Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 16:12
SOUTIEN A LA MOBILISATION DES CHEMINOTS ! LA SEULE ARME EST L’EXTENSION DU RAPPORT DE FORCE !
SOUTIEN A LA MOBILISATION DES CHEMINOTS ! LA SEULE ARME EST L’EXTENSION DU RAPPORT DE FORCE !

24ème jour de grève. Les cheminots sont toujours mobilisés et déterminés. Plus de 200 cheminots de tout le département ont défilé ce mardi 29 mai à Orthez après une Assemblée Générale en gare. Des dizaines de militants syndicalistes et politiques étaient venus soutenir les cheminots en lutte. Tout le monde est conscient de l’enjeu : il s’agit de renforcer le rapport de force pour faire barrage au pacte ferroviaire qui est voté actuellement au sénat. Malgré les annonces du gouvernement, aucune proposition favorable aux cheminots n’a vu le jour. La colère et la détermination des cheminots ne s’essoufflent pas. Ils sont déterminés à aller jusqu’au bout.

 

Unir tous les travailleurs

Pour infliger une défaite à Macron

 

            Le ROCML a apporté à cette occasion tout son soutien à la lutte des cheminots. La lutte doit s’étendre dans toute la société car tous les travailleurs sont concernés. En soutenant cette lutte, les travailleurs défendent à la fois leurs camarades cheminots mais en même temps leurs propres conditions de travail. De la victoire ou de la défaite des cheminots dépend la suite des mesures de Macron. N’en doutons pas, si Macron sort victorieux de ce conflit, il s’attaquera aux retraites, aux autres travailleurs du secteur public. Il accélérera le train des mesures antiouvrières et antipopulaires. C’est donc à partir de l’unité des travailleurs dans la lutte, aux côtés des cheminots, des étudiants, des carrefour et des autres secteurs en lutte que viendra la victoire sur l’offensive menée par Macron !

 

            Les cheminots sont le fer de lance des mobilisations en cours. Ils participent à construire la convergence des luttes. A Orthez, les cheminots ont apporté leur soutien à la mobilisation des travailleurs d’ENEDIS, dont 2.500 postes sont menacés dans tout le pays, pour des raisons de rentabilités. Jeudi 7 juin, ces mêmes cheminots organisent une marche du rail et des blouses blanches à Bayonne qui ralliera la gare de Bayonne à l’hôpital pour montrer que tous les travailleurs mènent le même combat pour sauver leurs conquêtes sociales et les services à la population. Tous les militants communistes, révolutionnaires et progressistes doivent être à leurs côtés.

 

La réponse à Macron doit être politique

et remettre en cause le capitalisme

 

            La politique menée par Macron, l’accumulation des mesures anti-ouvrières avec les gouvernements successifs incitent à une réponse politique. Allons-nous regarder détruire nos conditions de travail, l’accès aux soins, à l’éducation, ou au contraire, allons-nous résister à cette offensive ? Si nous choisissons la deuxième option, il est clair qu’il va falloir s’organiser et pas seulement syndicalement, car le camp des patrons et de l’Etat est lui très bien rodé. Il dispose de ses partis et de ses organisations (médias, associations, leviers financiers, « syndicats »…). Cette lutte ne pourra pas non plus s’arrêter à Macron et à ce gouvernement, ou encore à aménager quelques aspects du système car ce sont les monopoles qui ont le pouvoir réel. Cette lutte devra s’attaquer à tout ce système capitaliste qui nous exploite chaque jour davantage. Il n’existe pas d’autre alternative.

           

Défendons et élargissons nos mobilisations

pour défendre les conquêtes sociales et démocratiques

 

Abrogation de toutes les lois anti-ouvrières et anti-populaires !

 

Contre le gouvernement du capital, organise toi avec les marxistes-léninistes !

 

Cellule ROCML Pau

Partager cet article

28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 12:07
#Idéereçue : La prime charbon à la SNCF

Les cheminots et la prime charbon: LE truc qui revient régulièrement, même en 2015, soit plus de 40 ans après la disparition de la dernière locomotive à vapeur et, donc, de la fameuse prime. Partons à la découverte de l’argument star de ceux qui ont l’air prodigieusement agacés par les cheminots.

 

Qui la touchait ?

 

La fameuse prime charbon n’était pas touchée par « les cheminots ». Non, elle ne concernait que ceux qui avaient une prise sur la consommation de charbon des locomotives à vapeur.

