Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

20 août 2018 1 20 /08 /août /2018 10:28

Pour le comprendre, ne pas oublier d'activer les sous-titres youtube.

Partager cet article

6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 16:12
SOUTIEN A LA MOBILISATION DES CHEMINOTS ! LA SEULE ARME EST L’EXTENSION DU RAPPORT DE FORCE !
SOUTIEN A LA MOBILISATION DES CHEMINOTS ! LA SEULE ARME EST L’EXTENSION DU RAPPORT DE FORCE !

24ème jour de grève. Les cheminots sont toujours mobilisés et déterminés. Plus de 200 cheminots de tout le département ont défilé ce mardi 29 mai à Orthez après une Assemblée Générale en gare. Des dizaines de militants syndicalistes et politiques étaient venus soutenir les cheminots en lutte. Tout le monde est conscient de l’enjeu : il s’agit de renforcer le rapport de force pour faire barrage au pacte ferroviaire qui est voté actuellement au sénat. Malgré les annonces du gouvernement, aucune proposition favorable aux cheminots n’a vu le jour. La colère et la détermination des cheminots ne s’essoufflent pas. Ils sont déterminés à aller jusqu’au bout.

 

Unir tous les travailleurs

Pour infliger une défaite à Macron

 

            Le ROCML a apporté à cette occasion tout son soutien à la lutte des cheminots. La lutte doit s’étendre dans toute la société car tous les travailleurs sont concernés. En soutenant cette lutte, les travailleurs défendent à la fois leurs camarades cheminots mais en même temps leurs propres conditions de travail. De la victoire ou de la défaite des cheminots dépend la suite des mesures de Macron. N’en doutons pas, si Macron sort victorieux de ce conflit, il s’attaquera aux retraites, aux autres travailleurs du secteur public. Il accélérera le train des mesures antiouvrières et antipopulaires. C’est donc à partir de l’unité des travailleurs dans la lutte, aux côtés des cheminots, des étudiants, des carrefour et des autres secteurs en lutte que viendra la victoire sur l’offensive menée par Macron !

 

            Les cheminots sont le fer de lance des mobilisations en cours. Ils participent à construire la convergence des luttes. A Orthez, les cheminots ont apporté leur soutien à la mobilisation des travailleurs d’ENEDIS, dont 2.500 postes sont menacés dans tout le pays, pour des raisons de rentabilités. Jeudi 7 juin, ces mêmes cheminots organisent une marche du rail et des blouses blanches à Bayonne qui ralliera la gare de Bayonne à l’hôpital pour montrer que tous les travailleurs mènent le même combat pour sauver leurs conquêtes sociales et les services à la population. Tous les militants communistes, révolutionnaires et progressistes doivent être à leurs côtés.

 

La réponse à Macron doit être politique

et remettre en cause le capitalisme

 

            La politique menée par Macron, l’accumulation des mesures anti-ouvrières avec les gouvernements successifs incitent à une réponse politique. Allons-nous regarder détruire nos conditions de travail, l’accès aux soins, à l’éducation, ou au contraire, allons-nous résister à cette offensive ? Si nous choisissons la deuxième option, il est clair qu’il va falloir s’organiser et pas seulement syndicalement, car le camp des patrons et de l’Etat est lui très bien rodé. Il dispose de ses partis et de ses organisations (médias, associations, leviers financiers, « syndicats »…). Cette lutte ne pourra pas non plus s’arrêter à Macron et à ce gouvernement, ou encore à aménager quelques aspects du système car ce sont les monopoles qui ont le pouvoir réel. Cette lutte devra s’attaquer à tout ce système capitaliste qui nous exploite chaque jour davantage. Il n’existe pas d’autre alternative.

           

Défendons et élargissons nos mobilisations

pour défendre les conquêtes sociales et démocratiques

 

Abrogation de toutes les lois anti-ouvrières et anti-populaires !

 

Contre le gouvernement du capital, organise toi avec les marxistes-léninistes !

