Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 08:59

les-salaries-se-sont-retrouves-au-siege-avant-l-operation_4.jpg

(grève nationale chez Veolia Eau)

 

En 2011 et en ce premier semestre, les conflits dits du travail n’ont pas cessé, même pendant la période électorale qui aurait pu favoriser une trêve en l’attente d’un changement de personnel politique et avec l’espérance entretenue par les partis bourgeois de gauche dans un changement de politique sociale. La majorité de ces luttes touche tous les secteurs industriels : méthaniers, métallos, défense, aérospatiale.

 

Le cycle de reproduction élargie du capital (augmentation du capital avec profits) est grippé. La crise mondiale se prolonge et s’approfondit. Des secteurs de plus en plus vastes de la production matérielle sont touchés. Le capital le moins rentable est détruit (cela se traduit en particulier par des fermetures d’usines et des faillites…).

 

Cette crise ne laisse d’autre alternative aux capitaliste que de s’en prendre aux prolétaires pour faire baisser le « prix du travail » ; et les « solutions » qui s’imposent aux capitalistes concernés sont toujours les mêmes : concentration du capital, restructurations, fusions, rationalisation, fermetures d’unités de production, délocalisations, sous-traitance dans les pays où la main d’œuvre est moins chère etc…

 

C’est pourquoi la grande majorité des luttes actuelles des travailleurs sont des batailles pour l’emploi. Toutes ces luttes prennent des formes dures : occupation d’usine, affrontement avec milices patronales et avec la police. Elles peuvent durer, comme ARCELOR MITAL et FRALIB qui, en lutte depuis le 28 septembre 2010, en étaient fin mai à 600 jours de lutte. Parfois elles sont coordonnées sur plusieurs sites (SAIPOL, Méthaniers, SPIE DEN). Les SPIE DEN, sous-traitants du nucléaire ont organisé des blocages, des ouvriers d’Arcelor Mittal sont venus les soutenir.

Et ce n’est pas fini. « En France de nombreux secteurs économiques risquent de souffrir »1 dans les jours, et les mois qui viennent.

 

Constatons en passant que contrairement aux partis et organisations adhérentes du Front de gauche qui désignent le capital financier et les banques comme responsables de la situation (et qu’il suffirait de maitriser), la crise de l’économie « réelle » montre qu’il s’agit bien d’une crise de surproduction du capitalisme tout entier. Cela, la théorie économique scientifique marxiste l’a démontré depuis longtemps.

 

Ces luttes ouvrières en riposte aux attaques des capitalistes sont souvent dures, déterminées. La solidarité de classe s’affirme, Les travailleurs commencent à agir en tant que classe face au capital. Mais ces luttes restent incertaines, dévoyées car les revendications économiques qu’elles portent n’affaiblissent en rien le capital et ne remettent pas en cause sa domination.

 

Les illusions sur la société capitaliste, sur l’état capitaliste, illusions entretenues par les appareils syndicaux les en empêchent. Ainsi, font-ils souvent appel à l’état - alors que l’état est l’organisateur de la domination de ce même capital sur la société - pour les « sauver » des griffes des « capitalistes voyous » ou des « multinationales qui détruisent l’industrie française au profit de l’étranger. »

 

Pour les communistes, la classe des prolétaires est la seule classe capable de ravir à la bourgeoisie le rôle dominant dans la société et édifier une société nouvelle, débarrassée de tous les maux sociaux, économiques et environnementaux de la société capitaliste.

 

Mais elle ne peut le faire que si elle redevient une classe indépendante politiquement, une classe pour soi, qui poursuit ses buts propres. Le prolétariat se constitue en classe indépendante en s’organisant en parti, il réalise dans la pratique politique de ce Parti son indépendance politique. Un Parti communiste qui défend ses intérêts, qui a dans ses rangs ses meilleurs éléments, les plus conscients et les plus combatifs de la classe.

 

Edifier un tel Parti est la tâche la plus immédiate des communistes, tâche ardue dans les conditions actuelles d’extrême faiblesse du mouvement communiste et de la conscience de classe du prolétariat.

 

 

CUO-GRANA-CON-LOS-MINEROS.jpg

 

(Grève des mineurs en Espagne: "solidarité avec les mineurs: leur lutte est la notre")

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Articles
commenter cet article

commentaires