 

Seuls les mécaniciens et les chauffeurs la touchaient. En effet, les locomotives à vapeur se conduisaient à deux: à gauche, le conducteur mécanicien, chargé de la conduite proprement dite et de l’entretien en ligne de la machine et, à droite, le chauffeur qui s’occupait de la chauffe, c’est à dire du feu et, donc, de maintenir en pression la chaudière.

 

Comment était elle calculée ?

 

La prime charbon était calculée sur la capacité d’un équipage à économiser le charbon. Pour cela, la SNCF avait estimé une consommation de référence pour un trajet donné. En tenant compte de la distance à parcourir, du profil de la ligne et du poids de la rame, on estimait qu’on avait besoin de X tonnes de charbon pour mener le train à bon port. L’équipage qui gérait bien sa machine et arrivait à faire le trajet sans tout consommer était gratifié d’une partie de l’économie réalisée. Il s’agissait donc d’une prime basée sur la performance individuelle des salariés. Voilà qui devrait ravir les fanas de la rémunération à l’objectif !

 

Et ils touchaient quoi ?

 

Eh bien il ne s’agissait pas d’argent ! Les équipages recevaient directement, du charbon, du vrai, noir et bien gras. Je vous vois déjà vous en étonner mais il faut penser que, dans les années où la prime existait encore, le chauffage central n’était pas répandu et qu’on se chauffait majoritairement avec son petit poêle personnel. Recevoir du charbon représentait donc une économie bonne à prendre pendant les mois d’hiver et même le reste de l’année pour faire fonctionner la cuisinière.

 

Sur la fin de son existence et avec le changement des modes de vie, elle devint tout de même une prime au sens « moderne » du terme, c’est à dire une somme d’argent ajoutée à la paye de base.

 

Qu’est elle devenue ?

 

Elle a disparu avec la fin de la vapeur à la SNCF au début des années 70. A l’époque, elle était déjà moribonde vu le peu de dépôts qui employaient encore des locomotives à vapeur. Certains racontent qu’elle aurait été remplacée par une prime de salissure: pure invention. Si la prime de salissure existe bien à la SNCF, elle concerne, comme dans bien d’autres entreprises, les salariés effectuant des travaux particulièrement salissants et qui occasionnent des frais d’entretien de tenues de travail, bref, rien à voir avec le charbon ou le personnel de conduite.

 

Sylvain Bouard

Agent circulation à la SNCF, passionné de chemin de fer, de photo et de nouvelles technologies.

Partager cet article

28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 11:53

nous sommes donc en grève totale depuis le jeudi 15 février à suite des réunions NAO où la direcrion et certains syndicat sdu patron nous ont pris en otage avec un accord de méthode
incluant la révision de notre accord 35h sinon augmentation générale nulle !!!!!!

C'est écoeurant !!

les usines plaques france font des débraillages difficiles et nous à Mazan nous sommes partis en grève générale suivi par 80% du personnel..

Bien sur le personnel encadrant ne suis pas hormis un seul..

La prochaine réunion est prévu jeudi 22 février, nous espérons tenir jusque là car aucun produit ne sort de nos lignes de production !!!

Merci de faire suivre l'infos pour qu'on puisse avoir un minimum de soutien qui ferai du bien aux camarades qui sont sur le piquet 24h/24h avec un huissier sur le dos !!!

SINIAT dans le Vaucluse sont en gréve

SINIAT dans le Vaucluse sont en gréve
SINIAT dans le Vaucluse sont en gréve
SINIAT dans le Vaucluse sont en gréve
SINIAT dans le Vaucluse sont en gréve

Partager cet article

30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 17:09
Depuis son élection, sans réelle majorité de la population, Macron déroule son programme ultra-libéral de casse de notre modèle social.

Au profit du capital et de la finance, à la grande joie du MEDEF, il s'appuie sur un gou­vernement de droite et une majorité à l'Assemblée nationale de lobbyistes pour :

- casser le droit du travail du secteur privé,

- S'attaquer aux droits des salariés des ser­vices publics,

-  et appauvrir les retraités.

 

En fait, c'est bien l'ensemble de notre système social, protecteur des salariés et de la population, qui contrebalance les inégalités sociales et écono­miques entre travailleurs (privé/public/retraités/ précaires et privés d'emploi) et employeurs, les ultra-riches contre les créateurs de richesses.

