Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

autoc.png

 

 

La JCML est l'organisation de jeunesse du ROC-ML

 

Pour nous contacter: jeunessemarxistepau@hotmail.fr

 

Musica



 

 

Vidéos

ROCML

RETROUVEZ NOUS SUR LE SITE OFFICIEL

DE NOTRE ORGANISATION :

 

LE SITE DU ROC ML : http://rocml.org/

 

 

 

 

 

 

Tags

5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 13:35

Liberté pour Georges Ibrahim Abdallah !

 

Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais, arrêté à Lyon en 1984, a été condamné à la réclusion à perpétuité pour des actions menées par les Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL). Il entrera le 24 octobre 2011 dans sa 28ème année de détention. 

C’est un résistant qui a combattu l’invasion israélienne du Liban en 1982. Il a combattu, notamment comme membre du Front Populaire de Libération de la Palestine, contre l'occupation sioniste de la Palestine. 

Il a terminé sa peine de sûreté depuis 1999. Son maintien en captivité est un choix politique de l’État français. A ce sujet, la DST (service secret français) a déclaré en 2007 : “Personnalité emblématique de la lutte anti-sioniste, la libération de Georges Abdallah constituerait sans nul doute, au Liban, un évènement. Il sera probablement fêté comme un héros à son retour dans son pays, mais aussi par différentes mouvances engagées dans la lutte révolutionnaire”. 

 

Georges Abdallah doit être libéré !


Comme l’ont exigé Marwan Barghouti, dirigeant du Fatah, et Ahmad Sa’adat, secrétaire général du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), tous deux emprisonnés par l’État d’Israël. 

Comme l’ont demandé le 29 avril 2010 à Beyrouth 200 personnalités politiques, culturelles et religieuses libanaises, à l’initiative d’une campagne internationale pour sa libération. 

Comme le réclament, depuis des années, de nombreux participants à diverses initiatives en France, en Europe et au Liban.

Soutenir Georges Ibrahim Abdallah c'est aussi soutenir la libération des 11.000 prisonniers palestiniens emprisonnés et torturés en Israël, dont des centaines de femmes et d'enfants.

 

Rassemblement le 22 octobre 2011 pour sa libération

A 14h30 – Place Arnaud Bernard

(Métro Compans Cafarelli)

 

Signataires : AFPS Pau, AGEN, AGET-FSE, Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah, Comité Anti-Impérialiste, Coup Pour Coup 31, EuroPalestine Toulouse, Génération Jeunes Citoyens Musulmans, JCML, Libertat-ERO, NPA 31, OCML-Voie Prolétarienne Toulouse, PCmF, Secours Rouge/APAPC, Secours Rouge Arabe

 

 

 

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Communiqué de presse
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 10:34

 

p1080458-copie-1.jpg

L'arrêté licence du 12 juillet 2011 :

 nouvelle réforme répondant aux intérêts de la bourgeoisie

 

Quatre ans après le passage de la LRU, le gouvernement a adopté en catimini (pendant la période des vacances scolaires) l'arrêté licence. Il s'agit encore une fois d'une attaque contre nos intérêts de futurs travailleurs, à nous jeunes de classe populaire et d’une réforme dans l’intérêt du patronat.

 

Le gouvernement se targue encore une fois de réformer la licence pour que nous puissions trouver un travail à la sortie. L’université, dans leur propagande, est responsable du chômage. Accepter la réforme de la licence nous permettrait d’accéder à coup sûr à un emploi par la suite.

 

Or, en premier lieu, ce n’est pas l’université qui est responsable du chômage, c’est le système économique lui-même, qui, complètement déliquescent de par ses contradictions internes, est incapable de fournir le plein emploi aux travailleurs. Cette réforme correspond aux intérêts immédiats du patronat et de l’ensemble de la bourgeoisie, et non pas à nos intérêts à nous, futurs travailleurs. Nos intérêts et les leurs sont inconciliables, il n’existe pas de consensus. Prétendre le contraire comme le fait l’UNEF, qui a accepté de ratifier l’arrêté licence, c’est se ranger du côté du patronat.

 

En effet, la professionnalisation de la licence est au cœur de la réforme actuelle. Une minorité de licences seraient à vocation scientifique (licences d’excellence pour la minorité bourgeoise) tandis que la plupart des parcours de licences seraient professionnalisés. L'université devrait s’adapter aux besoins immédiats du marché du travail. Mais les besoins des patrons sont changeants et les travailleurs ainsi formés seront bons à être jetés dès que les besoins du patronat auront évolué. En clair, c'est un processus de précarisation des futurs travailleurs. En outre, la généralisation des stages dans les parcours de licence formera des bataillons d’étudiants travaillant pour pas grand chose – voire rien du tout – les mettant en concurrence avec l’ensemble des travailleurs, ce qui aggravera encore le chômage.