 

Cellule ROCML Pau

Partager cet article

30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 20:30
Film :Le Mai 1968 de la CGT en Béarn

Mai – Juin 1968 en France

8 à 10 millions de grévistes sur les deux mois, un salarié sur deux

Ouvriers – Employés – Cadres – Enseignants

 

Usines – Fonctions Publique souvent avec occupation des lieux de travail

Étudiants – Lycéens

En Béarn aussi

 

Notre Institut d'Histoire Sociale CGT 64, vient de réaliser un film de témoignage des luttes syndicales (50 minutes) que vous pourrez voir :

A PAU au cinéma » le Méliès » le lundi 4 juin 20h (5€)

Le 25 Mai à « Ciné Garlin » 20h30.

le 31 Mai à Bordes « salle des fêtes » 17h30.

Le 14 Juin à Mourenx « ciné M. » 20h 30 (4€)

D'autres dates en préparations.

 

Un dizaine de témoins qui avaient entre 18 et 42 ans

Militants, du Bâtiment, de l'Union Locale de Pau, de la banque, de la poste, d'Aquitaine Chimie, Mourenx, SNPA, Garage Renault PAU, Messier Oloron, Cheminot, Hôpital Psychiatrique, Turboméca .

 

Vente du DVD , avec en bonus « Cent Ans de CGT en Pyr.Atl. 1905-2004 » 12 minutes: Prix public 15 €

En souscription 10 € avant le 30 Juin, chèque à l'adresse et à l'ordre de l'Institut IHS CGT 64 ;9 Av Dufau 64000 PAU.

Film :Le Mai 1968 de la CGT en Béarn

Partager cet article

19 avril 2018 4 19 /04 /avril /2018 16:27

L’HEURE EST GRAVE, QUE L’ON SOIT OUVRIER, EMPLOYÉ, AGENT DE MAITRISE, TECHNICIEN OU CADRE, HOMME OU FEMME, JEUNE OU MOINS JEUNE, ACTIF OU SANS EMPLOI, QUE L’ON SOIT SYNDIQUE (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE CGC, SUD…) OU NON, NOUS SOMMES TOUS TOUCHES, TOUS CONCERNÉS PAR LES ORDONNANCES MACRON.

Pour le gouvernement et le Patronal, le Code du travail et les droits collectifs des salariés seraient un frein à l’emploi et à la productivité. Avec la même approche, le Code de la route serait la cause des accidents et le Code des Impôts responsable de l’évasion fiscale !

Faciliter les licenciements, moduler le temps de travail, baisser les salaires,… sont des dispositions intégrées dans des lois déjà imposées aux travailleurs (loi de sécurisation de l’emploi, accords de compétitivité, loi Aubry, loi EL Khomri…) et aggravées aujourd’hui dans les ordonnances prévues par MACRON.

Mais quels en sont les effets inévitables ?

Toujours plus de chômage ! Toujours plus d’emplois détruits ! Toujours plus de précarité ! Toujours plus de profits pour les entreprises et donc de dividendes pour les actionnaires ! C’est la logique de la société capitaliste.

Au cœur des ordonnances MACRON c’est la fin des droits collectifs garantis pour tous les salariés en donnant la primauté aux accords d’entreprise sur les accords de branche et le Code du travail. Le Gouvernement livre les salariés au bon vouloir du patronal. Chaque entreprise aurait ses règles dictées par l’employeur, chacune son code, le seul droit garanti pour tous serait de se taire !

À QUOI CONDUISENT LES ORDONNANCES MACRON POUR LES ACCORDS ?

Primauté de l’accord d’entreprise sur le contrat de travail :

C’est la fin du principe de faveur, selon lequel entre deux clauses (issue de l’accord collectif et l’autre du contrat de travail) c’est le plus favorable qui prévaut.

L’ordonnance prévoit que les accords collectifs dans les entreprises pourront modifier le contrat de travail d’un salarié sans son accord. Un (e) salarié (e) qui refuse un changement dans son contrat de travail pourra être licencié (e).

Incidence dans par exemple dans le bâtiment : remise en cause de l’indemnité de repas,

Redéfinition du grand déplacement, avec possibilité qu’il soit remis en cause dans les entreprises.

- Banalisation et généralisation du travail le samedi.

- Augmentations du contingent des heures supplémentaires.

- Création d’équipes supplémentaires de fin de semaine, avec des droits réduits.