 

Ce sont tous nos acquis sociaux, nous devrions plutôt dire conquis sociaux, obtenus au cours des siècles précédents souvent dans la lutte, parfois dans le sang, que cette classe dirigeante capitaliste veut reprendre.

           

Là où les gouvernements précédents agissaient par petits morceaux, Macron a décidé de mettre en route le rouleau compresseur de la destruction sociale en s'attaquant frontalement au droit du travail, à la protection sociale, à la santé, à la retraite et au chômage ...

 

La lutte de classes, principe fondateur de notre syndicalisme CGT, n'a jamais été autant d'actualité sauf qu'aujourd'hui, c'est le patronat et la finance qui la mènent.

Nos actions doivent être à la hauteur des enjeux de société qui sont remis en cause.

 

Le 10 octobre, un appel intersyndical unitaire ap­pelle les fonctions publiques à la grève et manifes­tations pour défendre leurs droits et les services publics.

Faisons de ce 10 octobre 2017 une journée de convergence des luttes, tous ensemble : salariés public/privé, retraités, chômeurs et étudiants pour une société de justice sociale qui ne remette pas en cause le droit des créateurs de richesses au profit d'une classe de privilégiés et de nantis.

 

La FNIC-CGT appelle tous ses syndicats, ses militants à mettre en place un plan de travail pour que LE 10 OCTOBRE soit une journée de grève généralisée

FNIC CGT: Le 10 octobre pour la convergence des luttes

Partager cet article

26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 10:55

Au jeu du chat et de la souris avec les forces de répression, on peut dire que les travailleurs de Valenciennes (59) ne manquent pas de créativité. Après avoir bloqué, jeudi dernier, la circulation des trains de marchandises, ils ont été nombreux ce lundi 25 à apporter leur soutien aux routiers en grève reconductible contre les ordonnances Macron. Après une longue journée d’action, ils bloquent en ce moment même le dépôt pétrolier d’Haulchin, ayant réussi à détourner l’attention de la police. A 22 heures ce lundi, nous faisons le point avec Émile Vandeville, secrétaire général de l'union locale CGT de Valenciennes.

 

« On a installé des tentes, on va passer la nuit ici ».

« Tu ne me déranges pas, on vient de finir de s’installer, on bloque le dépôt pétrolier d’Haulchin là, on est 80 », répond Emile au téléphone, sur le ton le plus naturel du monde, conscient du rapport de force que peuvent imposer les travailleurs organisés pour faire face au patronat. Cette force, ils l’ont déjà vérifiée pendant la mobilisation de 2016, où ils avaient bloqué le même dépôt pétrolier pendant 6 jours et 6 nuits, avant d’être délogés par la gendarmerie.

Sur le pied de guerre depuis 2 heures du matin, la fatigue se fait ressentir mais elle n’a pas pris le dessus sur le moral des troupes. Alors que la plupart des 40 points de blocages des routiers ont été levés au bout de quelques heures, Emile raconte comment les choses ont évolué au cours de la journée dans le valenciennois : « Ce matin on est arrivés au dépôt sur les coups de 6h30 et il y avait 8 ou 9 camions de la gendarmerie mobile. Donc on n’a pas insisté et on a été bloquer les routes d’accès de la raffinerie, un peu plus loin, mais pas le dépôt lui-même. Puis ensuite on est partis en opération escargot sur l’autoroute pour aller en Belgique à une quarantaine de voitures. On pensait avoir fini nos actions pour la journée et puis en fin d’après-midi, vers 18h30, un camarade est passé devant le dépôt et nous a signalé qu’il n’y avait plus qu’une voiture de police avec deux flics dedans. Du coup on a envoyé des SMS à tous les camarades, on s’est donné rendez-vous dans une zone industrielle à 2 kilomètres du dépôt, on est arrivés en force à une vingtaine de voitures et on est rentrés dans le dépôt. Tout s’est bien passé, à l’heure qu’il est on a installé des tentes, on va passer la nuit ici ».

Un mot d’ordre : « le blocage de l’économie »

Notre blocage n’est pas une fin en soi dans la mesure où le blocage de l’économie doit avoir lieu d’abord dans les entreprises, mais en même temps ces actions-là mobilisent et motivent les camarades. Ca permet aussi de créer des convergences, on mène des actions communes avec Sud. Ce matin par exemple les actions de blocage de la route et l’opération escargot, on les a décidées en AG intersyndicale avec Sud. Le but de l’opération escargot, c’était d’aller au poste frontière pour bloquer les camions qui venaient de Belgique, histoire de bloquer l’économie. Mais ça on n’a pas réussi à le faire parce que les flics nous ont bloqué la route.

