Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

/ / /

1. Le mouvement de la jeunesse socialiste est né sous la pression de l'exploitation capitaliste de la jeunesse laborieuse et du système illimité du militarisme bour­geois. IL est né comme réaction contre les tentatives d'empoisonnement de la jeunesse laborieuse par les idées bourgeoises nationalistes et contre la négligence et l'oubli dont s'étaient rendus coupables le parti so­cial-démocrate et les syndicats dans la plupart des pays vis-à-vis des exigences économiques, politiques et spirituelles de la jeunesse.

Dans presque tous les pays les organisations de la jeunesse socialiste furent créées sans le concours des partis social-démocrates et des syndicats, qui deve­naient toujours de plus en plus opportunistes et réfor­mistes, et dans quelques pays ces organisations se for­mèrent même contre la volonté de ces partis et des syndicats. Ceux-ci virent un très gros danger dans l'apparition des jeunesses socialistes révolutionnaires indépendantes et essayèrent de réprimer ce mouvement d'en changer 1e caractère et de lui imposer leur poli­tique, en exerçant sur lui une tutelle bureaucratique, et en essayant de le priver de toute indépendance.


2. En outre, la guerre impérialiste et l'attitude prise dans la plupart des pays par les partis social-démocra­tes devaient agrandir l'abîme creusé entre les partis social-démocrates et les jeunesses internationales et révolutionnaires et accélérer le conflit. La situation de la jeunesse laborieuse empira pendant la guerre à cause de la mobilisation, de l'exploitation renforcée dans les industries militaires et de la militarisation der­rière le front. La meilleure partie de la jeunesse socia­liste prit résoulment position contre la guerre et le nationalisme, se sépara des partis social-démocrates et commença une action politique propre (Conférences Internationales de la Jeunesse à Berne, en 1915, à Iéna, en 1916).

Dans leur combat contre la guerre, les meilleurs groupes révolutionnaires des ouvriers adultes soutin­rent les jeunesses socialistes qui devinrent par là un point de rassemblement des forces révolutionnaires. Elles prirent ainsi sur elles les fonctions des partis révolutionnaires qui faisaient défaut. Elles devinrent l'avant-garde dans le combat révolutionnaire et pri­rent la forme d'organisations politiques indépendantes.


3. Avec l'apparition de l'Internationale Commu­niste et de partis communistes dans différents pays, le rôle des jeunesses révolutionnaires dans tout le mou-vement du prolétariat se modifie. De par sa situation économique et grâce à des traits psychologiques parti­culiers, la jeunesse ouvrière est plus facilement acces­sible aux idées communistes et fait preuve, lors des combats révolutionnaires, d'un enthousiasme révolu­tionnaire plus grand que ses aînés les ouvriers. Tou­tefois ce sont les partis communistes qui prennent sur eux le rôle d'avant-garde qu'avaient joué les jeunes, en ce qui concerne l'action politique indépendante et la direction politique. Si les organisations de la jeunesse communiste continuaient à exister en qualité d'organi­sations indépendantes au point de vue politique et jouant un rôle dirigeant, l'on verrait l'existence de deux partis communistes concurrents qui ne se dis­tingueraient entre eux que par l'âge de leurs membres.


4. Le rôle actuel de la jeunesse consiste en ce qu'elle doit réunir les jeunes ouvriers, les éduquer dans un esprit communiste aux premiers rangs de la ba­taille communiste. Le temps est passé où la jeunesse pouvait se borner à un travail bon pour de petits grou­pes de propagande, composés de peu de membres. Il y a aujourd'hui, à part l'agitation et la propagande, me­nées avec persévérance et avec de nouvelles méthodes, encore un moyen de conquérir les larges masses de jeunes ouvriers, c'est de provoquer et diriger les com­bats économiques.

Les organisations de la jeunesse doivent élargir et renforcer leur travail d'éducation en se conformant à leur nouvelle mission. Le principe fondamental de l'éducation communiste dans le mouvement de la jeu­nesse communiste est la participation active à tous les combats révolutionnaires, participation qui doit être étroitement liée à l'école marxiste.

Un autre devoir important des jeunesses à l'époque actuelle c'est de détruire l'idéologie centriste et social-­patriotique parmi la jeunesse ouvrière et de déba­rasser celle-ci des tuteurs et des chefs sociaux-démocrates. En même temps elles doivent tout faire pour activer le processus de rajeunissement résultant du mouvement des masses, en déléguant rapidement dans les partis communistes ses membres les plus âgés.

La grande différence fondamentale qui existe entre les jeunesses communistes et les jeunesses centristes et social-patriotiques devient surtout apparente par la par­ticipation active à tous les problèmes de la vie politique et aux combats et actions révolutionnaires, de même que par 1a collaboration à la construction des partis communistes.