 

Tout est fait pour que nous, étudiants de classe populaire, arrêtions nos études le plus vite possible, avec une formation professionnelle en poche. Le gouvernement propose des semestres durant l’été à ceux d’entre nous qui sont salariés et renforce le contrôle continu, qui est très difficile à suivre quand nous travaillons pour payer des études !

 

Preuve de la volonté de mettre en adéquation le plus parfaitement possible les formations universitaires avec les besoins du patronat locaux, comme s'en félicite le MET, l'organisation étudiante qui défend la bourgeoisie au quotidien, « la Nouvelle Licence consacre la nécessaire collaboration entre Universités et Entreprises pour l'amélioration des formations et de l'insertion professionnelle. » Des représentants d'entreprises qui siègent déjà dans nos facultés pourront participer à l'élaboration des parcours de licence.

 

 Nous nous moquons totalement que l’université soit rentable pour la bourgeoisie. Nous voulons protéger l’université de l’influence directe des capitalistes. Nous n’allons pas à l’université pour nous former à un métier précis mais pour accéder à des savoirs, pas seulement pour faciliter notre insertion professionnelle, mais aussi pour développer notre sens critique. Si le patronat a besoin de former des travailleurs, qu’il paie et qu’il les forme lui-même.

 

Nous ne faisons pas dans la conciliation de classe, nous défendons la jeunesse de classe populaire contre l’intérêt des capitalistes qui est de l’exploiter le plus possible. Les organisations réformistes comme l’UNEF prétendent valoriser la place de l’étudiant dans le système capitaliste, au détriment parfois des travailleurs, alors que nous sommes en rupture avec celui-ci.

 

Plus largement, en tant que communistes, nous devons resituer ces réformes dans le contexte général, qui est à la crise du capitalisme, la concurrence entre États capitalistes, de même que l'affaiblissement de la conscience de classe.

 

En effet, c’est l’affaiblissement de la conscience de classe de la jeunesse d’origine populaire, conscience d’appartenir au camp des exploités, qui permet à la bourgeoisie de faire passer ces réformes comme étant dans l’intérêt de tous, alors que c’est uniquement dans l’intérêt du patronat qu’elle réforme l’université.

 

Cette tendance n'est pas irréversible, la marche en avant de l'humanité n'assurera pas le triomphe éternel de cette société inégalitaire et injuste. Le capitalisme est condamné dans ses propres contradictions. Les étudiants des milieux populaires sont un bataillon essentiel pour la victoire de tous les travailleurs. Les étudiants de classe populaire, futurs travailleurs, doivent retrouver la conscience de leurs intérêts communs avec l’ensemble du prolétariat. La jeunesse doit s’organiser politiquement pour résister et affronter le système capitaliste. Seule la construction d'un rapport de force peut permettre de repousser ce lot d'exploitation, de précarité et d'injustice.

 

Bien entendu, nous sommes en droit de vouloir une éducation, un savoir, une connaissance qui ne soit plus l’objet de profits des capitalistes mais la clé de l’émancipation de l’Humanité et de millions de prolétaires. Nous sommes en droit d’attendre de la société qu’elle nous fournisse à la fois un travail et l’occasion d’accéder aux savoirs. Mais tout cela ne peut se faire sous le capitalisme, nous devons donc nous organiser pour rompre avec ce système qui a fait son temps.

 

ABROGATION DE L'ARRETE LICENCE ET DE LA LRU !

CONSTRUISONS LE RAPPORT DE FORCES, CLASSE CONTRE CLASSE POUR CHASSER DU POUVOIR LES ENNEMIS DU PEUPLE !

RENFORCONS L'AVANT GARDE COMMUNISTE, ORGANISONS NOUS DANS LA JCML

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Communiqué de presse
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 15:38

 

4EMENUMERO3.jpg

 

 

Envoyez vos coordonnés à jcml.nationale@yahoo.fr pour participer à ces journées d'échanges, de luttes, et de solidarité pour bâtir la société communiste en abattant le capitalisme !

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Communiqué de presse
commenter cet article
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 09:55

R&S (jpg)

IL Y A UN AN, LE PREMIER CONGRES DE LA JCML !

CONTINUONS DANS LA VOIE DU MARXISME-LENINISME ET DE L’UNITE DE LA JEUNESSE OUVRIERE ET POPULAIRE !