 

COMBATTONS-LES EN NOUS MOBILISANT :

POUR NOTRE POUVOIR D’ACHAT

*Pour un SMIC de 1 800 € euros minimum (bas de grille).

* Pour une augmentation immédiatement des salaires réels et des primes (trajet, transport, panier, etc.) de 20 % qui permettront la revalorisation des cotisations sociales dévolues au financement des retraites, de la Sécurité sociale, etc.

*Pour relever les pensions des retraités au taux de 75 % du salaire d’activité.

* Pour l’augmentation des pensions de retraite de 20 % et la suppression de la hausse de la CSG.

POUR L’EMPLOI

* pour réduire du temps de travail à 32 heures sans perte de salaire, sans modulation et annualisation du temps de travail.

* En Revenant à la retraite à 60 ans, à taux plein, sachant que 1/4 des moins de 25 ans sont au chômage et 2/3 des plus de 55 ans sont hors emploi.

* En Exigeant la retraite à 55 ans pour les salariés qui exercent un métier pénible, comme dans nos professions.

Pour mon avenir et celui de mes enfants, avec la CGT car elle n’a pas d’intérêt différent de celui des salariés. Je contribue à augmenter le rapport de force en faveur des travailleurs par la lutte :

LE SYNDICAT CGT VINCI TP IDF S’ASSOCIE À L’APPEL NATIONAL DE GRÈVE ET DE MOBILISATION DE LA CGT ET APPELLE L’ENSEMBLE DES SALARIES DE L’ENTREPRISE.

CHANTIER MODERNE CONSTRUCTION (CMC) et SOGEA IDF

A SE METTRE EN GRÈVE ET A SE MOBILISER ET A PARTICIPER A LA MANIFESTATION DE PARIS

J’arrête le travail, je suis en grève et je manifeste :

LE 19 AVRIL 2018 GARE MONTPARNASSE 14HOO

POUR EXIGER

- L’ABROGATION DES ORDONNANCES MACRON (LOI TRAVAIL XXL)

- L’AUGMENTATION DES SALAIRES LE RESPECT DE NOS DROITS ET LA PRISE EN COMPTE DE NOS REVANDICATIONS EMPLOI, SALAIRE ET PÉNIBILITÉ

 

Partager cet article

19 avril 2018 4 19 /04 /avril /2018 16:19

http://rocml.org/tract-cellule-de-pau-la-solution-aux-attaques-de-letat-et-des-patrons-passe-par-la-lutte-politique-revolutionnaire-des-travailleurs/

 

Ces dernières années les différents gouvernements n’ont pas hésité à détricoter toutes les conquêtes sociales du mouvement ouvrier. Ces conquêtes offrent quelques miettes de protection collective (CDI, statut des cheminots, code du travail, conventions collectives, etc.) dans un système qui est organisé sur l’exploitation d’une immense majorité pour le profit d’une infime minorité. C’est bien le sens de la politique de Macron. Ce dernier enlève l’ISF au bénéfice des plus riches, il fait payer la CSG aux retraités pour soi-disant aider les travailleurs. Dans le même temps, il demande une journée de travail de solidarité non payée pour « aider » les retraités ! Comprendra qui voudra. La vérité est que les efforts demandés à chacun par ce gouvernement servent à enrichir toujours plus une infime minorité : la bourgeoisie.

 

Les réponses à apporter pour riposter

 

Le CPE, la réforme des retraites, l’ANI, la loi Macron, les lois travail en 2016 et 2017 ainsi que d’autres réformes touchant le milieu scolaire et universitaire ont donné lieu à de grandes luttes sociales menées par les syndicats et rassemblant des millions de travailleurs. Pourtant, aucune de ces luttes n’a été totalement victorieuse.

C’est une question qui traverse les têtes de nombreux travailleurs et tout le monde y va de son analyse pour expliquer l’échec : les journées saute-mouton, le syndicalisme rassemblé, l’absence de grève générale, etc.

Face à cela, voici plusieurs pistes que les marxistes-léninistes proposent et impulsent pour qu’elles se concrétisent.

