Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 18:45

      Constat de la différence de situation matérielle entre les citoyens.

    
  Il est simple et clair pour tout observateur, que la société actuelle, est composée de gens très pauvres, de gens aux conditions modestes, d’autres s’en tirent plutôt bien, quelques uns autour de nous sont aisés et une mince frange que l’on connait à travers les médias sont ultra-riches.
  Toujours pour cet observateur, il remarquera aisément que ces différences de revenus ne sont ni dues a une couleur de peau [1], ni du a l’existence de gènes modifiés chez eux, autrement dit, ces « riches » sont comme nous ! Mais alors pourquoi ils sont riches ?
  Pourtant il est dit que nous sommes tous égaux ? Pourtant nous sommes tous citoyens du même Etat qui est censé garantir a chacun les mêmes droits et les même devoirs ?
  Mais il en est tout autrement, car le deuxième constat, loin de nous offrir l’égalité dans ce système, est qu’il existe des chômeurs, des travailleurs précaires, des familles pauvres mais il y a aussi des patrons qui gagnent trois millions a l’année ou des footballeurs gagnant en moyenne quarante milles euros en un mois !
  Comment expliquer ces différences malgré le masque de « démocratie » dont s’affuble aujourd’hui
la France ? C’est a cette question que  nous allons tenter de répondre dans cette brochure.


 
                     
D’un coté les travailleurs, de l’autre les patrons.

  Il est clair que pour expliquer cette division de la société en deux, d’un coté des « riches » et de l’autre des « pauvres », il faut déterminer ce qu’ont les riches pour être riche et ce que n’a pas les pauvres pour être riche, posant ainsi la question, est-ce que tout le monde peut être riche ?
  Nous allons donc essayer de justifier le faite que Gérard Mestrallet, PDG de chez Suez a touché 15,54 millions d’euros en 2007 alors qu’un smicar touchait net 12 450 euros a l’année (soit plus de 1200 fois moins !!!) et que dans le même temps le smic augmentait de 0,9% alors que les patrons du CAC 40 [2] ont eu en moyenne une hausse de 58% !!! Elle est la l’égalité que prêche tous ces politicards ??? Elle est là, la justice dont parle notre chère président, qui chaque jour nous dicte les leçons des droits de l’Homme et qui se prend pour le roi de la démocratie ?
  Allez, soyons fair-play, tentons de justifier cet écart ou devrais je dire ce trou béant,  cet abime sans fin entre le salaire d’un travailleur et celui d’un patron. Que fait le travailleur de ces journées ? Il trime, souvent 8h par jour dans des usines, parfois avec des produits dangereux, d’autres qui sont ouvriers du bâtiment se ruinent le dos, certains se suicident sur leurs lieux de travail et beaucoup terminent par faire des dépressions suite a un chômage de longue durée. Que font les patrons, eux, pour gagner des millions ? Ils ont eu des parents riches, ils ont eu une bonne éducation a cout de billets verts, une situation sociale stable et ont pu investir sur des moyens de productions ou en ont tout simplement hérité. La vie d’un patron millionnaire est fait de voyages, de gérance de ces usines ou entreprises, de réunions, de strass et paillettes, d’invitations a des repas dans des restaurants de luxes… Mais il y a le mythe, qui fait rêvé chaque travailleur, d’avoir l’idée révélatrice !  Que tout a coup, PAF, on a l’idée, on l’a développe et puis BOUM et nous aussi on devient milliardaire !!! Voila ce qui revient dans les discussions du quotidien, quand on tente d’expliquer le fatalisme sociétale qui fait que « si mon père est ouvrier alors je serais ouvrier » (Durkheim), on nous rétorque cette conception du « self made man », je me vois bien, moi ouvrier intérimaire, allant tout droit voir mon banquier, je lui explique magnifiquement mon idée qui fera de moi l’homme le plus riche de la terre malgré que j’ai sur mon compte,  juste de quoi m’offrir une superbe paire de chaussures, mais bien évidemment que mon banquier trop sympa va investir tout l’or du monde pour mon « idée » et le lendemain mes 200 copains de l’usine vont tous arrêté le travail parce que chacun d’entre eux a eu la superbe idée… a moins que cette conception de « l’idée qui rend riche » n’est pas disponible pour tout le monde, pour l’avoir il faut de quoi réfléchir, connaitre des choses, avoir reçu une éducation hors normes, mais où trouvons nous ca ? Surement pas dans les banlieues ou il y a 30 élèves par classes (même souvent bien plus et ce pas que dans les banlieues), avec des moyens ridicules, une scolarité arrêté prématurément face aux coups dure de la vie. Alors on revient au même point, comment font les pauvres pour être riches puisque d’une part on se rend compte que malgré un travail pénible tu ne toucheras que 1200 fois moins de ceux qui sont riches alors qu’eux ne font que dépenser des milliers d’euros par mois. Et puis même si tu as cette fameuse « idée » révélatrice, comme fera tu pour la développer ?