S’il reconnaît qu’il y a encore du travail à faire dans les boîtes pour convaincre plus largement les travailleurs de se mobiliser, Emile est confiant par rapport aux suites du mouvement : « les choses avancent. Par rapport au 12, davantage d’entreprises se sont mises en action le 21. Et les actions qu’on fait, même si ce n’est pas ça qui va bloquer l’économie, c’est un vecteur de mobilisation, c’est vu d’un bon œil par les collègues. D’ailleurs, en 2016 quand on avait bloqué le dépôt pendant 6 jours et 6 nuits, on avait reçu un réel soutien de la population ».

« On a besoin d’un appel ferme de la confédération »

Quant on l’interroge sur ce qu’il pense de la politique de la confédération CGT, Emile émet des réserves : « On a besoin d’un appel ferme de la confédération. Là c’est les routiers, le 10 c’est la fonction publique… cette division, c’est problématique. C’est pour ça qu’au niveau de l’union départementale CGT du Nord, on a lancé un appel à la grève reconductible, voté au comité général du 15 septembre. Je pense qu’il y a nécessité de refaire un appel très rapidement à une journée nationale de grève et de manifestations, et puis d’appeler à la reconduction. Après c’est vrai qu’il y a un travail à faire dans les entreprises, mais ça ne peut que nous aider, donner de la lisibilité aux travailleurs ».

La police hors jeu à Valenciennes : blocage inattendu cette nuit au dépôt pétrolier d’Haulchin

Partager cet article

26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 10:44

Editorial de la VDC de septembre 2017 à retrouver en ligne ici. 

Depuis des décennies, la bourgeoisie mobilise toutes ses ressources pour réduire les droits que les travailleurs ont gagné à travers de grandes luttes durant un siècle. Après la révolution d’octobre de 1917, le pouvoir des soviets a donné un nouvel élan aux mouvements anticapitaliste et anti-impérialiste, à la lutte des prolétariats et travailleurs de chaque pays. Ils se sont organisés, mobilisés et ont remporté de grandes victoires. En France en 1936, 45-47, 1968 …etc. la journée de 8h, les congés payés, la retraite, le droit syndical. La plupart de ces droits consignés dans le code du travail, sont le fruit de la lutte de longue durée de la classe ouvrière. A chaque moment crucial de la lutte, l’Etat n’a pas hésité à utiliser la répression, les humiliations, l’interdiction des organisations politiques et syndicales des prolétaires…afin de préserver les intérêts de de la bourgeoisie monopoliste impérialiste.

Sans s’organiser, les travailleurs n’auraient jamais pu gagner une seule lutte. La bourgeoisie sait très bien que, tant que la classe ouvrière est divisée, tant qu’elle n’a pas pu réaliser l’unité dans l’action, elle ne peut résister à ces offensives.

Depuis 1995, des luttes ouvrières importantes ont eu lieu : 2003, 2005, 2007, 2010 et 2016. Sans compter d’autres grandes luttes dans divers secteurs de la société comme la lutte des travailleurs sans-papiers. Elles ont montré la force potentielle que possède la classe. Ces luttes n’ont pas seulement défendu les acquis existants, mais ont eu un retentissement important en France et au niveau international. Sans ces luttes, aussi limitées qu’elles le furent dans leurs objectifs et leur organisation, la classe aurait longtemps perdu face aux remises en cause de ses droits.

Cette longue expérience interpelle les militants combattifs et les plus conscients de la classe et les communistes : COMMENT DEPASSER LE NIVEAU DE LUTTE ATTEINT AUJOURD’HUI ? COMMENT ETABLIR UN RAPPORT DE FORCE FAVORABLE AUX TRAVAILLEURS ?

Pour donner une réponse à ces questions, il faut bien être conscient que dans la situation actuelle des batailles parcellaires, isolées peuvent être gagnées. Mais pour que les travailleurs passent à l’offensive, un rapport de force favorable face à la bourgeoisie ne peut pas s’obtenir d’un coup, en une seule fois, même par une lutte aussi dure et générale que possible. Il est des combats qu’il faut mener avec persévérance :

- Pour battre en brèche les positions de certains syndicats qui entretiennent la division des travailleurs et collaborent avec le patronat. Il faut combattre les illusions sur le prétendu « dialogue social » et les « vertus » du syndicalisme d’accompagnement social.

