffit pas pour en faire un parti révolutionnaire. Au contraire, leur énergie se fait absorber par une direction
réformiste et des luttes internes épuisantes. 


Nos attaques visent le PCF en tant qu'organisation réformiste, elles sont là aussi pour faire comprendre qu'il faut s'organiser pour la révolution en dehors du PCF.


Nous sommes d'accord avec vous pour avoir des députés. D'une part nous n'en avons pas la capacité, d'autre part, le PCF n'utilise pas des députés pour faire de l'agitation révolutionnaire mais
ils versent dans le parlementarisme bourgeois. Pour eux la lutte sert la lutte parlementaire pour des réformes. Pour nous l'agitation dans le parlement sert la lutte révolutionnaire. Il ne s'agit
donc pas de gauchisme mais de dénonciation du réformisme et d'incapacité actuellement à pouvoir mener ce combat. 


Le gauchisme c'est justement de refuser d'aller dans les syndicats et au parlement


le réformisme, c'est utiliser le syndicat pour des réformes mais ne pas militer à l'intérieur pour mener les masses vers la révolution. Idem pour le parlement


Etre communiste c'est militer dans les syndicats, partout où c'est possible, même au parlement pour favoriser la révolution, dans une perspective révolutionnaire.


Pour nous, les réformes ne sont qu'un moyen pour aller vers le but révolutionnaire, pour les réformistes et le PCF, les réformes sont tout!


 


Salutations communistes 



vic 12/05/2012 21:31

Salut :) belle analyse de ces élections camarades, merci beaucoup . Cependant je ne suis pas d'accord avec votre analyse concernant le PCF. Il est peut être vrai qu'il a perdu un peu de sa poigne,
mais magrès tout, il est mal honnête de dire qu'ils ne sont plus révolutionnaires... Ils ont juste su adapter le communisme à l'époque actuelle. Je critiquerai cela pour votre organisation. La base
du marxisme est le matérialisme, c'est à dire s'adapter au terrain, faire en fonction du peuple. Il est donc à mes yeux assez stupide de prendre à la lettre des écrits d'il y a 150 ans ou 100
ans... Marx a théorisé il y a 150 ans, Lénine a théorisé pour la RUSSIE... Bref il ne faut pas être dogmatique et savoir adapter en fonction de l'époque. Aujourd'hui on voit que les gens ont du mal
a accepter un changement aussi infime soit il, alors arrêtons de penser que l'on va tout changer aussi radicalement d'un coup. Pour le coup, vous avez une attitude gauchiste, sans analyse de la
situation actuelle, juste en se référant a des écrits très anciens, certes importants...
Alors arrêtons ce sectarisme, et si le PCF était élu, vous ne pouvez pas nier que cela serait déja un grand changement, du moins un premier pas vers une révolution plus totale. Vous qui vous
réclamez du léninisme, vous devez savoir que Lénine pensait qu'il y avait deux étapes a la révolution. Tout d'abord une révolution avec la petite bourgeoisie contre le GRAND capital, puis une
seconde, prolétarienne. Et bien ce que propose le PCF et le FDG correspond tout à fait à cette première phase de révolution...
Sur ce,
Salutations communistes!

La Jeunesse Marxiste de Pau 13/05/2012 00:18



Bonjour,


Merci de votre commentaire sur notre site.


Nous comprenons certaines de vos remarques, cependant nous ne pouvons qu'être en désaccord avec vous sur la caractérisation du P.C.F..


 


D'une part, vous vous dites d'accord avec nous sur notre analyse des élections, après quoi vous dites que notre analyse est dogmatique. C'est quelque peu contradictoire. Justement l'analyse sur
les élections est une analyse concrète sur une situation concrète. 


Et puis sur notre dogmatisme, vous faites la même chose vous dites :" vous devez savoir que Lénine pensait qu'il y
avait deux étapes a la révolution. Tout d'abord une révolution avec la petite bourgeoisie contre le GRAND capital, puis une seconde, prolétarienne. Et bien ce que propose le PCF et le FDG
correspond tout à fait à cette première phase de révolution..."


 


En gros vous adapter la situation de la Russie d'il y a 100 ans avec la situation actuelle sans tenir compte du changement mais simplement pour ne pas avoir à dire que le PCF n'est plus
révolutionnaire car dans tout ce que vous dites il n'y a aucune preuve que le front de gauche apporte une perspective révolutionnaire.


 


Actuellement ce qu'on peut dire c'est que le PCF et le front de gauche se félicite de l'arrivée de Mélenchon. Aucun ne dénonce Hollande comme un valet du capital. 


Actuellement, le front de gauche propose une perspective réformiste, nous estimons qu'il ne fait pas progresser le prolétariat vers la conscience socialise. Cependant nous comprenons qu'il puisse
jeter des illusions. Nous caractérisons Mélenchon comme un rabatteur du parti socialiste. 


Nous disons dans notre dernier journal : "Son réformisme « radical » contribue à détourner la prise de conscience des travailleurs qu’éveille la crise du système, à éviter qu’émerge la
remise en cause du système capitaliste, la remise en cause du pouvoir de la bourgeoisie et que soit posée la question : quelle classe doit diriger la société ?" (http://www.rocml.org/Bulletins/VDC06.pdf)


 


Pour l'exemple historique: Lénine a tranché depuis longtemps la question de la révolution à l'époque actuelle, époque qui est celle du capitalisme monopoliste: 


"Cela veut dire
seulement que l’impérialisme est la phase du développement du capitalisme, durant laquelle la révolution prolétarienne est devenue une nécessité pratique et où les conditions favorables à
l’assaut direct des citadelles du capitalisme sont parvenues à maturité. Aussi Lénine a-t-il défini l’impérialisme comme le prélude de la révolution socialiste." (manuel d'économie
politique)


 


Concrètement,
une révolution petite bourgeoise n'est pas possible, en quoi la petite bourgeoisie pourrait elle révolutionner le mode de production bourgeois ?


Non,
aujourd'hui, à l'heure où la production est socialisé grâce aux multinationales...etc., la révolution ne peut être que socialiste. Vouloir revenir à la petite propriété (à la petite bourgeoisie)
est réactionnaire.


D'autre part,
qu'on le veuille ou non le PCF est institutionnalisé ne veut pas d'une révolution. Leur révolution citoyenne se déroule par les urnes, le parlementarisme, la démocratie bourgeoise est l'outil de
domination idéologique du capital. Ils ont soutenu Hollande, fêtant sa victoire, alors que Hollande c'est la rigueur pour les travailleurs, c'est l'impérialisme sanguinaire pour les peuples du
monde !


 


On
le voit bien en Grêce, au moins le KKE malgré certains défauts a su ne pas s'allier avec syrisa que le PCF et Mélenchon soutiennent.


Salutations
communistes,


PS: les
contradictions permettent de nourrir ce débat. Nous répondons franchement à ce que tu nous as dit camarade. Nous attendons de même de ta part. 






Txakal 11/05/2012 19:41

Bien vu, les gars/les filles.
On nous prend pour des jambons... et ce ne sont pas seulement les pro-capitalistes déclarés qui se foutent de nous. La 5ème colonne est active!!