Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 19:37

 R&S (jpg)

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 10:23
Affiche-meeting-preso-politiko-copie-1.jpg
Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 20:55

Depuis des années, l’association loi 1901 « Euskal Herriko Laborantxa Ganbara » est la victime de pressions, notamment de la part du Préfet des Pyrénées Atlantiques qui viole ainsi la liberté d’association. Ne nous trompons pas, le motif fallacieux de risque de confusion avec la Chambre de l’Agriculture des Pyrénées Atlantiques et l’argument disant qu’il n’y a qu’une Chambre de l’Agriculture par département ne sont qu’une façade. Ce dont les autorités ont peur, c’est que cette association qui s’inscrit dans le processus visant à obtenir plus d’autonomie pour le Pays Basque Nord (Iparralde) ne finisse par devenir à terme la Chambre de l’Agriculture d’un département Pays Basque. On assiste donc à une nouvelle manœuvre de l’Etat français pour conserver coûte que coûte la main sur le Pays Basque Nord. De plus, cette association rejette le modèle de l’agriculture (sur)productiviste dicté par la Politique Agricole Commune, ce qui ne va pas sans déplaire aux autorités.

Un procès avait déjà été gagné par EHLG en 2009, et si celui du Jeudi 18 Février aboutit défavorablement à l’association, non seulement son président subira une amende et une peine d’emprisonnement mais les employés d’EHLG perdront leur emploi.

 

La JCML de Pau dénonce donc les pressions dont est victime EHLG, ne serait-ce qu’en vertu de la liberté d’association, mais aussi parce que le peuple Basque doit obtenir le droit de s’autodéterminer, et que l’association EHLG s’inscrit dans cela. Bien évidemment, ce n’est qu’une infime partie d’un problème plus grand, qui est le manque de liberté pour le peuple Basque.

 

Stop à la répression de la part de l’Etat français, que ce soit contre EHLG ou contre les partis politiques basques dont la légalité n’est que très relative !

 

Vive le Pays Basque libre!

Gora Euskal Herria askatuta !

Liberté pour les associations basques!

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 09:00
lutte-salaries-sans-papiers-sintensifie-appel-L-1.jpeg

LE RASSEMBLEMENT D’ORGANISATIONS COMMUNISTES

MARXISTES LENINISTES

CONDAMNE L’ARRESTATION A PAU DE DEUX ETUDIANTES COMOREENNES SANS-PAPIERS ET APPELLE A L’ACTION POUR LEUR LIBERATION.

 

 

 

Informé de l’arrestation de deux étudiantes comoriennes sans-papiers, à Pau, le 25 janvier 2010, le ROCML condamne cette mesure prise par l’Etat français et exige leur libération.

 

En même temps que le pouvoir refuse de régulariser les milliers de travailleurs sans-papiers de la région parisienne et d’ailleurs en grève depuis plusieurs mois pour leur régularisation, l’arrestation des deux étudiantes intervient dans un contexte réactionnaire où le pouvoir cherche par des diversions à visées xénophobes (port de la burqa, débat sur l’identité nationale) à diviser le prolétariat et le peuple de France et à les détourner de la lutte contre les effets de la crise et le système capitaliste qui en est la cause.

 

Le ROCML milite pour l’unité révolutionnaire du prolétariat et du peuple de France, c’est-à-dire pour l’égalité des droits entre les travailleurs de nationalité française et les travailleurs immigrés régularisés ou encore sans papiers.

 

Avec la Jeunesse Communiste Marxiste Léniniste de Pau, le ROCML appelle les travailleurs, la jeunesse et l’opinion progressiste à s’unir et à se joindre aux initiatives unitaires pour obtenir la libération des deux étudiantes comoréennes de Pau et leur droit de vivre là où elles travaillent (car étudier, c’est travailler), en France, à Pau.

 

HALTE AUX EXPULSIONS !

REGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS

 

Paris, le 27 janvier 2010

 

 

RASSEMBLEMENT D’ORGANISATIONS COMMUNISTES MARXISTES LENINISTES

 

ROCML

 

 

Adresse électronique : Roc.ml@laposte.net

Adresse postale : Les Amis de Karl Marx   BP 59    64340  BOUCAU

 

 

sans-papiers-manifestation2.jpg

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Articles
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 19:05

syndicalisme.jpg

ARRESTATION DE DEUX ETUDIANTES COMORIENNES SANS PAPIERS !!!