 

5. Les rapports enre les jeunesses et les partis com­munistes diffèrent radicalement de ceux qui existent entre les organisations de la jeunesse révolutionnaire et les partis social-démocrates. La plus grande uni­formité et la centralisation la plus stricte sont nécessai­res dans le combat commun pour la réalisation rapide de la révolution prolétarienne. La direction politique ne peut appartenir au point de vue international qu'à l'Internationale. Il est du devoir des organisations de la jeunesse communiste de se subordonner à cette di­rection politique programme, tactique et directives po­litiques et de s'incorporer au front révolutionnaire commun. Etant donné les différents degrés de déve­loppement révolutionnaire des partis communistes, il est nécessaire que dans des cas exceptionnels, l'appli­cation de ce principe soit subordonnée à une décision spéciale du Comité Exécutif de l'Internationale Com­muniste et de l'Internationale de la Jeunesse tenant compte des conditions particulières existantes. Les jeu­nesses communistes, qui ont commencé à organiser leurs rangs selon les règles de la centralisation la plus stricte, devront se soumettre, pour réaliser et diriger la révolu­tion prolétarienne, à la discipline d'airain de l'Interna­tionale Communiste. Les jeunesses doivent s'occuper au sein de leurs organisations de toutes les questions poli­tiques et tactiques, à l'endroit desquelles elles doivent toujours prendre position, et à l'intérieur des partis com­munistes de leur pays elles doive.+r toujours agir non contre ces partis, mais dans le sens des décisions prises par eux. En cas de graves dissensions entre les partis communistes et les jeunesses, celles-ci doivent faire va­loir leur droit d'appel au Comité Exécutif de l'Interna­tionale Communiste. L'abandon de leur indépendance politique ne signifie aucunement l'abnégation de leur indépendance organique, qu'il faut conserver pour des raisons d'éducation.

Comme pour la bonne direction de la lutte révo­lutionnaire le maximum de centralisation et d'unité sont nécessaires, dans les pays où l'évolution historique a placé la jeunesse dans la dépendance du parti, ces re­lations doivent être maintenues à titre de règle; les divergences entre les deux organes sont résolues par le Comité Exécutif use l'Internationale Communiste de la Jeunesse.


6. Une des tâches les plus urgentes et les plus im­portantes des jeunesses est de ce débarrasser de tous les restes dé l'idée d' son rôle palitige e dirigeant, survi­vantes de leur période d'absolue altonomie. Le presse et tout l'appareil de jeunesses doivent être utilisées pou imprégner les jeunes communistes du sentiment et d la conscience qu'ils sont des soldats et des membres rei ponsables d'un seul parti communiste.

Les organisations de la jeunesse communiste doives faire d'autant plus attention et donner d'autant plus de temps à ce travail qu'elles commencent, grâce à la con quête de groupes toujours plus nombreux de jeunes ou vriers, à se transformer en mouvement de masses .

 

7.La collaboration politique étroite entre les jeune ses et les partis communistes doit trouver son expressia dans une liaison organique solide entre les deux organisations. Ce qui est absolument nécessaire, c'est u échange permanent et mutuel de représentants entre le organes dirigeants des jeunesses et des partis à tous la échelons : province, arrondissement, canton et jusqu'aux derniers noyaux, dans les groupes d'usines dans les syndicats de même que 1a participation mutuelle à toutes les conférences et congrès. De cette façon le parti communiste aura la possibilité d'exerce une influence continue sur l'activité de la jeunesse, de la soutenir, tandis que celle-ci pourra également avoir une influence réelle sur l'activité du parti.

 

8. Les rapports entre l'Internationale Communiste et l'Internationale de la Jeunesse sont encore plus étroit qu'entre l'Internationale et les Partis Communistes. le rôle de l'Internationale Communiste de la Jeunesse consiste à centraliser et à diriger le mouvement de la jeunesse communiste, à soutenir et encourager moralement et matériellement les différentes unions, à créer à nouvelles organisations de la jeunesse communiste là où elles n'existent pas et à faire la propagande intemationale pour le mouvement de la jeunesse communiste et pour son programme. L'Internationale Communiste de la Jeunesse constitue une partie de l'Internationale Communiste et en cette qualité elle est subordonnée aux décisions du Congrès et de l'Exécutif de l'Internationale Communiste. C'est dans ces limites qu'elle exécute son travail et agit en qualité d'intermédiaire et d'interprète de la volonté politique de l'Internationale Communiste dans toutes les sections de cette dernière. C'est par l'échange constant et mutuel et une collaboration étroite continuelle qu'on peut assurer un contrôle constant de la part de l'Internationale Communiste et le travail le plus fécond de l'Internationale Communiste de la Jeunesse sur tous les terrains de son activité (direction du mouvement, agitation, organisation, renforcement et soutien des organisations de la jeunesse communiste).

Partager cette page

Repost 0
Published by