  • Il est essentiel de participer aux mobilisations en cours sur son lieu de travail, dans son quartier, de mobiliser aussi sur ses propres revendications, d’apporter la solidarité de classe en développant les caisses de grève des cheminots, en multipliant les initiatives pour élargir et populariser le mouvement auprès des autres travailleurs.
  • Le gouvernement est une organisation de choc du capital pour attaquer les travailleurs. Il utilise la police, les forces de l’ordre, l’appareil idéologique. Il n’y a donc rien à attendre de lui. L’Etat ne volera pas au secours des travailleurs. Les négociations gouvernementales ne sont qu’une farce. Seul le rapport de force pourra faire reculer ce gouvernement antisocial.
  • Cette lutte peut déboucher sur un grand mouvement d'ampleur qui peut gagner sur des revendications syndicales. Se battre contre l’offensive actuelle du capital est juste. Cela apportera de l'unité et de la combativité à la classe ouvrière pour pouvoir s'acheminer vers la prise de conscience révolutionnaire, vers une lutte politique et révolutionnaire de la classe ouvrière.
  • Pour cela, les travailleurs en lutte ne doivent pas laisser la lutte politique aux seuls partis bourgeois. Il est important de mettre en place des espaces de débats et de discussions, des cercles de réflexions autour des débats qui traversent le mouvement. C’est en faisant de la politique révolutionnaire que la classe ouvrière pourra débarrasser l'Humanité du capitalisme qui détruit la vie de millions de travailleurs. Il n'y a que deux alternatives : socialisme ou barbarie !

 

RETRAIT DES LOIS ANTISOCIALES !

RETRAIT DES REFORMES MACRON : SNCF, LOI ORE, PARCOURS-SUP, ORDONNANCES !

SEULE UNE POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE PEUT STOPPER L’OFFENSIVE DU CAPITAL !

Partager cet article

13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 19:36

 

Non ce ne sont pas des privilégiés. Ce sont des travailleurs et le gouvernement attaque leurs conditions de travail. Ce matin, ils étaient une trentaine de cheminots réunis à Puyoo en assemblée générale pour populariser leur lutte. Des camarades de Puyoo, d’Orthez, Salies de Béarn, Mourenx, Pau sont venus leur témoigner leur solidarité. Au même moment, une autre AG était convoquée à Pau. Partout en France, les cheminots se mobilisent et reçoivent des témoignages de solidarité de nombreux travailleurs.

 

            A cette AG, les cheminots en grève ont reconduit leur préavis de grève pour mercredi et jeudi prochain. Leur détermination est intacte. Ils iront jusqu’au bout dans cette bataille du rail engagée contre le gouvernement et les dirigeants de la SNCF. Ce sont leurs conditions de travail qui sont attaquées mais pas seulement. C’est l’accès aux trains à tarif réduit et dans de nombreuses localités qui est menacé. Et puis, aujourd’hui, ce sont les cheminots et demain d’autres catégories de travailleurs qui seront attaquées par ce gouvernement à la solde du capital.

 

            Ils ne jetteront pas l’éponge comme ça pas les cheminots. Ils sont poussés par les nombreux témoignages de solidarité : « courage », « ne lâchez rien », « allez-y, continuez » des automobilistes. Cette lutte n’est pas seulement la leur car c’est tous ensemble qu’il faut se battre contre Macron. La politique de Macron attaque l’ensemble de la classe ouvrière et des travailleurs.  

 

            N’oublions pas non plus que pour répondre à Macron, la politique est l’arme suprême des travailleurs. Car tant que ce système capitaliste pourra prospérer, les attaques, les remises en cause des conquêtes sociales se multiplieront. Voilà pourquoi, seule la lutte politique contre la bourgeoisie, pour mettre fin à l’exploitation de l’homme par l’homme, peut solutionner les problèmes de tous les travailleurs !