 

LA JCML DE PAU APPELLE À LA SOLIDARITE !!!

 

Ce lundi matin, alors qu’elles allaient à leur cours de géographie sur l’UPPA, deux étudiantes comoriennes sans papiers se sont faites arrêtés par la Police aux frontières. Elles sont actuellement détenues à Paris sans qu’on en sache plus pour le moment. Ce n’est pas la première fois que le préfet des Pyrénées Atlantiques utilise ces méthodes pour s’en prendre aux sans papiers. Cela n’est pas sans rappelé le cas de Fahd expulsé durant les examens l’année dernière.

La JCML de Pau exprime son entière et sincère solidarité avec les étudiantes sans papiers arrêtées ainsi qu’à leurs proches. Nous, jeunes communistes, encourageons les étudiants, travailleurs à soutenir la lutte des sans papiers, face aux rafles, aux expulsions ; à s’associer aux rassemblements, aux mouvements en leur faveur avec comme mot d’ordre la régularisation de tous les sans papiers ! Alors que les travailleurs, les étudiants sans papiers sont parqués, expulsés, doivent se cacher pour éviter les contrôles de la police, le patron d’Arcelor Mittal lui, a le droit de séjour illimité en France malgré qu’il licencie des milliers de travailleurs ! La question des sans papiers n’est pas simplement une question de « droit de l’homme », c’est avant tout d’une question de la lutte de classes, même si la bourgeoisie essaie de diviser les travailleurs sur des critères racistes ou sexistes alors que la classe ouvrière doit être unie face au capital! Il faut rappeller que les travailleurs immigrés dépensent quotidiennement leur force de travail pour le patronat et sont jeter après utilisation comme des « klinex » dans des pays qu'ils ne connaissent pas.

L’Etat utilise la violence contre les sans papiers. Les étudiantes arrêtées n’avaient fait de mal à personne, elles allaient paisiblement à l’université pour étudier. Il ne s’agit pas ici d’une exception, c’est le quotidien de ce que la bourgeoisie appelle les « français d’en bas » : comme avec les sans papiers, l’Etat utilise la violence pour protéger et imposer les diktats du capital : Il laisse se faire licencier des milliers d’ouvriers, il réprime les ouvriers s’ils osent lever le petit doigt, il réprime les mouvements lycéens et étudiants…etc.

 

Face à un Etat qui défend ceux qui ne travaillent pas (les capitalistes) et qui utilise tout un appareil répressif contre ceux qui produisent, français ou immigrés, les prolétaires doivent s’unir, résister, rester solidaire entre eux et combattre la violence de l’Etat français !

 

LIBERTE ET SOLIDARITE POUR LES DEUX SANS PAPIERS ARRETEES !!

REGULARISATION DE TOUS LES SANS PAPIERS !!

 

JEUNESSE COMMUNISTE MARXISTE LENINISTE

 

200901260037_zoom.jpg    


Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Articles
commenter cet article
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 11:38

 
Avant l’ouverture du 49 ème congrès de la CGT, l’opposition interne à la direction confédérale personnalisée par Bernard Thi-baut, les défenseurs du « syndicat de classe et de masse », se sont mobilisés pour dé-noncer le passage du syndicat sur une ligne de collaboration des classes et la trahison, par ses chefs, de la CGT historique. Et il est vrai que les actes de ces derniers (ou leur inaction !), leurs déclarations dans la pé-riode récente donnent du grain à moudre aux militants combatifs pour affronter la di-rection confédérale.
Les militants de base, dans l’expérience de leurs luttes, découvrent en effet l’absence totale de soutien, voire le travail de sape des structures de leur syndicat, et ils se rendent à l’évidence : « On n’est pas soute-nu par les structures, les dirigeants préfè-rent parler dans les salons du pouvoir et du patronat que d’être avec nous sur le terrain pour renforcer nos luttes ».
Cette prise de conscience ne manquera pas de s’élargir et les communistes du ROCML s’y emploient.
Des initiatives pour coordonner les courants opposés à Bernard Thibaut ont lieu.
Du jamais vu dans l’histoire de la CGT, un militant des métallos du nord, Jean Pierre Delannoy oppose sa candidature à celle de Bernard Thibaut.
Ces faits indiquent que la direction confédé-rale de collaboration des classes est de plus en plus contestée et que ses opposants peuvent s’appuyer sur son rejet grandissant par les ouvriers. Cette situation est positive.
En même temps, certains aspects de cette contestation qui cherche à s’organiser nous interrogent.

