Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 10:59

La Préfecture de Police de Paris interdit la manifestation en soutien des migrants, des réfugiés et des travailleurs sans papier du dimanche 22 novembre.

Le 18 novembre, dans le cadre de l’état d’urgence, la préfecture de police de Paris a prorogé l’interdiction de manifester sur la voie publique.

La situation dramatique vécue par la population, suite à ces attentats, devient un prétexte pour interdire l’expression démocratique sur la voie publique ; notamment pour celles et ceux qui contestent la politique anti-sociale, sécuritaire et guerrière de Hollande, de son gouvernement et de toutes celles et tous ceux qui, au nom de l’unité nationale, enfilent les rangers et expriment leur haine des étrangers.

Cette interdiction est un nouveau coup porté à l’expression démocratique.

L’Union départementale CGT de Paris est prête à braver cette interdiction inique. Elle a néanmoins fait le constat que les forces progressistes et démocratiques à Paris avaient encore besoin de réfléchir sur cet enjeu.

Un rapport de force progressiste d’un tout autre niveau est en effet nécessaire pour défendre les libertés démocratiques de ce pays.

Malgré cette interdiction, l’UD CGT de Paris ne lâchera rien sur ses revendications légitimes pour imposer un véritable pacte de progrès social, démocratique et écologiste dans ce pays.

La CGT à Paris reste disponible pour agir avec d’autres dans l’intérêt général.

Depuis 120 ans, la CGT a toujours assumé ses responsabilités et notamment dans les heures les plus noires de l’histoire du pays.

Paris, le 20 novembre 2015

Le Secrétariat de l’UD

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau
commenter cet article
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 10:55

NON A L’UNITE NATIONALE

UNITE POPULAIRE FACE AU TERRORISME ET AU CAPITALISME

Ce vendredi 13 novembre 2015 dans la soirée, des individus armés ont semé la terreur par des explosifs et des tirs à différents endroits de Paris faisant à l’heure où nous écrivons 132 morts et 349 blessés. Le nombre de morts dépasse de loin ce qu’a pu connaitre la France depuis de très nombreuses années. Le Roc-ml partage la douleur qui touche les familles des disparu(e)s dans ces attentats tragiques. Il est terriblement pénible de perdre des proches de manière si brutale pour des raisons qui peuvent paraitre obscures ou qui nous semblent étrangères.

Malgré cela les masses populaires en France ne doivent pas céder aux alarmes mises en place par les forces politiques de la bourgeoisie, qui se servent de cet évènement à des fins de domination politique sur la classe laborieuse.

Ils se servent, comme à leur habitude, de la division, en alimentant des haines « raciales », le rejet de l’autre, pour au final acculer chaque individu au repli sur soi. Les réactionnaires de tous bords se sont directement mis en action en dégradant des mosquées et des boucheries hallal. On nous montre le « migrant » comme un terroriste infiltré. Les migrants fuient justement cette guerre barbare au Moyen-Orient. Au contraire, les terroristes sont recrutés directement en France ou dans les pays occidentaux et ne sont pas des migrants. Les propos sur les migrants sont une manipulation des forces réactionnaires. Le capitalisme se sert de cet outil politique pour créer des chimères d’identités nationales et religieuses et ainsi semer la division entre nous. Nous avons pourtant plus de points communs avec un travailleur syrien migrant qu’avec un patron français.

Les travailleurs, qui sont aujourd’hui dans l’émotion, après cette atrocité, doivent se relever et cibler non seulement les réactionnaires DAESH comme ennemi, mais cerner aussi le rôle de l’Etat français et de sa bourgeoisie comme principal fossoyeur de la paix dans le Monde.

Ne soyons pas dupes, quand Valls annonce que la France est en guerre depuis vendredi, il oublie que l’entrée en guerre de la France remonte à plusieurs années en arrière. Le gouvernement français et ses troupes sont intervenus en Centrafrique, au Mali, en Libye, en Syrie,… en amenant systématiquement la mort, la destruction et la déstabilisation de régions entières : tout cela dans un contexte mondial de nouveau partage des zones d’influences par les grandes puissances impérialistes de la Terre. La France n’est donc pas en guerre depuis le vendredi 13 novembre 2015. Le fait nouveau est que des actes de guerre se produisent maintenant à l’intérieur des frontières de la métropole.

Les communistes se sont, dans toute leur histoire, battus pour la paix. La guerre, conséquence du système impérialiste, fait toujours ses victimes dans les rangs des prolétaires. Pourtant la classe ouvrière ne trouve d’intérêt dans aucun conflit impérialiste.