 

 

Il y a un an, les 22 et 23 mai 2010, se clôturait le 1er Congrès de la JCML dans l'État français. C’était alors une étape historique puisque cette nouvelle organisation palliait à l’absence de plus d’une quarantaine d’années d’une jeunesse communiste marxiste-léniniste. Les cercles de jeunes, alors éparpillés se sont unifiés à l’échelle de la France en une seule organisation centralisée dotée d’une Direction Centrale et d’un organe de presse, l'ÉtoileRouge. la JCML se plaçait sous la direction politique du Rassemblement organisé des communistes marxistes-léninistes (ROC-ML) que ses origines ( il est issu d'un processus national d'unification des marxistes Léninistes -CNU), sa politique et ses objectifs rend le plus apte à unir les communistes dans un véritable Parti communiste .

 

 

Une année s’est écoulée et la JCML a progressé dans sa lutte révolutionnaire contre le capitalisme prenant part de manière active au combat de classe contre la réforme des retraites. Ce fut l’occasion pour de nombreux militants de faire l’apprentissage de leurs armes et à notre organisation de montrer sa crédibilité au sein du mouvement communiste en France. Cette épreuve a été brillamment réussie car, là où étaient présents nos militants, la lutte s’en est  ressentie par la présence d’une ligne et d’une solidarité de classe envers les prolétaires en luttes, contre le réformisme et le mot d’ordre de grève générale qui était incantatoire étant donné l'état des forces du prolétariat. Mais nous n’étions pas en capacité de peser nationalement sur la lutte de la jeunesse ouvrière et populaire.

 

De cette année de lutte révolutionnaire en ressort un bilan positif, la JCML a attiré des jeunes communistes, elle a multiplié les initiatives comme l’hommage rendu à la Commune de Paris pour ses 140 ans partout en France, ou encore les mobilisations pour dénoncer l’intervention française en Libye et en Côte d’Ivoire qui s'intensifie de jours en jours. Sur ce point, la JCML a été à l’initiative partout où elle se trouve pour dénoncer cette guerre de rapine, et le soutien des organisations social-chauvines et réformistes qui sollicitent l’effort de guerre de la bourgeoisie impérialiste française. Contrairement à ces traîtres qui ont les mains remplies du sang des peuples opprimés, nous affirmons notre solidarité d’internationalistes à tous ceux qui subissent le joug de l’impérialisme français. C’est en se rassemblant contre ce dernier que nous pouvons imposer un rapport de force afin de faire vaciller ces rapaces et fauteurs de guerres.

Partout où elle est, la JCML milite pour la libération des peuples opprimés par l’impérialisme. Comme la France est une vieille puissance impérialiste, le chauvinisme, exacerbé par la crise, est très présent et atteint jusque dans le camp de ceux qui se réclament du marxisme-léninisme. La JCML progresse à l’unité des communistes tout en rejetant constamment les idées chauvines et réactionnaires qui peuvent être présentes dans les masses.

 

Aller vers les masses, entraîner les jeunes ouvriers et révoltés vers le communisme est notre objectif premier. Face à la crise qui continue de frapper les foyers, il est nécessaire pour chaque jeune exploité de s’organiser pour combattre le capitalisme sur le terrain politique, afin de poser la question du pouvoir, de la révolution et du communisme. Combattre et dénoncer chaque manifestation du capitalisme, opposer les justes intérêts du prolétariat, de ceux qui produisent l’abondance à ceux des capitalistes, qui s’accaparent le travail d’autrui, voila tout le sens de notre combat politique qui consiste à opérer une rupture révolutionnaire dans chacune de nos actions militantes. Voila un travail que nous poursuivrons jusqu’à notre prochain Congrès

 

Nous allons aussi rééditer nos journées de formations et de réflexions puisque l’année dernière, ce fut un important succès pour notre jeune organisation. La réflexion politique sur le monde est indispensable pour un jeune communiste, et la formation des militants est une de nos priorités: se réapproprier l’idéologie prolétarienne et comprendre le monde en laissant de côté l’éducation bourgeoise, tel est notre objectif !

 

Nous travaillons à l’unité de tous les jeunes qui veulent en finir avec le capitalisme et qui militent pour le communisme. La JCML qui se mobilise pour cet objectif invite tous les jeunes révolutionnaires à s’organiser avec nous pour construire les conditions d’une révolution socialiste.

 

Il reste encore une année avant le prochain Congrès, dans cette période, nous devons tendre à nous renforcer, à multiplier les initiatives au sein des travailleurs afin que la JCML soit reconnue comme une organisation sérieuse qui combat réellement le capitalisme, et qui entraîne avec elle les jeunes à qui le capitalisme n’ouvre pas de perspectives d’avenir.