 Que signifie par exemple la référence au syndicalisme « de classe et de masse » ?
A quel moment, suite à quel tournant, la direction confédérale l’aurait-elle abandon-née, dans les textes bien sûr, mais aussi dans les faits ?
Ce tournant est-il récent ? Comment a-t-il pu s’imposer ? Quel rôle le PCF y a-t-il te-nu ?
La reconquête de la direction de la centrale syndicale par les syndicalistes de lutte de classes est-elle possible ? Quelles en sont les conditions ?
La division des organisations communistes marxistes-léninistes, l’absence d’un parti communiste révolutionnaire unique ne rend elle pas cette perspective inaccessible ?
Quels sont la ligne et le rôle des commu-nistes aujourd’hui, dans cette situation ?
Autant de questions qui ne peuvent rester sans réponses si l’on ne veut pas rester dans la velléité et créer des illusions et des déceptions.
En ce qui concerne le ROCML, nous pen-sons que les communistes doivent dire la vérité. Entre eux, et au prolétariat et aux masses exploitées.
Cette vérité est selon nous la suivante :
1) La CGT est devenue un syndicat intégré aux rouages du système capitaliste. Ses structures sont dans l’ensemble dominées par l’idéologie et la pratique de la collabo-ration avec le patronat et le pouvoir poli-tique bourgeois.
2) l’indépendance du syndicat à l’égard des partis politique est une fable destinée à dédouaner le rôle du PCF dans sa dégéné-rescence. La ligne et l’action du syndicat sont le produit de l’action des militants po-litiques ou influencés dans l’organisation syndicale. C’est le PCF, allié à d’anciens courants réformistes, qui a impulsé la ligne actuelle de la CGT. Ceux qui se cachent der-rière l’apolitisme syndical sont des men-teurs ! Ceux qui les écoutent doivent ouvrir les yeux.
3) Tant qu’une organisation communiste ré-volutionnaire unique n’existera pas, toutes les tentatives de contestation à l’intérieur du syndicat, visant à en reprendre la direc-tion seront vaines, marquées par les calculs et les divisions sectaires, et perméables aux différents courants réformistes même d’apparence radicale. L’existence de cette organisation communiste unique, le Parti, est la tâche centrale actuelle des commu-nistes.
4) Les communistes militent dans les syndi-cats pour défendre activement les intérêts des travailleurs. Ils participent aux luttes pour les faire gagner, pour expliquer la na-ture et les causes des trahisons des direc-tions des syndicats réformistes, pour faire progresser la perspective de la révolution, pour rallier à l’organisation d’avant-garde les éléments avancés du mouvement ou-vrier afin que l’organisation communiste ac-tuellement encore coupée des masses de-vienne le parti de la classe toute entière.
 
ROCML
 
19--1-.jpg 
Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Articles
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 11:52

Mercredi 11 novembre 2009, lors des cérémonies commémorant l'armistice de la 1ére Guerre mondiale impérialiste, 2 jeunes militants basques de la gauche Abertzale (dont un militant à la Fédération Syndicale Étudiante) ont été victime de la répression qui s'abat sur le milieu indépendantiste basque et contestataire en général. En effet, ces deux jeunes ont été accusés d'avoir volé des drapeaux français. Ils ont été interpelés, mis en garde à vue avec tout le lot d'humiliation que cela implique pendant plus de 24 heures.

            La Jeunesse communiste marxiste léniniste de Pau condamne fermement les arrestations des deux camarades de SEGI et exprime toute sa solidarité avec ceux qui luttent contre le capital et en subissent la répression.

 

SOLIDARITE AVEC LES MILITANTS INTERPELES !!!

 

LIBERTE POUR LES ORGANISATIONS INDEPENDANTISTES BASQUES !!!

 14.jpg

GORA EUSKADI SOZIALISTA !!!

 

A Pau, le vendredi 13 novembre 2009.

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Articles
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 22:42



ILS ONT TUE LES TRAVAILLEURS AVEC LES ARMES QU'ILS LEUR ONT FAIT CONSTRUIRE

 

HIER, 10 millions de morts, 20 millions d'invalides, pourquoi?

Incompréhension mutuelle? Nationalisme gratuit?