 

Correspondant Voix des Communistes - Pau

Partager cet article

12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 19:00
Le Rassemblement Organisé des Communistes (ML) s'associe à cette journée d'action des personnels de santé.
rdv à Pau devant la préfecture
 
15 mars 2018 : Journée nationale d’action
Les services à domicile et établissements (EHPA, EHPAD, USLD, hôpitaux gériatriques) personnes âgées : Les professionnels restent mobilisés !
18 février 2018 / Fédération Santé Action socialeIntersyndicale
L’intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SUD, UFAS et UNSA, soutenues par l’AD-PA et rejointes depuis par la FSU et FA-FP à décidé ce 15 février d’appeler à la grève le 15 mars prochain.
Aujourd’hui, partout en France, les salarié.e.s (de toutes catégories, y compris de direction), les associations d’usagers, les familles … dénoncent l’inexcusable, l’incompréhensible et volontaire abandon dans lequel le gouvernement laisse les personnes âgées vulnérables parce qu’en perte d’autonomie en établissement comme à domicile.
Partout, l’ampleur des mobilisations du 30 janvier ont rassemblé des personnels du privé, du public de l’associatif (aides à domicile…), de la plus petite à la plus grosse structure montrent la détermination et l’exaspération des professionnels et des usagers.
Cette journée n’était qu’une étape dans le mouvement qui dénonce un gouvernement sourd et empreint de mépris envers des professionnel.le.s.
OBJECTIF : 15 mars 2018
il est temps que l’Etat entende la nécessité de :
  • Mettre en place un financement pérenne et solidaire de l’aide à l’autonomie.
  • Pérenniser le financement de l’aide à domicile, abroger les dispositions législatives baissant les dotations des établissements et maintenir de tous les effectifs
  • Augmenter le temps passé auprès des personnes âgées à domicile et appliquer le ratio d’un personnel pour une personne accompagnée en établissement (prévu par le Plan Solidarité Grand Age de 2006)
  • Revaloriser les salaires, améliorer les carrières et les conditions de travail des personnels à domicile et en établissement dans le cadre du statut et des Conventions Collectives Nationales.
La CGT prendra toute sa place dans les prochaines mobilisations tant que les justes revendications des personnels ne seront pas entendues par le gouvernement…

Partager cet article

28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 12:07
#Idéereçue : La prime charbon à la SNCF

Les cheminots et la prime charbon: LE truc qui revient régulièrement, même en 2015, soit plus de 40 ans après la disparition de la dernière locomotive à vapeur et, donc, de la fameuse prime. Partons à la découverte de l’argument star de ceux qui ont l’air prodigieusement agacés par les cheminots.

 

Qui la touchait ?

 

La fameuse prime charbon n’était pas touchée par « les cheminots ». Non, elle ne concernait que ceux qui avaient une prise sur la consommation de charbon des locomotives à vapeur.

 

Seuls les mécaniciens et les chauffeurs la touchaient. En effet, les locomotives à vapeur se conduisaient à deux: à gauche, le conducteur mécanicien, chargé de la conduite proprement dite et de l’entretien en ligne de la machine et, à droite, le chauffeur qui s’occupait de la chauffe, c’est à dire du feu et, donc, de maintenir en pression la chaudière.

 

Comment était elle calculée ?

 

La prime charbon était calculée sur la capacité d’un équipage à économiser le charbon. Pour cela, la SNCF avait estimé une consommation de référence pour un trajet donné. En tenant compte de la distance à parcourir, du profil de la ligne et du poids de la rame, on estimait qu’on avait besoin de X tonnes de charbon pour mener le train à bon port. L’équipage qui gérait bien sa machine et arrivait à faire le trajet sans tout consommer était gratifié d’une partie de l’économie réalisée. Il s’agissait donc d’une prime basée sur la performance individuelle des salariés. Voilà qui devrait ravir les fanas de la rémunération à l’objectif !

 

Et ils touchaient quoi ?

 

Eh bien il ne s’agissait pas d’argent ! Les équipages recevaient directement, du charbon, du vrai, noir et bien gras. Je vous vois déjà vous en étonner mais il faut penser que, dans les années où la prime existait encore, le chauffage central n’était pas répandu et qu’on se chauffait majoritairement avec son petit poêle personnel. Recevoir du charbon représentait donc une économie bonne à prendre pendant les mois d’hiver et même le reste de l’année pour faire fonctionner la cuisinière.

 

Sur la fin de son existence et avec le changement des modes de vie, elle devint tout de même une prime au sens « moderne » du terme, c’est à dire une somme d’argent ajoutée à la paye de base.

 

Qu’est elle devenue ?