 

Nous subissons encore une fois les effets de la crise du capitalisme, crise qui découle de la nature même du système. Plan de rigueurs, misère, chomage, voici ce qui touche les états européens les uns après les autres. La jeunesse de ces pays se révolte face à cette situation. La révolte de la jeunesse grecque est courageuse et violente, mais il n'y existe pas de Parti Communiste posant la question du pouvoir et pouvant la résoudre en mettant à bas celui des capitalistes. Quant au mouvement en Espagne et les quelques mobilisations qui ont lieu en France, nous pensons que c'est une très bonne chose que la jeunesse se révolte contre les effets du système capitaliste. Une fois le constat établi sur la société capitaliste, nous devons comprendre la nécessité de nous structurer pour changer le système économique et politique.

Ce n'est pas la révolution en Espagne, car la jeunesse a des revendications d'améiloration de la société capitaliste sans se poser encore la question des rapports d'exploitation. D'autre part, nous ne pouvons pas nous contenter d'occuper des places pour obtenir des victoires et encore moins pour faire la révolution ! Nous devons avoir une politique offensive, et pour être offensifs, il faut se doter d'organisations capables de définir des buts tactiques et stratégiques selon l'intérêt des grandes masses populaires de la jeunesse et de la mobiliser. Nous espérons que le mouvement ira en se massifiant, se politisant et nous y participerons dans ce but. En outre, pour faire face aux attaques que la bourgeoisie va sans nul doute lancer encore une fois contre nos droits, nous espérons que la jeunesse qui se mobilise actuellement ne se perdra pas dans la nature une fois le mouvement terminé, mais viendra renforcer les organisations qui seront à la pointe de la lutte

 

 

Unis et organisés, armés de la théorie marxiste-léniniste, nous sommes l’avenir révolutionnaire de ce pays. Aujourd’hui, dans toutes les luttes, il manque un Parti capable de donner une ligne de classe au mouvement syndical, d’unir les prolétaires français et immigrés, et d’être l’avant-garde de la classe ouvrière. C’est avec le ROC-ML que nous travaillons au quotidien, par notre vie militante, à édifier le Parti communiste qui, demain, amènera le prolétariat de France à renverser le capitalisme et se libérer de ses chaînes en avançant dans la voie du communisme !

 

GLOIRE A LA JCML POUR SES 1 ANS D’EXISTENCE !

EN AVANT POUR LES COMBATS DE LA JEUNESSE OUVRIERE ET POPULAIRE !

AVEC LE ROC-ML, EDIFIONS LE PARTI COMMUNISTE !

 

JCML – 26/05/2011.

 

0

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Communiqué de presse
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 21:36

LETTRE OUVERTE DE LA JCML AUX ORGANISATIONS SE RECLAMANT DU MARXISME-LENINISME

 

LIBYE ET COTE D'IVOIRE: REPONDONS A L'APPEL DU ROC-ML, EN AVANT POUR COMBATTRE L'IMPERIALISME FRANCAIS !!

 

 

Camarades,

 

Le 21 mars 2011, le ROC-ML et la JCML lançaient un appel à l'unité d'action contre l'agression impérialiste en Libye. Aujourd'hui cela fait deux mois que ce pays est en permanence bombardé par les pays de la coalition dont la France. En même temps, la France est intervenue militairement pour renverser son ancienne marionnette Laurent Gbagbo afin de placer un nouveau dictateur fantoche à la tête de la Côte d'Ivoire. Mais il ne faut pas se tromper car Gbagbo, comme Khadafi sont du côté des oppresseurs des peuples et ont depuis longtemps livré leurs pays respectifs au pillage des impérialistes.

 

En tant qu'organisation communiste de jeunesse, nous dénonçons cette intervention impérialiste et plus particulièrement le rôle de la France, du gouvernement Sarkozy derrière lequel se groupe une union sacré allant des réactionnaires aux sociaux démocrates, tous défendant, plus que les autres cette politique impérialiste. De même, nous nous opposons à l'envoi des jeunes en Libye et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour les en empêcher. Pas un seul jeune des milieux ouvriers et populaires ne doit mourir pour servir les desseins de l'impérialisme français !

 

Dans ce pays, aucune véritable force ne s'est levée et a fait campagne pour dénoncer l'attitude de l'impérialisme français. La plupart des organisations se réclamant du marxisme-léninisme ont pris position contre cette agression, c'est une bonne chose, mais leur dispersion ne permet pas de renverser le rapport de force. Bien au contraire, on ne parle plus aujourd'hui de l'intervention française en Libye et en Côte d'Ivoire parce que personne n'a déployé une force capable de s'opposer à cette guerre. 