- Pour construire un rapport de force extra-parlementaire suffisamment puissant pour que son pouvoir soit menacé. C’est ainsi que cela s’est toujours passé, en 1936, en 1945 et en 1968. Ce ne sont pas les parlements qui ont spontanément accordé aux ouvriers leurs conquêtes sociales, ce sont les luttes massives de la classe ouvrière. Il en sera de même aujourd’hui, alors que la bourgeoisie veut revenir en arrière sur les conquêtes sociales.

La bourgeoisie, par son action au gouvernement avec l’appui des organisations patronales, essaie toujours de diviser pour mieux régner, en empêchant que les travailleurs agissent unis en tant que CLASSE. Les lois qui ont été adoptées depuis plusieurs années et celles qui vont être promulguées ont un double objectif :

Affaiblir et désorganiser les syndicats dans les entreprises et affaiblir la capacité de résistance contre ses prétentions de supprimer les droits acquis depuis un siècle.

Alors en face de cette situation, les travailleurs combattifs et les communistes ont deux tâches dépendantes l’une de l’autre à réaliser : réorganiser leurs forces au-delà des luttes de résistance aux attaques du pouvoir du capital et participer à ces luttes pour faire reculer le gouvernement et le MEDEF. Les mouvements de ces dernières décennies ont révélé la faiblesse de la conscience politique des travailleurs accentuée par une vague de dépolitisation. Aujourd’hui, la classe ouvrière est orpheline du Parti qui seul peut permettre une conscience de classe et l’élever au niveau d’une véritable conscience anticapitaliste.

Les ouvriers et les autres couches de travailleurs ont toutes les raisons pour se rassembler et mobiliser leurs forces pour affronter les attaques actuelles du patronat et de l’Etat capitaliste ainsi que celles qui vont venir. L’objectif immédiat sera de contrecarrer la loi de révision du code du travail. Cet objectif est capital, et les militants du ROCML se mobiliseront avec les travailleurs pour empêcher le pouvoir politique d’atteindre ses objectifs nuisibles aux travailleurs et faire progresser la conscience politique des travailleurs.

Mais le mouvement ouvrier ne peut limiter son combat aux seules revendications économiques et sociales. Il ne peut oublier l’objectif révolutionnaire d’arracher durablement le pouvoir économique et politique à la bourgeoisie et à ses partis. Le mouvement ouvrier doit créer ses propres institutions politiques, de nouveaux rapports sociaux pour s’affranchir définitivement de l’exploitation capitaliste.

Là encore l’existence d’un parti révolutionnaire porteur du programme de la classe ouvrière pour renverser le capitalisme et construire une autre société socialiste est indispensable.

Mobilisons-nous pour l’abrogation des lois anti-ouvrières : ordonnances de Macron, lois El Khomri !

Plutôt qu’aménager le capitalisme, il faut abattre !

Voir les commentaires

Partager cet article

21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 17:01

Communiqué d’ Elsa LefortPorte- parole du Comité de soutien à Salah Hamouri

Ce lundi est un jour sombre. Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, a été condamné à 6 mois de prison renouvelables, sous le statut de la « détention administrative. ». C’est-à-dire sans connaître précisément et exactement ce qui lui est reproché, sans avoir accès à son dossier classé secret, sans avoir droit à un procès équitable et contradictoire. Et tout ceci pour satisfaire à un ordre, signé de sa main, d’un ministre israélien défense particulièrement extrémiste : Avigdor Lieberman.

Depuis le 23 août Salah Hamouri est la victime d’un arbitraire total. Depuis le 23 août il est en prison, pour rien. Depuis le 23 août il ne peut communiquer avec sa famille. C’est un calvaire pur et simple à mettre, une fois de plus, au débit des autorités israéliennes qui violent en permanence le droit sans recevoir en retour la réaction concrète qui s’impose.

Cette décision survient de surcroît à un moment précis : hier notre compatriote Loup Bureau revenait enfin en France suite à son emprisonnement pendant 51 jours par les autorités turques qui l’accusaient, elles aussi sans la moindre preuve, de faire partie d’une « organisation terroriste. ». Nous nous réjouissons de cette libération ! Si Loup Bureau a pu sortir de prison c’est suite aux interventions répétées des autorités françaises au plus haut niveau ainsi que de la médiatisation de son cas par ses confrères journalistes.

