Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 09:15

 manif4_diapositive_normal.jpg

 

 

POUR LUTTER CONTRE LES FASCISTES

LUTTONS POUR LA REVOLUTION !

 

 

 

Le weekend du 15 janvier se tient le congrès du Front National à Tours. Les organisations de « gauche » appellent à contre manifester, comme elles appellent systématiquement à le faire contre le Front National. La JCML appelle elle aussi la jeunesse à se mobiliser contre le FN.

 

Mais les diverses mobilisations contre le Front National organisées par les diverses composantes de « la gauche » ne sont pas dans l'intérêt populaire mais dans celui unique de leurs objectifs électoralistes et sont inefficaces.

 

Aujourd’hui, dire à la télé que « la délinquance, ce sont les noirs et les arabes », comme Eric Zemmour ne choque plus personne. Les déclarations d’André Gérin, député du PCF de Vénissieux, de Valls du PS ne valent pas mieux que celles d’Eric Zemmour. Plutôt que de lutter fermement contre les idées fausses, certains confortent les masses dans les opinions xénophobes qu'une partie d'entre elles peuvent exprimer. Nous n’avons guère entendu ces organisations apporter un autre point de vue que celui du gouvernement sur le débat sur l’identité nationale de l’année dernière.

 

D’autre part, de nombreux groupes fascistes se développent hors du FN, par exemple les jeunesses identitaires et les militants de ces organisations agressent et ratonnent immigrés, supposés comme tels et militants de gauche, comme c’est le cas à Tours. Espérons que la mobilisation de ce 15 Janvier permette aux militants progressistes de Touraine de s’organiser pour lutter contre les fascistes.

 

Pour finir, c’était bien la peine d’appeler à voter Chirac en 2002 si c’est pour que continue d'être appliquée la même politique anti-immigrés, xénophobe, par les différents gouvernements qui se succédént !

 

Pourquoi un tel échec ?

 

Avec l'approche des élections, les partis bourgeois, systématiquement, brandissent un danger fasciste pour s'en servir d'épouvantail et nous pousser à voter pour eux. Pour eux, cette manifestation, comme son congrès pour le FN, participe à une mise en scène électoraliste, une mascarade. Elle vise à nous faire croire que notre choix élecotral aura un impact important sur les politiques qui seront menées. Comme si ce processus électoral n'avait pas déjà prouvé son incapacité à changer quoi que ce soit pour nous ! Quel que soit le parti porté au pouvoir par les élections, il continuera à mettre en place un plan d'austérité et nous continuerons à subir l'exploitation patronale et la répression ! Tous appartiennent au même camp, celui de la bourgeoisie, tous servent le capitalisme !

 

Les organisations bourgeoises sont incapables d’avoir un discours cohérent concernant les idées et les groupes fascistes. Elles refusent d’aller plus loin qu’une condamnation morale des idées fascistes et des groupes fascistes. Elles sont incapables d’expliquer aux travailleurs pourquoi le racisme va à l’encontre de leurs intérêts.

 

Or, le fascisme, c’est la dictature ouverte et terroriste des capitalistes les plus chauvins et les plus réactionnaires sur les travailleurs. Il est instauré en cas de danger révolutionnaire ou pour mobiliser le peuple pour la guerre. C’est du capitalisme que naissent naturellement les idées réactionnaires, les groupes fascistes.

Qui ne remet pas en cause le système capitaliste jusqu'à son renversement et ne soutient pas jusqu'au bout le prolétariat dans la lutte des classes sera amené à rester passif, à soutenir la répression voire à réprimer lui-même le prolétariat. En voulant gouverner dans un système capitaliste, les organisations de gauche sont amenées à mener les mêmes politiques réactionnaires, xénophobes, racistes. Voilà qui explique leur gêne; malgré leurs tentatives de se refaire une virginité en appelant à des mobilisations telles que celles de Tours, ils restent les ennemis de la grande majorité des travailleurs.

 

Nicolas Sarkozy est également taxé de fasciste par des organisations de gauche et d’extrême gauche. D’autres crient à la « fascisation », au « fascisme moderne ». Si Nicolas Sarkozy ne représente pas un danger fasciste, dans un contexte où le capitalisme est en train de péricliter, la politique menée par l’Etat est forcément réactionnaire. Le capitalisme ne peut plus amener de progrès aux travailleurs, il est donc amené à les réprimer dans le cadre normal de la démocratie bourgeoise.

 

La gauche tente d’agiter le spectre d’un hypothétique danger fasciste et la nécessité de sauvegarder la démocratie bourgeoise et son processus électoral en votant pour elle. C’est sur un combat d’arrière garde qu’elle nous amène. Car l’étape, aujourd’hui, est à la lutte pour détruire le capitalisme et le pouvoir de la bourgeoisie, à la lutte pour la révolution.

 

Que devons nous faire ?

 

S’organiser ou agir uniquement en tant qu’antifascistes, c’est se cantonner à s’attaquer à un des symptômes du dépérissement du capitalisme.

 

Bien sûr; nous devons mener une agitation propre à repousser les idées racistes et réactionnaires parmi les classes populaires. Si besoin, nous devons aussi nous défendre, défendre les travailleurs et organiser leur autodéfense contre les agressions fascistes, empêcher le développement des groupes fascistes.

 

Mais la lutte contre les fascistes n'est qu'une partie de la lutte des classes. Le meilleur moyen de lutter contre la réaction et la montée des idées fascistes, c'est de redonner au prolétariat conscience de lui-même, de ses intérêts, fondamentalement contraires à ceux de la bourgeoisie, et de la nécessité d'abattre le système capitaliste. C'est de l’organiser le plus largement possible. Nous devons mener la lutte politique pour la révolution. Cela exige du mouvement révolutionnaire qu’il reparte à la conquête du terrain politique dans son ensemble, qu’il soit beaucoup plus fort qu’il ne l’est actuellement, plus organisé.

 

Pour pouvoir mener ce combat, la jeunesse a besoin du savoir apporté par les expériences révolutionnaires passées, d’accumuler des forces pour construire une organisation révolutionnaire pour mener la révolution dans l’Etat français. C’est ce que se propose de faire la JCML et le ROCML. Rejoignez nous !

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Communiqué de presse
commenter cet article

commentaires