 

Malgré des divergences idéologiques qui existent entre nos diverses organisations, nous avions le devoir de nous unir afin de combattre cette agression mais personne n'a repris la proposition du ROC-ML. Ici et là, localement, des organisations se sont unies sur la base de la proposition du ROC-ML, d'autres encore regrettent que leurs groupements respectifs n'aient pas répondu positivement au ROC-ML. Alors que nous bavardons ici en France, les bombes pleuvent sur Tripoli et Abidjan. Nous sommes responsables de notre inaction devant les peuples opprimés et si nous persévérons dans le refus de l'unité d'action que nous reproposons ici, alors nous serons coupables d'avoir manqué à notre devoir d'internationaliste et complice de crimes impérialistes pour n'avoir pas agi quand il le fallait.

 

Aujourd'hui vous êtes libres de refuser cette proposition unitaire mais il n'existe pas plus grand enchainement à l'impérialisme que de refuser d'unir nos forces pour le combattre ici en France. La JCML regroupe des jeunes marxistes léninistes, elle est la première organisation de jeunesse depuis plus de 40 ans et a choisi de se rattacher au ROC-ML parce qu'elle estime que c'est là où se trouvent les forces dynamiques capables de réaliser l'unité des marxistes léninistes de France. Par notre jeune âge nous représentons en grande partie l'avenir du mouvement communiste de ce pays. Nous avons dans notre ordre du jour la destruction de l'impérialisme français, que toutes les forces luttant réellement dans cette direction se mobilisent pour dénoncer l'intervention en Libye et Côte d'Ivoire.

 

Sachez que la JCML reprend le drapeau des luttes anti-impérialistes menées par nos aînés jeunes, de la lutte contre l'occupation de la Ruhr, la guerre du RIF, du soutien à la République espagnole, du combat pour l'indépendance de l'Algérie à la lutte contre la guerre du Viet-Nam, nous mènerons cette lutte jusqu'à la victoire !

 

Menons campagne contre l'agression impérialiste en Libye et Côte d'Ivoire (meeting, manifestations) !

 

En avant jusqu'à la libération des peuples opprimés par notre impérialisme !

 

La JCML

 

Le 20 – 05 – 2011

 

jcml.nationale@yahoo.fr

 

 

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Communiqué de presse
commenter cet article
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 10:19

 

May_Day_in_London.jpg

[1er mai 2008 à Londres]

 

MOBILISATION CONTRE LA POLITIQUE DE CASSE SOCIALE

ET LES GUERRES IMPERIALISTES !

 

 

            LE PREMIER MAI, les travailleurs et les masses populaires descendent en même temps dans la rue pour lutter contre le capitalisme, l’impérialisme et le néocolonialisme. En Europe et en Amérique du nord, en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique, c’est la même révolte qui s’exprime contre l’exploitation et l’oppression. C’est le moment où la phrase de Marx «  Les prolétaires n’ont pas de patrie » prend tout son sens et où le prolétariat montre qu’il est international. A cette occasion, les prolétaires des pays impérialistes expriment leur solidarité avec les  peuples et les nations dominés par leur propre bourgeoisie car leurs luttes constituent un puissant soutien à leur propre combat.

 

Ce 1er mai 2011 est marqué par un contexte de crise économique grandissante et d'agressions impérialistes de plus en plus violentes comme en Côte d’Ivoire et en Libye.

Alors que la bourgeoisie par toutes ses voix, tente de dévier l'attention des masses en la focalisant sur l'insécurité, l'islam et la laïcité dans des intentions racistes, la crise n'est pas finie et frappe encore la classe ouvrière et les masses populaires.

Tout le monde constate que les salaires ne suffisent plus à affronter le coût de la vie. Ceux-ci stagnent voir baissent pendant que les prix des marchandises, des logements, du carburant, des transports, de l'énergie, des impôts (sauf pour les pauvres nécessiteux assujettis à l'Impôt Sur la Fortune) augmentent parfois fortement. Le chômage est toujours à la hausse, et ce malgré les effets d'annonces liés aux radiations massives de Pole Emploi.

D'où vient cette crise?

 

La crise n'est pas prête de s'arrêter: elle est la conséquence du capitalisme.

Ce système que nous subissons se caractérise par l'exploitation de classe ouvrière pour l'extorsion de plus values capitalisées. Mais pas seulement. Il se caractérise aussi par des limites objectives qui rendent ce système incapable d'organiser l'activité économique d'une façon harmonieuse: les capitalistes sont en concurrence les uns les autres (et cela ne peut être autrement) sur les marchés ce qui crée une production anarchique qui ne répond pas aux besoins; les capitalistes ont besoin de rogner les salaires pour faire plus de profit et en même temps ils ont besoin de vendre leur production. Les masses paupérisées ne peuvent acheter à la hauteur de la production, s'en suit une surproduction, accumulation de stocks, faillites, chômage, etc.