Le ROC-ml appelle les travailleurs à s’unir pour combattre tout obscurantisme religieux en son sein ainsi que toutes les divisions qui sont créées par les partis politiques de la bourgeoisie. Il faut s’unir aussi pour combattre toutes les lois que met en place le gouvernement, des lois qui seront liberticides pour le prolétariat en France. Effectivement, ces mesures de guerre utilisées par l’Etat français ont pour conséquence de vouloir museler les travailleurs dans leur lutte contre la bourgeoisie. Au nom de l’unité nationale, ils n’auraient pas le droit instaurer de rapport de force et devrait subir les attaques du capital. La bourgeoisie, elle, n’arrête pas ses attaques en temps de guerre, elle n’a pas lancé de trêve sociale, les organisations des travailleurs doivent donc poursuivre leur lutte de classe (la CGT a déjà lancé des appels en ce sens, voir p. 3).

Les Etats impérialistes ne peuvent être la solution. Comment peuvent-ils arrêter la terreur alors qu’ils fonctionnent eux-mêmes par la terreur. L’Arabie Saoudite ou la Turquie utilisent des procédés de ce type contre leur peuple. De même, comment peut-on lutter contre DAECH et en même temps combattre le PKK comme le fait la Turquie. Le PKK est pourtant une force progressiste de résistance à DAESH !

Alors quelle alternative ?

Les travailleurs doivent comprendre que leurs intérêts immédiats ne sont pas dans l’union nationale aux côtés de leur propre impérialisme (la France) face à DAESH. Ils doivent compter sur leur propre force. Nous soutenons toutes les forces populaires qui combattent Daesh et les autres groupes djihadistes sur le terrain. Notre soutien va en priorité aux combattants et aux combattantes héroïques kurdes de ROJAVA qui sont en première ligne de ce combat. . Les peuples du Moyen-Orient sont la clé du problème. Le peuple syrien peut trouver la solution à DAESH sans que les puissances impérialistes s’en mêlent, elles qui n’ont fait jusqu’à présent que déstabiliser cette zone.

Le ROC-ml se ralliera à tous les appels à la paix et au retrait des troupes impérialistes françaises des pays d’Afrique et du Moyen-Orient.

En même temps, le ROCML soutiendra les travailleurs dans la poursuite et l’amplification de leurs luttes, à ne pas céder à l’émotion et accepter une union inacceptable. L’Etat peut bien prendre toutes les mesures de sécurité qu’il souhaite. Il est lui-même responsable par son action rapace et militaire au Moyen Orient et en Afrique de l’insécurité qui règne aujourd’hui jusque dans notre pays. Les travailleurs doivent avoir confiance en eux. La résistance kurde à DAESH montre que l’organisation de classe des travailleurs, des opprimés peut être une alternative réelle et une solution viable au système impérialiste

 

Les travailleurs doivent rejeter le piège de l’unité nationale

Vive l’unité populaire contre DAESH, le capitalisme et l’impérialisme !

 

Le ROCML, 18 novembre 2015

 

 

 

 

 

« Cet état restreint fortement les libertés publiques. Sont rendues possibles : l’instauration d’un couvre-feu, la réglementation de la circulation ou du séjour par les préfets, l’assignation à résidence par décision ministérielle, la fermeture de salles, de bars, l’interdiction de réunions, les perquisitions de jour comme de nuit sans passer par un juge, le contrôle de la presse et de la radio… » (Le Monde, 16/11/15)

Même si l’opération policière/militaire à Saint Denis se fait dans le cadre de l’Etat d’Urgence, comment peut-on être sûr que cela ne soit pas étendu aux manifestations ouvrières, aux réunions de révolutionnaires, qui, selon le choix arbitraire de l’Etat pourraient être considérées comme trouble à l’ordre public ?

Comment certifier que cet Etat d’Urgence ne se retournera pas contre le peuple ? Comment s’assurer que tous les lois liberticides adoptées en ce moment par l’Etat ne vont pas instaurer une situation de guerre contre la contestation sociale, les mouvements ouvriers et de ses organisations qui les représentent ?

 

NON A L’UNITE NATIONALE ! UNITE POPULAIRE FACE AU TERRORISME ET AU CAPITALISME !
Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans communisme daesh attentats ps pcf socialisme marxisme leninisme
commenter cet article
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 10:53

La barbarie a encore semé la mort dans Paris. Tel est le constat que nous pouvons faire après le terrible attentat qui a tué tant d’innocents. La rédaction condamne cet acte inqualifiable, ses auteurs et leurs commanditaires. Elle compatit à la douleur des blessés et des familles endeuillées et partage l’émotion du peuple de France. Cependant notre émotion ne doit pas être un voile nous empêchant de comprendre le pourquoi des évènements. Les communistes ont le cœur chaud : ils sont sensibles aux injustices et à l’oppression. Ils ont la tête froide: ils veulent comprendre pourquoi il y a des injustices et des crimes, ce qui nécessite de replacer les événements dans leur contexte général et dans leur dynamique. Seule cette analyse peut nous permettre de nous positionner et d’agir. Voilà pourquoi nous ne pouvons être de l’unité nationale. Voilà pourquoi nous estimons que les responsables de cette situation, les gouvernements de l’impérialisme français, ne peuvent être la solution au terrorisme réactionnaire et barbare.