Cela ne fait que souligner avec d’autant plus de force le fait que la décision israélienne a été possible parce que ni les autorités françaises, ni la presse n’ont bougé nettement pour la libération de Salah Hamouri. Pourtant la liberté est indivisible ou bien elle n’est pas. Ce double standard concernant une situation identique sur le fond ne peut que heurter tous les démocrates et faire monter l’exigence d’une intervention du Président Macron à l’endroit d’Israël qui ne peut être traité autrement que tout autre Etat. Ce qui a été possible en Turquie doit l’être pour Israël, personne ne comprendrait que le silence français – aussi bien de l’Elysée que du Quai d’Orsay – continue au point d’en devenir assourdissant.

Nous demandons donc solennellement aux autorités françaises compétentes de refuser le « deux poids, deux mesures » et d’intervenir en urgence auprès de leurs homologues israéliens. Nous demandons que le Président reçoive la femme de Salah Hamouri. Nous demandons, enfin, que les médias estiment que l’internement arbitraire d’un journaliste n’est pas plus grave ou important que l’internement d’un avocat. La liberté ne peut connaître aucune distinction ni de frontières.

Nous affirmons, enfin, forts du soutien d’une multitude de personnes venues de tous les horizons, que plus que jamais nous entendons faire prévaloir la justice et le droit ; que plus que jamais nous sommes aux côtés de Salah Hamouri et de sa famille si durement éprouvés; que plus que jamais nous entendons faire faire aboutir cette exigence dont la justesse est indiscutable : Liberté pour Salah Hamouri !

Paris, le 18 septembre 2017

Liberté pour Salah Hamouri, continuons notre mobilisation

Partager cet article

3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 09:22

Retrouver notre propre analyse ICI

 

http://cgt.fr/spip.php?page=article_dossier1&id_article=44755

 

Toute modification du contrat de travail et des éléments qui le constituent, nécessite l’accord de l’employeur et du salarié. Un droit remis en cause depuis plusieurs années. Les projets d’ordonnances « Macron » ont pour volonté de pousser encore plus loin la précarisation et la flexibilisation du contrat de travail en prévoyant encore plus de cas pour lesquels un accord d’entreprise peut s’imposer à lui.

 

Comme tout contrat, des modifications ne sont possibles qu’avec l’accord des différentes parties qui l’ont contracté, ces dernières devant alors signer un avenant modifiant le contrat initial. Si le salarié refuse la modification de son contrat de travail, il ne peut pas être sanctionné pour ce motif et encore moins être licencié ! Le refus est un droit pour le salarié. Il en est de même d’un accord d’entreprise, celui-ci ne peut pas modifier le contrat de travail du salarié sans l’accord de ce dernier.

 

Un droit remis en cause au fil des années. D’abord par la loi Aubry de 1998, la loi « Aubry II » de 2000, ensuite par la loi de « sécurisation de l’emploi » de 2013, enfin, par la loi « El Khomri » de 2016 qui créée les accords collectifs de développement ou de préservation de l’emploi, permettant de diminuer la rémunération et d’augmenter la durée du travail sans l’accord du salarié. Mais la loi « El Khomri » de 2016 va encore plus loin que la loi de 2013, car ces accords peuvent être conclus alors même que l’entreprise ne connaît aucune difficulté économique !

 

Avec la Loi Travail XXL, le projet du gouvernement est de contraindre le salarié à devoir accepter tout changement de lieu de travail, de temps de travail et de rémunération, sans aucune possibilité de s’y opposer.

 

Pour la CGT, le contrat de travail ne devrait, dans aucun cas pouvoir être modifié sans l’accord du salarié ! Voir les propositions de la CGT

 

Partager cet article

15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 21:47
Le ROCML et la JCML sont solidaires de ces initiatives et y seront présents partout où ils sont:
 