Comment justifier le massacre à grande échelle des peuples, si ce n'est en comprenant ce que les autorités, médias à la botte des richards et experts vendus essaient de camoufler ou de minimiser.

 

A QUI PROFITE LE CRIME DE GUERRE? AUX CAPITALISTES ET A EUX-SEULS!

-En temps de crise, ils investissent leur argent dans des armes de plus en plus meurtrières et les vendent afin de se faire du profit sur la mort de ceux qu'ils envoient au front pour leurs intérêts.

-Car ils veulent s'emparer des ressources et du marché économique de leurs concurrents, et si ils ne peuvent pas le faire, ils font tout pour détruire les usines, les infrastructures et exterminer les travailleurs de leurs rivaux.

 

AUJOURD'HUI, le massacre organisé par les banquiers, les actionnaires et les industriels continue sur toute la planète, que ce soit lors de conflits entre impérialismes par pays ou factions interposés, ou en faisant payer de leur sang, ceux qui se révoltent contre l'oppression.

IRAQ, envahi par l'impérialisme U.S. - PALESTINE, victime du sionisme – CAUCASE, proie de la Russie – AFGHANISTAN, sous le joug d'une coalition rassemblant nombre de pays occidentaux dont la France – HONDURAS, où la lutte entre les impérialismes américain et européens se fait sur le dos du peuple...Théâtres de l'oppression mondiale parmi tant d'autres.

Car le capitalisme français, comme le sont tous les autres, est le bourreau et le geôlier de peuples en Afrique (Côte d'Ivoire, Tchad, Darfour,...), mais aussi partout où il installe ses garnisons et où il les utilise afin de maintenir les dictateurs qui lui sont acquis et de maintenir la prospérité en métropole pour les mêmes qui exploitent le travail ici, et dans les néo-colonies.

 

DEMAIN, quand les bourgeois nous vendront leurs nouvelles guerres comme « nécessaires », « défendant les libertés démocratiques », « sauvegardant les valeurs occidentales », nous devons être prêts, tout d'abord à les démasquer comme fauteurs de guerre et parasites économiques, et enfin à les chasser avec les armes qu'ils nous font produire.

 

 

CONTRE LE CLUB MILITARISTE DE L'OTAN, CONTRE L'IMPERIALISME FRANCAIS!

REJOINS LES MARXISTES-LENINISTES!

POUR UN AVENIR DE FRATERNITE, SANS CLASSES ET SANS EXPLOITEURS!

 

JEUNESSE COMMUNISTE MARXISTE LENINISTE

 

 

Poilus mort en 1918 sur le front de Verdun, sacrifié "pour la France"... Ou pour une poignée d'industriels français ou allemands...En témoigne cet industriel lyonnais, Emile Guimet, qui affirma à la fin de l'année 1916 que "la politique de la guerre est dominée par les questions commerciales, par l'intérêt qui s'attache à l'industrie. L'industriel est au centre de l'action. C'est pour lui qu'on se bat." 

(cf: DURAND P., Vincent Moulia : les pelotons d'exécutions du général Pétain, éditions Ramsay, Paris, 1978.) 

 

 

Soldat français fusillé. Le gouvernement d'Union sacré réprime ceux qui, au front, osent se lever contre une guerre pour les intérêts capitalistes.

 

 

En Russie, les soldats ont réussi à transformer une guerre impérialiste en guerre de classe. Pour la première fois dans l'histoire, ils chassent les capitalistes et créent le pouvoir des Soviets !

 

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Articles
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 22:34

 



Camarades, Cher(e) ami(e)s, Freres et Soeurs prolétaires!

Il y a exactement 92ans, à St Pétesbourg, les bolcheviks menés par le camarade Lénine s'emparaient du palais d'Hiver et faisaient chuter le gouvernement Provisoire, gouvernement capitaliste, qui ne cessait d'envoyer la classe ouvriere russe se faire tuer dans la premiere guerre mondiale. Dès lors s'installa en Russie, mais ensuite sur toutes les Républiques Soviétiques le pouvoir des travailleurs!
Quel moment historique. Nous sommes les quelques jours avant la Révolution, au Smolny, batisse qui abritait une ancienne ecole de la noblesse russe et où se reunit maintenant le congrès des Soviets ouvriers et soldats. Stupeur dans les rangs de la réaction lorsqu'ils s'apercoivent que les bolcheviks deviennent majoritaires lors des élections des soviets! Dès lors les conditions sont mûres pour lancer l'insurrection. Et la premiere action des bolcheviks juste apres le congrès de la victoire est de chanter la «chanson des martyrs» car en ce moment historique, le prolétariat russe n'oublit pas ceux qui sont tombés pour la cause lors des revolutions russes de 1905 et de 1917 dont voici les paroles:

Vous êtes tombés pour tous ceux qui ont faim,
Tous ceux qu’on méprise et opprime,
De votre pitié pour vos frères humains,
Martyrs et victimes sublimes.