« La France est en guerre » dit Hollande. La guerre n’est-elle pas déclarée au Moyen Orient et en Afrique par la France depuis dix ans ? Les grandes puissances n’ont-elles pas mis cette région à feu et à sang ? Et pour quoi ?

Qui a créé le monstre DAESH ? Qui le finance ? Qui sont ses alliés ? Pourquoi l’a-t-on laissé prospérer ?
Est-ce que les guerres éclatent pour défendre des valeurs de liberté et de droits de l’Homme comme le prétend la France ? Alors pourquoi la France est-elle l’alliée du Qatar et de l’Arabie Saoudite, de la Turquie et d’Israël ?

La vérité, c’est que les guerres sont le résultat de la défense des intérêts des grands monopoles capitalistes par les Etats impérialistes USA, France, Allemagne, Angleterre, Russie… Et ces intérêts passent par le contrôle des routes stratégiques et des ressources de matières premières. Après l’Afghanistan, l’Irak, la Lybie, c’est la Syrie qui est devenue depuis plusieurs années le terrain où agissent les différents impérialismes.

Le terrorisme a été et est toujours soutenu et instrumentalisé pour déstabiliser et affaiblir les Etats qui résistent à leurs buts. Mais il arrive que la créature échappe au contrôle du créateur et se retourne contre lui !

Non, l’émotion ne doit pas faire oublier qui est responsable de la montée du terrorisme, et pourquoi.

Les communistes refusent l’union nationale autour de ceux qui ont allumé l’incendie et qui crient maintenant « au feu » quand les flammes les atteignent. Les pyromanes ne peuvent pas être de vrais sapeurs-pompiers !

Les classes populaires doivent s’unir et se mobiliser contre les guerres de conquêtes à l’extérieur et la guerre anti-ouvrière à l’intérieur. Car pour la bourgeoisie, l’union nationale va de pair avec l’exploitation et la répression patronale. Nos camarades d’Air France licenciés et trainés devant les tribunaux le savent.

La Voix des Communistes

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 17:02

La CGT ne renoncera pas au droit de lutter, de se rassembler et de manifester !

Prolonger pour au moins 3 mois l’état d’urgence, modifier la Constitution, instaurer la déchéance de nationalité pour les terroristes nés en France, création d'une garde nationale : telles sont les mesures phares annoncées par le Président de la République à la suite des attentats qui ont frappé la France le 13 novembre.

L’Union départementale CGT de Paris est pleinement consciente des dangers et des risques que font courir ces criminels. Elle s’inscrit dans une pratique syndicale responsable, particulièrement dans cette période, de la sécurité des salariés et des populations.

L’Union départementale CGT de Paris tient, cependant, à mettre en garde contre le peu d’efficacité de l’état d’urgence et des dangers graves qu’ils comportent contre les libertés publiques, notamment la liberté syndicale, dans un contexte déjà marqué par une forte répression anti-syndicale.

Il y a, en effet, peu de chances qu’un terroriste kamikaze prêt à se transformer en bombe humaine puisse être dissuadé de commettre son crime par la perspective de perdre la nationalité française.

Et réformer, dans l’urgence, la Constitution, qui est la loi « des temps longs », nous paraît un contresens dangereux, qui réduit le temps de débat démocratique et la nécessaire sérénité qui doivent présider à ce type de réforme.

Alors que de nombreux spécialistes appellent à une judiciarisation plus rapide des enquêtes contre le terrorisme, l’état d’urgence dispense les forces de police de recourir à des mandats avant de perquisitionner, mandats qui, de toute manière, ne leur aurait sûrement pas été refusé, au vu des circonstances.

Les mesures d'urgences devraient plutôt permettre de répondre à la question du financement du terrorisme, notamment l’achat du pétrole et la vente d’armes.

Il est illusoire de penser que nous pourrons-nous battre, ensemble, pour la défense de nos idéaux démocratiques, si nous commençons par renoncer à ces idéaux.

Peu utile, donc sur le plan de la justice, l’état d’urgence apparaît comme dangereux pour les libertés et les nombreuses luttes sociales en cours.

Pour la CGT Paris, il ne peut être question d’accepter qu’un des fondements de notre démocratie, la liberté syndicale, puisse être affaibli au nom… de la démocratie ! Il ne peut, également, être question de brider la contestation des politiques antisociales, que le gouvernement continuerait de mener comme si de rien n’était, au nom de la lutte contre le terrorisme ; ce d’autant plus que la précarité et l’exclusion sociale en sont le terreau.

Nous refusons de renoncer au droit de défendre les intérêts des salariés. Nous savons apprécier par nous-mêmes les circonstances dans lesquelles nous pouvons appeler ou non à manifester ou se rassembler et nous entendons continuer à procéder de la sorte.