    
Explication de la misère par l’existence de l’exploitation salariale.

  Etre exploité cela ne s’explique pas par le nombre d’heures que l’on fait dans la journée, ni dans les conditions de travail, ni même dans quoi que ce soit d’autre de ce genre mais par le fait qu’une infime partie de la société détient la totalité des moyens de productions et de reproductions, c'est-à-dire : les usines, les richesses du sol et du sous-sol, les productions et aussi les forces productives c'est-à-dire les travailleurs etc. Mais ces travailleurs, eux, n’ont en possession que cette capacité de mettre au service de celui qui le demande sa force de travail, autrement dit ses bras, pour en échange, recevoir le salaire qui lui permettra de vivre.
   Penchons nous de plus près sur ce système, qui est la base du capitalisme, le salariat. Comme nous l’avons vu, la propriété privée des moyens de productions étant aux mains d’une poignée d’hommes, la quasi-totalité de la population se retrouve avec une force de travail a vendre, ce qui veut dire que lorsque l’ouvrier s’en va travailler et qu’il rentre avec son salaire, il n’a pas était payé en fonction du travail qu’il a fournit mais il s’est vendu, il s’est loué au capitaliste pour une durée déterminé et avec un prix fixé. Cela veut dire que quand nous travaillons nous produisons plus que le nécessaire vital. On peut ainsi diviser la journée en deux, une partie servira au travailleur pour qu’il puisse vivre, ce salaire ce chiffre plus ou moins au minimum vitale, c'est-à-dire manger, boire, se vêtir, se loger et se reproduire pour remplacer les cadavres du prolétariat ; l’autre partie est le surplus que l’ouvrier produit, que l’on appellera la plus value et qui sert a enrichir le porte feuille du patron. C’est la que s’opère le vole, l’arnaque, le brigandage et l’exploitation, la plus grande partie de la richesse créée par les travailleurs finit dans les poches du patron et comment vivent ceux qui créent l’abondance ? Dans la misère ! Voila comment expliquer les sommes astronomiques que gagnent ce patronat sur le travail de toute la majorité de la population ! Mais qui proteste ?
La CGT ? Le PCF ? La LCR ? Niet ! Ils ne font que s’esclaffer face aux dérives du capitalisme mais pas contre le capitalisme ! Comment pourrions nous faire du capitalisme un monde de rêves alors que la loi qui l’érige est l’exploitation salariale, car même quand nous parlons des trente glorieuses ou le prolétariat vivait dans des conditions décentes, qu’elles étaient alors les profits du grand patronat ? Les mêmes qu’aujourd’hui voire plus ! Il faut donc se débarrasser de l’exploiteur et de tout ce qu’il a construit pour l’exploitation c'est-à-dire l’Etat, la « démocratie », l’idéologie qu’elle avait mise a son service. Mais ne croyons pas que celle-ci va abandonner tous les privilèges qu’elle a eu pendant des dizaines et des dizaines d’années. Si il adviendra que les travailleurs veulent s’affranchir, elle construira la barrière a cette émancipation la plus violente et la plus réactionnaire possible afin d’empêcher de devenir comme les « autres » ! C’est la qu’on opposera a la violence de la bourgeoisie, la violence de masse, la violence des travailleurs, qui prendront de force tous les moyens de productions, détruira tout l’ordre passé, passé d’exploitation, et sur ces ruines construire l’ère nouvelle du socialisme ou les moyens de productions ne seront plus aux mains de la bourgeoisie mais aux mains des travailleurs. Ils guideront la production non pas de manière anarchique et dicté par le profit mais en fonction des besoins du peuple et de la société socialiste ! Finit les crises crée par la concurrence, par les rivalités inter-impérialistes, par les surproductions, par les guerres, viendra le temps de la production collectivisé. N’allons pas imaginer la collectivisation des biens personnels de chacun, d’ailleurs non productifs mais nous parlons bien ici uniquement des moyens de productions.

                                                                                                                                                                                    Titi

                     
                    NOTES :


[1] : bien que dans le classement des plus fortunés la couleur blanche y est hautement représentée, on dira ici pour résumé, que depuis l’existence de l’exploitation, les européens se retrouvent en tète de classement tandis que les pays d’Afrique ou d’Amérique latine par exemple ont étaient quasi exclusivement dominés.

[2] : Le CAC 40 est le sigle qui regroupe les plus grosses entreprises de France.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau
commenter cet article

commentaires

Sabah Tikki 20/04/2015 19:47

Sa ve dire qu'on restera toujours dans lexlavagite des riches .

Mozidem 12/11/2009 23:27


Merci pour cet article !