La baisse du taux de profit accentue la rapacité naturelle des capitalistes et les pousse à une fuite toujours plus en avant dans les agressions de pays étrangers et dans l'exploitation accrue des ouvriers.

 

Sans rompre avec le système capitaliste il n'est pas possible de rompre avec ces contradictions et ses conséquences. Les politiques « anti-crise » mises en place par les gouvernements de droite et de gauche partout en Europe, ne sont que des moyens de tromper les masses, en leur faisant payer les conséquences de la crise.

 

Les agressions impérialistes sont des tentatives de résoudre cette crise. Elles correspondent à des plans politico-militaires mis en oeuvre dans le but de contrôler des territoires, les matières premières, les marchés, en surexploitant les ouvriers et les paysans de ces pays et en se livrant une rivalité sans merci avec les autres puissances impérialistes. Ce sont ces enjeux qui sont au coeur des buts poursuivis par l'impérialisme français en Libye et en Côte d'Ivoire en ce moment même. Pour justifier ces guerres de rapine, tout prétexte est bon à utiliser. On a droit en général au prétexte humanitaire. Ici il s'agit du prétexte démocratique « contre des dictateurs ». Les pays impérialistes, la France en tête sont pourtant les champions de l'installation et du soutien de dictateurs pantins à leurs ordres. Le voleur et dictateur Ben Ali a été soutenu jusqu'au bout par l'Etat français.

 

Pour tenter de résorber la crise, c'est à dire en faire payer les conséquences par les masses populaires et les peuples, pour sauver les profits des grands capitalistes, outre les guerres impérialistes, il y a aussi les politiques nationales menées dans nos pays. Elles consistent à écraser les salaires (par l’intensification du travail, sa précarisation et la flexibilité) et la part indirecte du salaire redistribuée ( pensions de retraites, allocations chômage, sécurité sociale, etc…).

Et tout ça pour quoi? Pour que se perpétue le capitalisme: pour qu'une minorité d'exploiteurs continuent d'accumuler les richesses produites par la majorité de la population.

 

Dans ce contexte, certains sont tentés d'attendre les élections de 2012 avec l'espoir qu'un gouvernement de gauche changerait la situation.

Nous n'avons rien à espérer de l'alternance en 2012. Dans le fond la social-démocratie ne se distingue pas de ses concurrents de droite et, s'il parvient au pouvoir en 2012, le PS appliquera sous une forme ou sous une autre les plans de rigueur fixés par le FMI et la bourse de Paris.

Aucun parti bourgeois (PS, UMP, FN, etc.) ne remettra jamais en cause le système qui fait la domination de cette classe. Le rôle politique de chacun de ces partis est de prendre la suite du précédent après que ce dernier ait fait faillite et de servir les intérêts de la même classe, avec pour le FN un double rôle : déverser le poison raciste et réactionnaire dans les masses populaires pour les diviser et les affaiblir ainsi (notons que pour ce rôle là, le FN n'a pas le monopole!), et servir d'épouvantail pour approvisionner en voix les deux autres partis.

Les autres partis plus ou moins radicaux à gauche (Front de gauche, NPA, etc.) servent objectivement de rabatteurs à la social-démocratie et ne peuvent constituer une véritable alternative révolutionnaire.

 

Depuis plus de trente ans le mouvement ouvrier ne parvient pas à arrêter la politique réactionnaire antisociale des gouvernements bourgeois successifs de droite ou de gauche. L’échec du grand mouvement contre la réforme des retraites en est le dernier exemple. Est-ce à dire que la victoire est impossible ? NON : la classe ouvrière et l’ensemble des travailleurs et des couches populaires ont les forces pour vaincre. Ce sont ceux qui les dirigent, qui les conduisent sur le chemin de l’échec ! Face à l'offensive de la bourgeoisie, offensive nécessitée par la crise du système impérialiste mondial, il n'y a en effet ni véritable parti communiste ni confédération syndicale de classe, pour opposer une stratégie offensive capable de  bousculer et  de déstabiliser les forces de la bourgeoisie.

Elle est là, la cause qui fait la force actuelle de la bourgeoisie et de son pouvoir politique

Allons-nous continuer à leur faciliter la tâche? Non, c'est pourquoi les communistes que nous sommes travaillons à la construction d'un parti communiste, armé de la théorie marxiste-léniniste permettant d'organiser les masses prolétariennes sur la base de leurs intérêts historiques. C’est pourquoi aussi nous militons avec nos camarades de travail et dans nos organisations syndicales pour redonner à nos luttes les moyens de vaincre les forces du capital.