Le bureau de l'UD CGT Paris,
Paris, le 17 novembre 2015

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau
commenter cet article
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 09:50

Nous sommes solidaires de notre camarade Georges qui entame aujourd’hui sa 32ème année de détention. Georges n’a jamais renoncé à la lutte contre l’impérialisme oppresseur. Il est un exemple de courage et de fermeté pour tous les militants révolutionnaires et progressistes.

Georges est victime de la justice de classe, impérialiste de l’Etat français. Hollande, Valls, les gouvernements impérialistes de ce monde prétendent défendre la paix, une société pacifiée, en même temps qu’ils combattraient la violence.

 

Mais de quelle violence parlent-ils lorsque les impérialistes condamnent Georges Abdallah ? De quelle violence parlent-ils lorsque l’impérialiste sioniste assassine des enfants palestiniens ? De quelle violence parlent-ils lorsqu’ils arrêtent des syndicalistes d’AIR France ?

 

Il y a en vérité deux violences. Celle du capitalisme-impérialisme qui enferme les travailleurs et les peuples dans les prisons de l’exploitation et celle des travailleurs qui luttent pour l’amélioration de leur sort. Hollande, pour qui la violence de classe des travailleurs est intolérable, est en première ligne pour déchainer la violence des impérialistes au Mali, en Centrafrique, en Syrie, la guerre sociale en France contre les travailleurs révoltés, les migrants, la mobilisation pro-palestinienne.

 

Puisqu’une attaque contre l’un de nous est une attaque contre tous, nous appelons à poursuivre le combat pour la libération de Georges, à renforcer nos mobilisations pour résister à l’impérialisme et à la violence de classe.

 

Libération immédiate de Georges Abdallah !

A bas l’impérialisme !

 

C’est ensemble camarades que nous vaincrons

 

 

Le 24 octobre 2015, Le ROCML et la JCML

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans imperialisme marxisme sionisme israel liban communisme
commenter cet article
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 12:20

http://rocml.org/air-france-appel-du-rocml-classe-contre-classe-halte-a-la-repression-du-capital-contre-le-travail/

 

HALTE A LA REPRESSION DU CAPITAL CONTRE LE TRAVAIL !

Camarade ouvrier, camarade travailleur exploité,

Six travailleurs d’AIR FRANCE ont été arrêtés ce 12 Octobre chez eux, à six heures du matin, comme des criminels ! Cinq d’entre eux, sont accusés de violence aggravée pour avoir viré du siège d’AIR FRANCE des cadres supérieurs (et déchiré la chemise de deux d’entre eux), venus annoncer au Comité Central d’Entreprise 2900 suppressions d’emplois. Ces travailleurs risquent plusieurs années d’emprisonnement, des amendes de plusieurs dizaines de milliers d’euros, et seront « marqués à l’encre rouge » pour longtemps.

Le ROCML,

  1. Juge les 2900 licenciements comme la première violence collective infligée par la direction capitaliste d’AIR FRANCE aux travailleurs de la Compagnie. Dans leur action, les travailleurs poursuivis et l’ensemble des manifestants n’ont fait que répliquer à cette violence sociale, en état de légitime défense. Le ROCML les soutient sans réserve et sans condition !
  2. Dénonce et condamne la procédure judiciaire répressive comme une vengeance de classe du patronat, de l’Etat et des partis directement liés au capital, du PS au FN, à l’encontre de travailleurs qui ont osé refuser le diktat du capital et transgresser les bonnes manières syndicalement correctes. Clairement, la bourgeoisie veut faire un exemple. Elle veut faire peur en matant les travailleurs les plus combatifs parce qu’elle sait que d’autres explosions vont éclater.

Camarade ouvrier, camarade travailleur exploité, IL NE FAUT PAS LES LAISSER FAIRE !

Les travailleurs d’AIR FRANCE traînés devant les tribunaux bourgeois sont nos frères de classe. En luttant pour leur emploi, ils luttent pour tous les travailleurs guettés par les licenciements et le chômage. Chacun d’entre nous pourrait être à leur place.

Le ROCML appelle tous les travailleurs à manifester par tous les moyens leur solidarité de classe avec les accusés d’AIR FRANCE. Il les appelle à participer aux manifestations, à signer les pétitions, à prendre les initiatives nécessaires dans les entreprises et les chantiers, dans les syndicats, les Unions Locales.

AUCUN TRAVAILLEUR D’AIR FRANCE NE DOIT ÊTRE CONDAMNE OU SANCTIONNE !

C’EST LE CAPITALISME DESTRUCTEUR QU’IL FAUT CONDAMNER ET SANCTIONNER !

METTONS EN ACTION LA GLORIEUSE DEVISE DE LA CLASSE OUVRIERE :

UN POUR TOUS, TOUS POUR UN !