 

Elle a disparu avec la fin de la vapeur à la SNCF au début des années 70. A l’époque, elle était déjà moribonde vu le peu de dépôts qui employaient encore des locomotives à vapeur. Certains racontent qu’elle aurait été remplacée par une prime de salissure: pure invention. Si la prime de salissure existe bien à la SNCF, elle concerne, comme dans bien d’autres entreprises, les salariés effectuant des travaux particulièrement salissants et qui occasionnent des frais d’entretien de tenues de travail, bref, rien à voir avec le charbon ou le personnel de conduite.

 

Sylvain Bouard

Agent circulation à la SNCF, passionné de chemin de fer, de photo et de nouvelles technologies.

Partager cet article

28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 11:53

nous sommes donc en grève totale depuis le jeudi 15 février à suite des réunions NAO où la direcrion et certains syndicat sdu patron nous ont pris en otage avec un accord de méthode
incluant la révision de notre accord 35h sinon augmentation générale nulle !!!!!!

C'est écoeurant !!

les usines plaques france font des débraillages difficiles et nous à Mazan nous sommes partis en grève générale suivi par 80% du personnel..

Bien sur le personnel encadrant ne suis pas hormis un seul..

La prochaine réunion est prévu jeudi 22 février, nous espérons tenir jusque là car aucun produit ne sort de nos lignes de production !!!

Merci de faire suivre l'infos pour qu'on puisse avoir un minimum de soutien qui ferai du bien aux camarades qui sont sur le piquet 24h/24h avec un huissier sur le dos !!!

SINIAT dans le Vaucluse sont en gréve

SINIAT dans le Vaucluse sont en gréve
SINIAT dans le Vaucluse sont en gréve
SINIAT dans le Vaucluse sont en gréve
SINIAT dans le Vaucluse sont en gréve

Partager cet article

24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 12:23

https://mobile.francetvinfo.fr/economie/syndicats/vous-etes-venu-faire-des-cadeaux-aux-patrons-quand-un-syndicaliste-de-psa-interpelle-bruno-le-maire_2625388.html

 

Lors d'une visite de l'usine PSA de Mulhouse, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a été pris à partie par un syndicaliste de la CGT sur la rémunération et les conditions de vie des ouvriers.

 

En visite à l'usine PSA de Mulhouse vendredi 23 février, le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire s'est fait interpeller par un représentant syndical CGT de l'usine. Un échange très musclé recueilli par une journaliste de franceinfo présente sur place.

 

"Qu'est ce vous êtes venu faire ici ? Vous êtes venu faire des cadeaux aux patrons ?", a lancé le cégétiste au ministre devant micros et caméras de télévision. Réponse de Bruno Le maire : "Je suis venu ici pour garantir aux Français qu'on va garder une industrie automobile, pour garantir que le site restera ouvert". Les bras du syndicaliste lui en tombent et il assène : "On était 14 000 on est bientôt 5 000 dans l'usine !"

 

Bruno Le Maire a visiblement du mal à répondre ou à se faire entendre. "On vous a appris à écouter de temps en temps ce qu'on vous disait ? Vous écoutez quand on vous parle ?", dit-il à l'ouvrier, qui n'a pas l'intension d'en rester là et compte bien se faire entendre, "pour une fois", dit-il . "Vous passez souvent à la télé, on vous écoute souvent vous, on vous paye à faire des choses, vous faites rien pour les ouvriers, écoutez pour une fois que vous en avez un en face de vous", lâche-t-il au ministre.

 

"19 euros d'augmentation cette année ! Avec 19 euros on achète combien de baguettes ?"

Ce n'est "pas une discussion", rétorque le ministre. Le Cégétiste finira donc son monologue, dénonçant la rémunération des ouvriers de l'usine et le coût de la vie : "Vous savez combien on a eu d'augmentation cette année ? On a eu 19 euros. Avec 19 euros on achète combien de baguettes, vous savez combien cela coûte la baguette ? Vous savez combien coûte un ticket de bus ? Vous ne le savez pas. Vous savez que les gens ici ils touchent moins que le SMIC ?!".

 

La visite de Bruno le Maire chez PSA intervient alors que le constructeur automobile annonce vendredi un excédent de près de six milliards d'euros, en hausse de 15%. Le ministre était accompagné du PDG du groupe PSA Carlos Tavares pour visiter l'atelier de montage de la nouvelle DS7 Crossback.

Partager cet article