Le Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens, appelle à soutenir les prisonniers politiques palestiniens dans leur lutte pour une amélioration de leur condition de prisonniers. Il y a urgence car plus de 1500 d’entre eux ont entamé le 17 avril une grève de la faim.
Des manifestations ont ou auront lieu partout en France. Ici à Pau, l’AFPS propose un rassemblement devant la préfecture le mercredi 17 mai à 18 heures, pour faire entendre la voix des Palestiniens. Notre rassemblement sera déclaré à la Préfecture avec cet appel et chaque organisation pourra y prendre la parole.
Vous trouverez ci-après l’appel du collectif national.
L’AFPS groupe de Pau
Appel à la mobilisation : Solidarité avec le mouvement de grève de la faim des prisonniers palestiniens
Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens, vendredi 5 mai 2017
Plus de 1500 prisonniers palestiniens ont entamé leur troisième semaine de grève de la faim suite à l’appel lancé le 17 avril dernier par Marwan Barghouti. Figure des mouvements de lutte palestiniens, dirigeant du Fatah et membre du Conseil législatif palestinien, Marwan Barghouti a été condamné à cinq peines de perpétuité ; il est détenu depuis 15 ans comme des milliers de prisonniers politiques.
Cette grève de la faim s’inscrit dans la continuité de mouvements similaires depuis 50 ans que dure l’occupation de la Cisjordanie, de Jérusalem et de Gaza, mais elle est inédite par son ampleur. C’est une nouvelle expression de la résistance non-violente des Palestiniens contre l’occupation et le régime d’oppression imposé par Israël.
Plus de 6500 Palestiniens sont actuellement détenus par Israël. Au total 850 000 ont été emprisonnés depuis le début de l’occupation de la Cisjordanie et de Gaza en 1967. Les femmes ne sont pas épargnées, ni les enfants : plus de300 mineurs sont actuellement incarcérés.
Tous sont soumis à un système judiciaire militaire et d’apartheid qui punit souvent sévèrement des actes mineurs tels que la participation à des manifestations ou des jets de pierre. Par contre, les Israéliens, civils ou militaires, coupables de violences à l’égard des Palestiniens, bénéficient d’une impunité presque totale. En février 2017, fait rarissime, un militaire franco-israélien était condamné à 18 mois de prison pour avoir abattu un Palestinien gisant, blessé, au sol. Certains y ont vu la marque de l’impartialité et de l’équité de la justice israélienne. Pourtant, 18 mois de réclusion pour un meurtre constituant un crime de guerre, voilà qui est bien peu au regard des lourdes peines subies par les adolescents palestiniens pour de simples jets de pierres.
Que réclament les prisonniers ? Rien d’autre que le respect du droit :
  • la fin du recours à la torture et autres formes de mauvais traitements ;
  • des conditions améliorées de visites de familles ;
  • la fin de leur détention en Israël et non dans les territoires occupés, comme l’exige la Quatrième Convention de Genève, avec pour conséquence des obstacles multiples aux visites de familles ;
  • l’abandon de la détention administrative, régime de détention sans charges et sans jugement auquel sont soumis aujourd’hui environ 500 prisonniers palestiniens, parfois depuis plusieurs années ;
  • des soins de santé adaptés, alors que des négligences délibérées dans ce domaine conduisent à la détérioration de l’état de santé de nombreux prisonniers, voire à leur mort.
Les premières réactions du gouvernement israélien laissent craindre le pire : des mesures disciplinaires ont été prises immédiatement contre les grévistes de la faim dont les responsables sont déplacés et mis au secret. « Nous n’avons pas de raisons de négocier avec les prisonniers, il s’agit de terroristes et d’assassins » a déclaré le ministre de la Sécurité intérieure. Avigdor Lieberman, ministre de la Défense, a souhaité que soit appliquée aux prisonniers palestiniens grévistes de la faim la même politique que celle de Margaret Thatcher qui avait laissé mourir de faim les Irlandais du Nord, Bobby Sands et ses camarades. Nous ne pouvons pas laisser se perpétuer de tels crimes dans le silence général.
Le Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens, qui regroupe associations, syndicats et partis politiques, apporte son plein soutien aux prisonniers politiques en grève de la faim et à leurs revendications, à leurs familles, à la population palestinienne et à celles et ceux qui, en Israël, agissent pour la justice et l’égalité.
Il en appelle aux mobilisations citoyennes et à l’intervention ferme des États signataires de la Convention de Genève - dont la France - et de l’Union européenne. Il est temps de tout mettre en œuvre et de faire pression sur le gouvernement israélien pour qu’il respecte le droit international, en particulier en matière de justice, de détention, de traitement de la population civile palestinienne.
Chaque jour d’inaction met des vies en danger. Chaque jour d’inaction est un acte complice des dénis de droits, de justice et d’humanité.
Appel à la mobilisation : Solidarité avec le mouvement de grève de la faim des prisonniers palestiniens

Partager cet article