RASSEMBLEMENT ORGANISE DES COMMUNISTES MARXISTES LENINISTES

Paris, le 14 octobre 2015

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans ROC ML répression communisme comm pcf
commenter cet article
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:18

Communiqué du ROCML sur les attentats meurtriers en Turquie

En Turquie, le 10 octobre 2015 un carnage a été perpétré contre un rassemblement pour la paix.

Déjà selon l'information fournie par HDP (Parti Démocratique des peuples), on dénombre 128 morts, des centaines de blessés et des dizaines de blessés graves.

Nous présentons notre solidarité et nous partageons la douleur des familles et des peuples de Turquie.

Ce double attentat à la bombe qui a couté plus de cent vies, n'est pas le premier :

Rappelons la tragédie de Suruç (en face de Kobané) qui a fait 33 morts, le double attentat à la bombe à Diyarbakir (capitale du Kurdistan coté Turquie), encore une fois dans un meeting de HDP, sans oublier les attaques policières permanentes contre les manifestants d'Istanbul et Hakkâri (à l’extrémité du Kurdistan).

Depuis le 7 juin 2015, AKP a perdu la majorité absolue au parlement, le pouvoir a accentué la pression contre les mouvements progressistes, communistes et Kurdes. Depuis des mois que le peuple kurde réclame l’autogestion de son territoire, des centaines d’arrestations ont eu lieu, y compris parmi les élus comme les maires ou conseillers municipaux du Kurdistan.

Aussi la condamnation des actes « terroristes » par les medias occidentaux, des hommes politiques occidentaux ne saurait occulter les actes terroristes du pouvoir. L’identité véritable des responsables de cet attentat est secondaire face à la responsabilité flagrante des forces dirigeantes réactionnaires au pouvoir en Turquie :

-La bourgeoisie turque, n'a pas digéré la victoire de HDP le 7 juin (81 députés au parlement), une première dans l'histoire de la Turquie pour les représentants d’une large alliance des peuples Turc et Kurde. Cela est passé sous silence en occident.

La bourgeoisie turque qui n'a pas été capable de consolider un gouvernement à son service, utilise la terreur pour faire reculer le mouvement populaire qui s’est amplifié depuis les événements de Gezi (Taksim) à Istanbul. Ce n’est pas nouveau dans l'histoire de la Turquie : le massacre du 1 mai 1977(32 morts), de Maras (des centaines de morts), de Sivas (37 intellectuels, acteurs et actrices brûlés vif en témoignent .....et la liste est longue.

Ne tenant pas compte du cessez le feu décidé par le PKK, l'Etat Turc a mis la fin à la période de négociations et repris la lutte armée contre le peuple Kurde sous prétexte de lutter contre le terrorisme.

Combien d’activistes de l’EI la Turquie a-t-elle mis hors d’état de nuire ou arrêté 0000000,00 et encore 0!

Combien de militants progressistes, communiste et Kurdes l’Etat Turc a-t-il emprisonné et tués: Plusieurs centaines, y compris des victimes de Suruç et même des députés communistes Turcs.

Les choses sont claires! Les actes terroristes sont du côté du pouvoir réactionnaire turc et les attentats terroristes sont des actes qui renforcent sa politique de répression contre les peuples de Turquie.

L'Etat Turc est seul responsable de ce massacre! Quels qu’en soient ses sous-traitants comme l’EI ou ses agents à l'intérieur du pays.

Ce n'est pas à l'Etat Turc qu’il faut envoyer les condoléances, mais aux peuples de Turquie et en particulier au HDP.

Vive le la lutte des peuples en Turquie !

Vive la lutte pour la démocratie et le socialisme en Turquie !

Vive la lutte de peuple Kurde et son choix!

 

Le Rassemblement Organisé des Communistes Marxistes Léninistes (France)

Le 11 Octobre 2015

 

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau
commenter cet article
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:17

lire l'article ICI

 

Déclaration du ROCML
sur les évènements à AIR FRANCE le 5 Octobre 201
5

Lundi 5 octobre, les travailleurs d’AIR FRANCE ont mené une action au siège de la compagnie aérienne où a été annoncé un plan de suppression de 2900 emplois, soi-disant nécessaire pour maintenir les emplois des autres salariés. Pour rappel, Au cours de cette action, plusieurs dirigeants d’AIR France, ont été molestés par les travailleurs, et en particulier le DRH (Responsable des Ressources Humaines) , c'est-à-dire celui qui ajuste le niveau de la main d’œuvre en fonction des intérêts des actionnaires. Aucun coup physique n’a été donné. Ils ont été simplement déshabillés de leur chemise blanche. Même en colère, les travailleurs savent encore (difficilement) se retenir.

Malgré leur retenue, les médias et les partis de la bourgeoisie ont condamné la « violence des travailleurs d’AIR France » et des plaintes en justice ont été lancées contre eux.