REFRAIN
Mais l’heure a sonné et le peuple vainqueur
S’étire, respire, prospère.
Adieu, camarades, adieu, nobles cœurs,
Adieu, les plus nobles des frères.

Pour prix de vos peines, la peine de mort,
Ou bien la prison pour la vie,
Du bruit de vos chaînes sont pleines encore
Les plaines de Sibérie

Cette comémoration est d'autant plus importante qu'il faut faire face aux manifestations du pouvoir. Le capitalisme a ses fêtes, nous avons les nôtres, et lorsque celui ci, avec tous ses representants internationaux, couvert de sang et de larmes des peuples massacrés, au son de la marseillaise, parade pour le 14 juillet nous lui répondons par l'anniversaire de la révolution d'octobre au son de l'internationale où se retrouve les frêres et soeurs de la classe ouvriere du monde entier.
Qu'ils profitent, ses tortionnaires sanguinaires, de Sarko a Obama sans oublier ni les dirigeants israéliens ni les Gordon Brown, les Merkel, les Berlusconi et leurs valets corrompus comme Omar Bongo, car même si l'épée de la Révolution d'Octobre a été jetée a terre par toute la ''gauche'' révolutionnaire en France, même de ceux qui se nomment communistes, nous, nous l'avons ramassé, et nous la brandissons contre nos bourreaux et ses valets, et qu'ils tremblent car avec elle nous sommes invincible!
Les enseignements de la grande Révolution d'Octobre guidée par Lenine sont internationaux et éternels. Le prolétariat russe avec à sa tete le parti bolchevik a renversé la bourgeoisie, sans indemnité sans cadeaux et a collectivisé au profit des travailleurs, les moyens de la production.
Voilà ce qu'en disait Lenine:

« "Nous" disons donc à la bourgeoisie: Vous, exploiteurs et hypocrites,
vous parlez de démocratie alors qu'à chaque pas vous dressez des milliers d'obstacles pour êmpecher les classes opprimées de participer à la vie politique.
Nous vous prenons au mot, et afin de préparer les masses à la révolution, pour vous renverser, vous autres exploiteurs,
nous demandons, dans l'intêret de ces masses,que votre démocratie bourgeoise soit élargie.
Et si vous, exploiteurs, tentez de résister à notre révolution prolétarienne, nous vous reprimerons impitoyablement, nous vous enleverons vos droits politiques; bien plus nous vous refuserons le pain, car dans notre république proletarienne, les exploiteurs n'auront pas de droits, ils seront privés d'eau et de feu, car nous sommes des socialistes pour de bon. »


La paix, le droit de vote pour les femmes, l'école gratuite avec un taux d'alphabétisation de 100%, la santé gratuite avec l'esperence de vie multipliée par deux, chômage zéro, logement pour tous, droit des peuples à disposer d'eux mêmes, distribution de la terre pour les paysans... voilà les fruits du socialisme!
Mais l'heure est grave camarade, l'heure où le capitalisme se moque des suicides des prolétaires sur leurs lieux de travail, à l'heure où celui-ci fait la sourde oreille à la colère des travailleurs, des retraités et de la jeunesse, à l'heure où le capitalisme continu de s'engraisser sur l'exploitation et la ruine des masses laborieuses, la révolution reste et restera d'actualité tant que la capitalisme et son lot de misère, ne sera pas totalement detruit et lorsque nous répondons a ses attaques, camarades, nous lui repondons que nous sommes des revolutionnaires pour de bon et que:

LA REVOLUTION D'OCTOBRE EST A REFAIRE!
ET NOUS LA REFERONS!!!
VIVE LENINE!
GLOIRE A LA REVOLUTION D'OCTOBRE!
LE COMMUNISME VAINCRA!