 

Le ROC ML et son organisation de jeunesse, la JCML, portent ces objectifs et en font leur ordre du jour concret.  Ils vous appellent à rejoindre leurs rangs pour mener ce combat.

Vive la lutte internationale contre le capital!

Vive le communisme!

Dénonçons l'impérialisme français!

Construisons en France le parti communiste marxiste-léniniste!

 

1er mai 2011.

 

manif1ermai2005.jpg

[1er mai 2005 en Belgique]

 

2069612-2872187.jpg

[1er Mai 2009 en Russie]

 

GP1mayis20.jpg

[1er Mai 2005 en Turquie]

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Communiqué de presse
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 14:04

 

 

 

POUR UN PREMIER MAI DE LUTTE DE CLASSE !!

 

 

COLLEGIENS, LYCEENS, ETUDIANTS

 

Le capitalisme par le biais de l'Éducation Nationale vous prépare à accepter votre future condition de travailleur pleine de frustration, de soumission et d’ignorance.

 

STAGIAIRES ET APPRENTIS

 

Le capitalisme par le biais d’une myriade d’institutions complices permet aux patrons, sous prétexte de vous former, de s’enrichir sur votre dos de manière encore plus scandaleuse qu’un travailleur salarié.

 

CHOMEURS

 

Le capitalisme par le biais de son outil hypocrite d’apaisement social qu’est POLE EMPLOI, vous ment. Votre condition de chômeur est nécessaire au « bon » fonctionnement du système. Le chômage permet de faire pression sur tous les travailleurs et leur salaire.

 

INTERIMAIRES, SALARIES, JEUNES TRAVAILLEURS

 

Le capitalisme par le biais de sa propagande mensongère vous fait accepter les pires conditions de travail et les contrats les moins avantageux.

 

Vous tous êtes la force indispensable, présente ou future, des capitalistes. Vous êtes les véritables créateurs de toutes richesses. De la production d’allumettes à la fusée spatiale en passant par le papier et l’encre qui ont servi à imprimer ce tract. Vous faites tous partis de la même classe : LE PROLETARIAT.

Ignorants, divisés et passifs vous êtes méprisés et exploités. Conscients, unis et combatifs vous êtes le pire cauchemar de la bourgeoisie.

La fête du premier mai n’est pas comparable dans son essence à une fête folklorique ou une manifestation sportive. Elle est non seulement un symbole de lutte, mais une occasion de nous rassembler et de nous unir contre le patronat.

Le fait de venir à cette fête aujourd’hui est un acte de conscience politique qui doit amener les prolétaires isolés à dépasser le stade de la simple réflexion impuissante pour passer au stade de l’étude et de l’action.

 

La fête du premier mai n’est pas seulement la fête du travail elle est aussi celle des travailleurs, de notre classe et de tous les opprimés du capitalisme à travers le monde.

Car ne nous leurrons pas la lutte de classes est loin d’être terminée, si nous voulons en finir avec toutes ces injustices nous devons nous organiser, avoir notre parti communiste véritable et détruire ce système économique pourrissant.

 

VIVE LE 1ER MAI DES TRAVAILLEURS

VIVE LA REVOLUTION SOCIALISTE

 

 

 

 

LISEZ L’ETOILE ROUGE

CONTACTEZ LA JEUNESSE COMMUNISTE MARXISTE-LENINISTE

mail: jcml.nationale@yahoo.fr site officiel: jecomale.free.fr

 

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Travail historique et théorique
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 13:56

une-er3

 

Le 3ème numéro du Journal de la JCML vient de sortir. Procurez vous le auprès de nos militants ou de notre mail, jeunessemarxistepau@hotmail.fr.


 

Au sommaire:


- Révoltes au Maghreb

- L'apprentissage: un exemple de la surexploitation d'une partie de la jeunesse

- Dans nos campus, de la défensive, passons à l'offensive!

- Il y a 140 ans: la Commune de Paris (cahier central 4 pages)

- Qu'est-ce qu'être révolutionnaire en système capitaliste?

- Le 1er mai: pour une journée de lutte et de combat de classe

 

 


Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Articles
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 22:34

  sud-ouest-001.jpg

 

 

DECLARATION DU ROCML APRES LA CAPTURE DE LAURENT GBAGBO.

 

Laurent Gbagbo, déclaré vainqueur des élections présidentielles de novembre 2010 par la Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire a donc été battu par une violente offensive des forces militaires conjointes des FRCI d’Alassane Ouattara, son adversaire, des casques bleus de l’ONUCI et des troupes françaises de la force Licorne.

Sous prétexte de défendre les populations civiles avec mandat de l’ONU, l’armée française a mené une opération militaire massive pour détruire les moyens matériels de l’armée de la République de Côte d’Ivoire, anéantir les défenses du Palais présidentiel, et capturer Laurent Gbagbo.