Devant cette situation le Rassemblement Organisé des Communistes Marxistes Léninistes :

  1. Déclare son soutien à la lutte des travailleurs d’AIR FRANCE contre les licenciements.
  2. Considère que les formes de l’action des travailleurs sont légitimes quand on les compare aux conséquences désastreuses sur des milliers de familles, programmées par les dirigeants d’AIR FRANCE.
  3. Soutient les travailleurs qui pourraient être traduits devant la justice bourgeoise pour avoir participé à cette action.
  4. Appelle tous les militants ouvriers politiques et syndicalistes de France à exprimer concrètement leur soutien à leurs camarades d’AIR FRANCE.

 

Le ROCML considère cet évènement comme un révélateur de l’accumulation de la révolte des travailleurs face à la loi d’airain du capitalisme, la recherche du profit, rendue plus dure encore dans les conditions de la crise générale dans laquelle ce système s’est lui-même embourbé et dont il ne sait pas sortir. Dans leur tentative d’enrayer la baisse des taux de profit et d’affronter la concurrence, les entreprises capitalistes recourent systématiquement à la baisse du « coût du travail » comme ils disent, en réduisant la masse salariale, c’est-à-dire en diminuant les salaires réels, en comprimant les effectifs (d, où les licenciements), et en accroissant la productivité. Les dirigeants de ces entreprises imposent volontairement et consciemment ces politiques. Ils perçoivent pour cela des salaires faramineux. Ils sèment la misère, ils ne doivent pas s’étonner ni se plaindre de récolter la colère des travailleurs. Ils le méritent.

Parallèlement à l’exploitation accrue du travail salarié, les entreprises capitalistes, et en particulier les plus grosses, bénéficient de la part de l’Etat de l’injection de capitaux sous des formes directes et indirectes. AIR FRANCE a ainsi bénéficié de 97 millions d’euros de remise d’impôts au titre de la CICE en 2013 et 2014. Notons au passage que CICE signifie Crédit d’Impôt Compétitivité EMPLOI ! En fait d’emplois, AIR FRANCE veut rajouter 2900 suppressions aux 8000 déjà effectuées depuis trois ans !

La mission de l’Etat au service du capital est flagrante. L’Etat détient au demeurant 16% des actions d’AIR FRANCE. On comprend le soutien politique et moral apporté par Hollande aux hauts dirigeants de la compagnie aérienne.

Le cas d’AIR FRANCE n’est pas le seul. Depuis des dizaines d’années, les monopoles et l’Etat à leur service (aussi bien par les gouvernements de droite que par les gouvernements de gauche) appliquent les mêmes méthodes. Les capitalistes frappent, les gouvernements les soutiennent et enfument les travailleurs par leurs promesses mensongères.

Jusqu’à aujourd’hui, la colère des ouvriers et des autres couches travailleuses de l’industrie, du commerce et des transports s’est exprimée de manière ponctuelle, dispersée. Ni les directions des syndicats ni les partis qui se réclament des travailleurs n’ont agi pour faire converger leurs luttes dans l’objectif de renverser le système capitaliste qui est la cause de tous les maux subis par les travailleurs, et son pouvoir politique d’Etat. Mais, d’expériences en expériences, lorsqu’il deviendra évident que le broyeur social capitaliste ne peut plus être arrêté en se battant corporation par corporation, branche par branche, entreprise par entreprise, alors naîtra et s’étendra la nécessité d’un mouvement général anticapitaliste pour prendre le pouvoir dans le but de renverser l’ordre capitaliste et d’imposer le pouvoir du peuple ouvrier et travailleur nécessaire pour construire une société sous sa direction. Aujourd’hui, il n’y a rien à attendre du dialogue avec le patronat. Les syndicats et les travailleurs ne peuvent pas convaincre les capitalistes d’écouter les salariés. Le capital agit en fonction des profits qu’il peut faire. Si les capitalistes agissaient autrement, ce ne serait plus le capitalisme. Toutes les énergies du mouvement ouvrier doivent être consacrées à faire grandir le rapport de force, à convaincre les travailleurs de la nécessité de la lutte, pour imposer ses intérêts de classe au capital. C’est cela que ne comprennent pas encore ceux qui demandent au gouvernement d’agir, ou qui réclament une autre direction à la tête d’une entreprise capitaliste.

Cela se fera-t-il pacifiquement ? Tout dépendra de la nature des moyens que la bourgeoisie utilisera face à la volonté du peuple, de la classe ouvrière et des autres couches de travailleurs exploités… mais ne nous faisons pas d’illusions elle n’hésitera pas à utiliser la violence pour défendre son pouvoir.

La bourgeoisie crie au scandale et appelle à la répression contre les travailleurs qui occasionnellement franchissent la ligne rouge de la légalité bourgeoise. Elle devrait se souvenir de sa propre Révolution, celle de 1789, et méditer dans ses salons les paroles du chant entonné durant ces journées révolutionnaires par le peuple de Paris, LA CARMAGNOLE :

Ah ça ira, ça ira, ça ira, Les aristocrates à la lanterne !