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Articles
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 22:26


Cher«e»s camarades, cher«e»s ami«e»s,

À l’aube de cette 26e année d’incarcération, votre mobilisation solidaire m’importe énormément. Elle m’apporte beaucoup de chaleur et de force. Elle me va tout simplement droit au cœur. À vous tous, camarades, de derrière ces abominables murs, mes salutations révolutionnaires les plus chaleureuses.

Quelques mois auparavant, la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté ainsi que la cour d’appel du tribunal de l’application des peines de Paris, ayant examiné mon dossier, ont confirmé le rejet d’une énième demande de libération conditionnelle, retenant que « … la force intacte de ses convictions anti-impérialistes, pouvait, si le contexte politique s’y prêtait, le pousser à se comporter en activiste résolu et implacable ». Ainsi donc, camarades, les convictions anticapitalistes, les convictions anti-impérialistes constituent des charges suffisantes, des preuves irréfutables justifiant le maintien des révolutionnaires en prison à vie. Ce n’est pas simplement de l’acharnement vengeur de l’État, ce sont plutôt les arguments reflétant la logique générale d’une justice au service de l’ordre impérialiste en crise. Au nom de l’éternel chantage, repentir contre libération, la justice bourgeoise s’affirme en dernière instance, sans détour ni fioriture, comme simple rouage de domination. Au service du capital, face aux prolétaires antagonistes et tous les protagonistes de la gauche révolutionnaire anti‑impérialiste refusant de renier leurs idées et leur engagement, les décisions judiciaires s’avèrent pour ce qu’elles sont, de simples mesures administratives de répression et d’anéantissement. C’est symptomatique, d’ailleurs, de voir de plus en plus souvent qu’un ministre de la justice a été auparavant ministre de l’intérieur ou de la défense et inversement…

Avec l’approfondissement de la crise, camarades, la criminalisation des diverses expressions de lutte est appelée à se généraliser. Et cela est aussi vrai au niveau national qu’au niveau mondial. Répression des prolétaires en lutte contre la régression sociale, le terrorisme managérial du patronat et le chômage dans les centres du système et guerres de pillage et domination dans les périphéries proches et lointaines… Bien entendu, le tout est accompagné de campagnes de propagande d’intoxication et de désinformation. Ainsi la régression sociale se présente sous les noms « réforme » et « modernisation » ; les guerres des agresseurs impérialistes et les agressions de leurs affidés régionaux se trouvent qualifiées d’ « interventions pour la liberté et la démocratie »… tout naturellement ceux qui collaborent au service du capital se trouvent gratifiées du nom des « forces vives et modernes » et surtout « modérées ». Ici comme ailleurs, camarades, les prolétaires n’ont d’autre choix sur ce terrain aussi que d’étendre et renforcer la résistance en donnant à la guerre idéologique la dimension qu’elle occupe réellement… Nous savons tous, camarades, que la vague de suicides et de dépressions dont on parle quelque peu ces jours-ci est une conséquence directe des conditions de travail. Ce ne sont pas les prolétaires qui doivent se suicider, c’est le capitalisme qu’il faut abattre !

Hier, camarades, non loin d’ici et au su et au vu de tout le monde, le soi-disant attachement d’Obama et de son administration aux valeurs de justice et à la justice internationale en particulier s’est traduit par le refus de Washington de transférer le rapport de Goldstone sur la guerre de Gaza, au conseil de sécurité de l’ONU, pour empêcher la possibilité de son transfert devant la Cour pénale internationale. Cela n’a pas soulevé une quelconque objection de la France ou de l’Europe. Pire encore, la bourgeoisie palestinienne à la tête de l’Autorité palestinienne et aux ordres de l’administration d’Obama et sous sa pression, n’a fait que faciliter ce scandale. Il n’empêche, camarades : la mobilisation des masses palestiniennes et leurs avant-gardes révolutionnaires ont finalement obligé l’Autorité Palestinienne à revoir sa position en tenant compte des rapports de force inter-palestiniens. Camarades, c’est en se mobilisant toujours plus sur le terrain de la lutte anticapitaliste anti-impérialiste que l’on apporte le soutien le plus significatif aux prisonniers révolutionnaires.

À bas l’impérialisme et ses laquais ! À bas le terrorisme managérial du patronat !

Honneurs aux prolétaires et peuples en lutte !

La Palestine vivra, la Palestine vaincra ! Ensemble, camarades, nous vaincrons !

Georges Abdallah

Lannemezan le 15 octobre 2009
Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Articles
commenter cet article