Alassane Ouattara, déclaré vainqueur par une Commission Electorale ( dite ) Indépendante mise en place par la prétendue « communauté internationale » est donc désormais président de la République de Côte d’Ivoire. Il est adoubé par la « communauté internationale », en fait par les puissances impérialistes parmi lesquelles la France, l’ex-puissance coloniale, qui a joué un rôle majeur pour rétablir son contrôle sur un pays riche de son ex-empire, dont le pouvoir lui échappait de plus en plus. L’exploitation coloniale par les monopoles impérialistes français peut maintenant reprendre et se développer sans entraves.

La lutte pour le repartage impérialiste de la planète traverse actuellement une phase d’activité aiguë. Les rivalités entre les vieilles puissances impérialistes s’accentuent dans un contexte de crise générale du système, où chacune tente de tirer profit des difficultés des autres, où de nouvelles venues viennent réclamer leur part, et où les peuples reprennent le combat pour leur libération.

L’ingérence politique et militaire de la France en Côte d’Ivoire, les interventions politiques des grandes puissances en Tunisie et en Egypte pour contrôler les soulèvements populaires, l’agression militaire pour prendre le contrôle de la Libye, toutes ces interventions montrent la fébrilité des puissances impérialistes en difficulté et leur volonté de rétablir leur férule sur les zones instables. Bousculé dans ses zones d’influence africaines, l’impérialisme français se montre logiquement le plus engagé dans les actions militaires de reconquête coloniale.

Les peuples paient déjà de leur sang leurs intrigues et leurs agressions. D’autres crimes impérialistes suivront et les risques de guerres inter-impérialistes se multiplient.

Face à cette situation, les communistes, les progressistes, les anti-impérialistes ont des devoirs internationalistes. Ils ne peuvent se contenter de publier des communiqués. Ils doivent préparer la défaite de leur propre impérialisme en mobilisant le peuple contre les guerres menées en son nom contre d’autres peuples.

Le ROCML renouvelle son appel diffusé le 21 mars 2011 aux organisations communistes qui se réclament du marxisme léninisme à se réunir pour mettre au point une riposte commune concrète à la hauteur de leurs déclarations.

 

Ne laissons pas le scénario ivoirien se reproduire en Libye !

N’attendons pas pour agir que Tripoli soit écrasée par les bombes françaises !

Assez de crimes perpétrés par l’impérialisme !

Respect de l’indépendance et de la souveraineté des nations et des peuples !

Troupes françaises hors d’Afrique !

 

 

 

 

 

 

 

L  

e 10 avril 2011

 

Adresse électronique du ROCML  Roc.ml@laposte.net - Adresse postale : AKM BP 59 64340 BOUCAU -

Site du ROCML : http://www.ROCML.0rg.fr (ATTENTION : le O DE ORG EST LE CHIFFRE 0)

contact JCML : JCML.NATIONALE@Yahoo.fr


Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Communiqué de presse
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 09:35

Il y a 140 ans la classe ouvrière a pris le pouvoir, aujourd’hui,

 

A NOUS DE RECOMMENCER !

 

 

 

Il y a 140 ans, les ouvriers parisiens ont pris le pouvoir suite à la trahison de la bourgeoisie française avec les prussiens et pour libérer socialement. la JCML, qui milite quotidiennement contre le capitalisme, pour la révolution et pour le Communisme, a choisi d’organiser une journée de mobilisation autour de cet événement historique d’une grande importance. La date choisie concorde avec la prise des machines et des usines par les communards, ce que Marx appelait « l'expropriation des expropriateurs ».

 

La commune de Paris représente en effet la véritable première prise de pouvoir du prolétariat en France.

 

 

 

C’est cet héritage que la JCML veut célébrer et rappeler qu’à l’heure actuelle plus que jamais, la classe ouvrière en France a en elle les ressources nécessaires pour se soulever et renverser le capitalisme.

 

 

 

En 1871 sur les barricades de la Commune il y avait des jeunes combattants ! La jeunesse ouvrière et la jeunesse populaire sont porteuses du même intérêt et potentiellement du même courage que leurs ainés de la Commune.

 

 

 

la_commune.gif

 

 

 

 

 

RASSEMBLEMENT

 

 

 

Jeudi 14 avril 2011 à 17 heures 30

 

ACTION SYMBOLIQUE

 

Devant le rond point de la Commune de Paris (à côté de la fac) à PAU

 

Procès de Thiers, collation, discours et chants

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by La Jeunesse Marxiste de Pau - dans Communiqué de presse
commenter cet article