An ça ira, ça ira, ça ira les aristocrates on les pendra !

Et si on’les pend pas, on leur cass’ra la gueule, et si on’les pend pas, la gueule on leur cassera !

 

Soutenons les travailleurs d’AIR FRANCE contre tout licenciement et contre toute velléité politique et juridique de répression !

Faisons grandir l’alternative révolutionnaire anticapitaliste et pour un nouvel ordre économique, politique et social, le socialisme !

 

Le Rassemblement Organisé des Communistes Marxistes-Léninistes
Le 6 octobre 201
5

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau
commenter cet article
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:14

Voir l'article ICI

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau
commenter cet article
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 14:45

SORTIR DE L’EUROPE

OU

SORTIR DU CAPITALISME

 

Le 30 mai dernier a eu lieu à Paris un rassemblement dont le but politique partagé des organisateurs est la sortie de l’UE, de l’euro, de l’OTAN, la reconquête de la souveraineté ( ou de l’indépendance ) de la France, prise dans un « étau politique » par le « broyeur euro-atlantique » qu’est l’UE. (Ce qui est entre guillemets est dans un texte du PRCF adressé à ses « militants et sympathisants » daté du 25/2/2015). Participaient à ce rassemblement le PRCF, bien sûr, mais aussi la Coordination Communiste et quelques autres groupes. Ce thème, récurrent chez des groupes issus du PCF dans les années 1990 est rejeté par le ROCML. Pourquoi ?

 

Pourtant, en 2005, le Collectif Militant Communiste (collectif qui a participé à la création à du ROCML) avait pris position et milité pour le vote NON au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen. Avec d’autres organisations (URCF, PCOF) un meeting fut organisé à Paris le 15 mai 2005 sous le mot d’ordre NON au référendum sur le TCE.

Le ROCML juge que l’appel et les actions unitaires menées par CMC pour faire campagne pour voter non au référendum sur le TCE étaient justes. Alors pourquoi aujourd’hui le ROCML ne se reconnaît-il pas dans les mots d’ordre de reconquête de l’indépendance nationale, de sortie de l’UE et de l’euro mis en avant à toutes occasions par le PRCF et la CC 59-62 ? Dans le numéro 12 de son bulletin MILITANT COMMUNISTE, le CMC (Collectif Militant Communiste ) avait exposé dans le détail son argumentation pour le vote NON au TCE. Nous écrivions alors :

« VOTER NON POURQUOI ?

Fondamentalement, il s’agit pour nous de faire obstacle à la réalisation du projet de bloc impérialiste des bourgeoisies monopolistes européennes qui n’est rien d’autre et qui ne peut être rien d’autre qu’un instrument aux mains de ces bourgeoisies pour exploiter davantage les prolétariats et les peuples d’Europe et du monde, un instrument d’oppression et de répression, de reconquête colonialiste et de repartage de la planète, un instrument économique, politique et militaire pour résoudre, y compris par la guerre, les rivalités qui opposent les impérialismes et les blocs impérialistes entre eux.

Au travers de ce combat contre l’Union Européenne, nous voulons affaiblir l’impérialisme français, celui que notre classe et notre peuple sont en mesure de combattre et de renverser pour établir leur propre pouvoir et construire le socialisme.

Notre but est d’ébranler l’édifice européen pour le détruire.

(…)Par le moyen de l’UE, l’impérialisme français écrase un peu plus la classe ouvrière et le peuple de France. En même temps, il développe ses surprofits en exploitant, au nom du marché libre européen et international, les prolétariats des ex-pays socialistes ruinés par la contre révolution bourgeoise et des pays maintenus dans la pauvreté et le sous-développement. L’UE n’est pas seulement l’ennemi des peuples des nations impérialistes d’Europe, mais aussi des peuples dominés en Europe et à travers le monde. En votant NON, nous exprimerons aussi notre solidarité avec ces derniers. »

 

En bref, l’appel du CMC de voter NON était fondé sur le principe d’affaiblir notre propre impérialisme et sur l’internationalisme prolétarien. Rien à voir avec la défense de l’indépendance nationale et l’amour du drapeau bleu blanc rouge !

 

Avec le PRCF notre désaccord porte sur deux points d’analyse stratégiques fondamentaux :

Le premier est que la France actuelle (bourgeoise, capitaliste impérialiste) serait « broyée par l’UE atlantique » et que les reculs économiques, sociaux, et politiques de cette France-là, viennent de là. La reconquête de l’indépendance nationale « broyée » par l’UE atlantiste pilotée par l’Allemagne et vassale des USA permettrait un renouveau progressiste pour la France.

Le second est que le retour à l’indépendance nationale par la sortie de l’UE est la condition pour ouvrir la possibilité d’une révolution socialiste dans notre pays.

Ces deux points sont étrangers à l’analyse révolutionnaire et à l’idéologie communiste marxiste-léniniste.

Sur le premier point, nous affirmons que dans l’UE, la France n’est pas un pays « broyé » par les USA et leur allié allemand. D’abord, il faudrait prouver que l’Allemagne est effectivement l’agent des USA pour imposer leur direction sur l’Europe. Il est clair que l’Allemagne lutte pour elle-même pour cette direction. Y compris en s’opposant aux USA. Car chaque impérialisme national travaille d’abord pour lui-même avant de s’allier et aussi quand il s’allie avec un autre impérialisme.

 

Ensuite, c’est oublier que la France actuelle est elle-même un pays impérialiste qui lui aussi vise à faire valoir ses intérêts particuliers au sein de l’UE en alliance et en rivalité avec les autres impérialismes. Faire de la France une victime, c’est tout simplement nier ou oublier que la France est elle-même un pays impérialiste qui « broie » et vise à broyer d’autres nations en Europe, et dans le monde. Le développement inégal du capitalisme-impérialisme ne fixe d’ailleurs pas éternellement la domination de tel impérialisme sur tel autre.

Faire de la France une victime de l’UE, c’est cultiver tous les réflexes chauvins contraires à l’internationalisme prolétarien. Ainsi, l’attachement réactionnaire au drapeau Bleu Blanc Rouge constitue le symbole de ce chauvinisme, que le PRCF appelle « patriotisme ». Ce drapeau n’est pas celui de la classe ouvrière en France et dans le monde car c’est avec ce drapeau que la bourgeoisie française a massacré les peuples et le prolétariat aux quatre coins du monde pendant des siècles et encore aujourd’hui.

 

Bref, le mot d’ordre de sortir de l’UE sur la base de la reconquête des intérêts nationaux de la France capitaliste impérialiste d’aujourd’hui est un mot d’ordre qui détourne le prolétariat de son objectif premier : détruire son impérialisme et non simplement le critiquer parce qu’il serait faible face aux autres impérialismes. Quel serait le discours de nos « communistes patriotes » si la France était la puissance dominante ?

 

Nous arrivons au deuxième point de désaccord: la sortie de l’Europe comme préalable au progrès social et à la voie de la révolution socialiste.

 

A en croire le PRCF, la sortie de la France de l’UE permettrait (est la condition ! ) pour sortir de la régression sociale et avancer vers la révolution ( la transformation ? ) socialiste.

Tous les maux économiques et sociaux viendraient donc de la soumission de l’Etat français aux diktats de Bruxelles et de l’Allemagne de Merkel…

 

Pour échapper à ces diktats, il n’y aurait rien de mieux que de s’y soustraire en sortant de l’Europe. Ils sont bien naïfs, nos camarades du PRCF ! Hors de l’UE, la bourgeoisie monopoliste française AU POUVOIR serait-elle plus sociale, plus progressiste que les autres bourgeoisies de l’UE ?

Le fait d’avoir une liberté vis-à-vis des « diktats « européens a-t-il empêché la bourgeoisie anglaise d’être autant réactionnaire sinon plus que les bourgeoisies de l’UE ?

 

La réponse est évidente. Et la conséquence aussi.

L’expérience que traverse la classe ouvrière de Grèce est à cet égard édifiante. Il est clair que dans ou hors de l’UE, avec ou sans l’euro, avec la droite ou avec Syriza, c’est le peuple qui paiera la note si la bourgeoisie reste au pouvoir. Seul un pouvoir dirigé par la classe ouvrière peut en effet prendre la décision d’annuler unilatéralement la dette et de prendre en main la reconstruction de l’économie sur une autre base que celle des intérêts du capital financier, c’est-à-dire sur la base des intérêts du peuple. Dans une telle perspective, la question de la sortie de l’UE se résoudra d’elle-même.

 

Ainsi, il appartient aux prolétariats d’Europe de mener la lutte sociale et politique d’abord contre leur propre bourgeoisie, et non d’accuser les bourgeoisies étrangères de leurs malheurs. L’idée selon laquelle la sortie de l’Europe serait la condition d’une avancée vers le socialisme est erronée et trompeuse. Dans ou hors de l’Europe, la voie de la révolution c’est celle de la destruction de l’appareil d’Etat national et la conquête du pouvoir par le prolétariat. C’est cette ligne là que les communistes doivent développer. Fixer un autre objectif à la lutte de classe, c’est en détourner les prolétaires et les travailleurs exploités. C’est se mettre sur le terrain d’une fraction ou d’une autre de la bourgeoisie nationale.

 

ROCML - Le 10 juillet 2015

Voir les commentaires

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans leninisme marxisme prcf europe politique fascisme rocml otan pcof
commenter cet article